Ce n’est pas la meilleure façon de récupérer une aussi bonne réparation. Espérant commencer les travaux à l’été 2023, Emmanuel Macron a donné un coup de pouce au projet de réforme des retraites. Promouvoir un débat animé sur les horaires et les méthodes acceptables. Le texte sera-t-il inclus dans le Budget de la Défense ou dans un projet de loi séparé ? En obtenant le chemin de l’article 49-3 ? Et de quel côté l’avis a-t-il été donné?

Si ces interrogations sur le « comment » sont légitimes, le « pourquoi » l’est davantage, comme le montre la régression de la réforme précédente, dont la finalité – entre le système et l’objectif d’unification des gouvernements et des stratégies financières – n’est pas bien comprise. . Le besoin d’information est le plus grand puisqu’Emmanuel Macron a plusieurs fois divergé sur la question : pendant la campagne électorale, il a pris l’initiative de faire passer l’âge légal de départ à 65 ans, avant de se montrer beaucoup… .

Pourquoi cette réforme se fait-elle si rapidement ? Pour sauver notre système de retraite, qui sera moins cher à partir de 2023, selon le Conseil des retraites ? Pour réduire le poids de la dette, alors que les taux d’intérêt augmentent ? Pour pouvoir investir dans le changement environnemental, scolaire et hospitalier ? Augmenter le taux d’emploi des seniors, inférieur à celui de ses voisins ? Parce qu’il faut continuer sur un portefeuille de pénibilité et d’alimentation spéciale, conforme aux promesses de campagne ? Ou pour donner au président une chance de renouer avec le style de réforme qui l’a fait politiquement ? Chacun de ces arguments permet de réfléchir. Encore faut-il le préciser. C’est même une condition de lifting.

À Lire  Hausse des prix de l'électricité : où les remontées mécaniques vont-elles coûter le plus cher ?