Les plats particulièrement caloriques, comme les tartiflettes ou les viandes en sauce, sont traditionnellement consommés pendant les périodes froides, mais notre organisme n’a pas vraiment besoin d’un surplus calorique en hiver.

Le froid s’est installé en France depuis plusieurs jours avec des températures avoisinant les 0°C, et qui devraient descendre bien en dessous ce week-end. L’hiver est là, et avec lui les traditionnelles raclettes et plats en sauce de ces périodes plus froides.

Mais ces plats réconfortants et caloriques, associés à l’hiver, ne sont pas forcément les plus appropriés pour aider notre corps à passer le froid de cette saison.

Pas besoin de manger plus et plus gras

« Le froid peut engendrer une dépense énergétique supplémentaire », explique à BFMTV.com Florence Foucault, diététicienne nutritionniste, mais pour nous « la perte est moindre, on a les vêtements qui permettent d’être bien protégés », et donc on n’a pas vraiment besoin d’une calorie. surplus.

Mangez plus riche l’hiver pour vous protéger, « c’était vrai autrefois, quand on n’avait pas d’isolation et de chauffage à l’intérieur, ou pas assez de vêtements chauds », explique aussi Patrick Serog, médecin nutritionniste.

Cependant, il ne s’agit pas de se priver, car le corps aura besoin d’énergie pour fonctionner cet hiver.

« Assurez-vous de manger suffisamment pour maintenir votre poids », conseille l’American Institute of Health (NIH) aux personnes âgées. « Si vous ne mangez pas bien, vous pouvez avoir moins de graisse sous la peau. La graisse corporelle vous aide à rester au chaud. »

Compenser les carences de l’hiver

Avec la multitude de virus respiratoires qui circulent en hiver, il est souvent recommandé de se tourner vers des aliments qui pourraient renforcer le système immunitaire. Florence Foucault cite en exemple la vitamine D. Elle explique que 70% des apports « sont synthétisés par la peau », dus aux UV du soleil, mais en période hivernale l’hiver diminue et des carences peuvent apparaître.

À Lire  Santé. Nos conseils pour ne pas attraper froid

On le retrouve dans « les poissons gras (foie de morue, hareng, maquereau), les abats, le beurre, les œufs, le lait entier », rappelle le ministère de la Santé. Il est possible de prendre des suppléments pour compenser le manque de vitamine D, mais il est recommandé d’en consommer de manière très prudente car les surdosages sont dangereux pour la santé.

La vitamine C – présente dans les agrumes mais aussi dans les légumes verts – est également évoquée, pour faire le plein d’énergie face au froid. Cependant, son effet sur le système immunitaire est discuté.

Profiter des fruits et légumes hivernaux pour varier

Certes, la carte des légumes et fruits de saison est moins variée en hiver qu’en été, mais leur consommation reste importante pour diversifier l’alimentation. « Il faut en profiter », explique Patrick Serog, qui incite par exemple à manger plus de légumes cuits, par rapport aux crus, surtout consommés en été.

Cependant, les deux nutritionnistes encouragent la consommation de fruits et légumes de saison. Un choix écologique, mais aussi souvent économique, car moins cher. En revanche, « ils auront plus de chance d’avoir complètement mûri et seront souvent plus savoureux que les fruits et légumes qui mûrissent pendant le transport », souligne le site nutrition du gouvernement Manger Bouger.

En décembre, par exemple, vous pourrez trouver des carottes, des choux divers, des courges ou des épinards, mais aussi des pommes, des kiwis et des clémentines.

Quelle que soit la saison, pour rester en bonne santé, il est important d’avoir une alimentation variée et équilibrée et de pratiquer régulièrement une activité physique.