Trouver de l’argent pour leur projet immobilier est devenu plus compliqué pour les Français depuis le début de l’année. Une enquête menée par 6 organisations professionnelles d’intermédiaires de crédit (IOBSP) met ainsi en évidence une forte augmentation des refus de crédit. 85% des répondants critiquent un taux de rejet supérieur à 20% et ce taux monte à 40% pour 4 médiateurs sur 10.

Le taux d’usure et les normes du HCSF, principaux obstacles à l’accès au crédit

Deux obstacles majeurs ont été identifiés dans près de 70% des demandes de crédit immobilier rejetées :

Comme pour les nouveaux dépôts, le processus de remboursement du prêt lui-même est affecté par la contrainte de taux d’intérêt. Pour rappel, le « taux d’habillage » désigne le plafond que les banques et sociétés de crédit ne doivent pas dépasser lors de la définition du taux annuel effectif global qui s’applique à un prêt.

En d’autres termes, le TAEG ne peut être supérieur à ce taux légal. Toute infraction à cette loi expose l’établissement du crime au paiement d’une somme de 300 000 euros assortie d’une peine de deux ans de prison.

Nos solutions face à l’usure

Cependant, nous sommes toujours à la recherche de solutions alternatives aux problèmes actuels. Par conséquent, nous vous proposons d’autres méthodes que vous pouvez utiliser pour prendre en charge certains des profils actuellement bloqués :

À Lire  3 solutions efficaces pour stopper le démarchage téléphonique sur le compte formation CPF