Avec la hausse quasi constante du prix des carburants depuis un an (le diesel a dépassé 1,5 euro le litre fin septembre-début octobre dernier), de nombreux automobilistes recherchent des alternatives moins chères.

Une alternative alors que le prix des carburants reste haut

Certains ont choisi d’acheter une voiture électrique, une immatriculation qui représentait plus de 10 % des ventes au premier semestre. D’autres, plus souvent, décident de convertir leur voiture à essence au superéthanol, ou achètent une voiture « flex-E85 » qui fonctionne avec ce carburant. Témoignage de cet engouement, les ventes de voitures neuves roulant à l’E85 ont explosé entre janvier et juin : + 1 419 % !

Une étude récente publiée par l’Association Bioéthanol permet de comprendre cette distribution. Sur les 3 000 répondants, les deux tiers ont choisi de changer de voiture et un tiers a choisi d’acheter. Cette information s’explique notamment par le fait que 90% des véhicules automobiles sont capables de fonctionner à l’essence, et qu’il y a eu de nombreuses autres aides depuis un an, par exemple en Ile-de-France.

L’étude confirme également la tendance récente de ce phénomène : la moitié des automobilistes qui roulent à l’E85 ont changé de carburant moins d’un an. Parmi les raisons évoquées, on retrouve bien sûr le prix du carburant (à 74%), mais aussi une autre raison pour l’environnement (à 39%). Autre enjeu clé : le lancement d’un réseau de stations-service distribuant l’E85. Selon 8 répondants sur 10, la gare la plus proche est à moins de 10 km de leur domicile.

À Lire  Elmo : sa voiture télécommandée obtient un permis de circulation en Estonie

Un carburant qui profite surtout aux actifs et aux gros rouleurs

Selon le profil social des utilisateurs, ils semblent similaires, même si deux tranches d’âge se distinguent : les 45-54 ans et les 55-64 ans. De même, la part du travail y est deux fois plus élevée que dans le reste de la France. Par ailleurs, il apparaît que 80% des partisans du bioéthanol sont des actifs, et 66% utilisent leur voiture pour se rendre au travail. La recherche a conclu que ce carburant alternatif est très bénéfique, notamment en termes d’économie pour les conducteurs (43 % de ceux qui parcourent entre 600 et 1 500 km par mois).

Côté facture, cette étude permet également de calculer les économies que représente le passage à l’E85. Les trois quarts des utilisateurs de l’enquête estiment les économies qu’ils réalisent sur le budget carburant à plus de 600 euros par an. Du fait de cette économie et de la faible pollution de ce carburant, environ 50% d’entre eux ont aujourd’hui besoin d’aide pour acheter une voiture flex-E85 (ou une boîte de conversion) comme c’est déjà le cas pour une voiture électrique.

Selon les chiffres du SNPAA (Syndicat National des Producteurs d’Alcool), le E85 émettra en effet 50% de CO2 en moins et 90% de particules fines en moins que le SP95, le tout avec une production 100% française. Il n’est cependant pas certain que cela suffise à convaincre les autorités gouvernementales, qui ont déjà décidé d’abandonner le moteur diesel en raison de la politique d’abandon de la voiture chaude en 2035.

& # xD;

Économisez jusqu’à 40 % sur votre assurance auto&xD;