Les propriétaires bénéficient de la garantie de Visale contre les loyers impayés, mais cela concerne principalement les locataires de moins de 30 ans ou les travailleurs plus âgés sans contrat à durée indéterminée. Pour certaines catégories de locataires, l’une des options possibles est l’assurance Loyer Libre ou Garantie Loyer Libre (GLI). Comment ça marche?

Proposée par de nombreux organismes, l’assurance loyer gratuite est destinée aux locataires qui souhaitent se prémunir contre les problèmes de paiement du locataire et les éventuels dégâts constatés dans la résidence.

Cette assurance couvre donc le loyer, les charges locatives ainsi que les frais de dommages au-delà du dépôt de garantie. L’indemnisation est généralement versée après le troisième mois suivant le premier versement impayé.

Assurance loyer impayé : pour quel locataire ?

Seuls les propriétaires dont les locataires sont jugés éligibles sont éligibles à l’assurance locative gratuite. En d’autres termes, l’employeur doit être titulaire d’un contrat à durée indéterminée, et le taux de son effort ne peut excéder 33 %. Cela signifie que son loyer, charges comprises, doit représenter au moins un tiers de ses revenus mensuels.

Certains assureurs proposent des conditions incertaines avec un niveau d’effort élevé, ou avec l’acceptation de locataires en CDD par exemple, au risque de concurrencer la garantie de Visale.

Assurance loyer impayé : sur quelle période ?

Le non-paiement de l’assurance loyer prend effet après une période d’essai de plusieurs mois, durant laquelle le locataire ne paiera pas.

À Lire  RSE : quand les courtiers se mettent au vert

Si l’assurance est souscrite auprès d’un ancien employeur, l’employeur doit prouver qu’il n’y a pas eu de cas de paiement pendant une certaine période avant l’inscription, qui est d’environ six mois.

En savoir plus >>Loyer gratuit : que peut utiliser un propriétaire ?

Les obligations qui pèsent sur le propriétaire

L’employeur doit également remplir certaines obligations pour souscrire l’assurance. D’abord, il doit offrir des logements décents répondant aux normes locatives.

Il doit également inclure une clause résolutoire dans le contrat de location en cas de non-paiement de tout paiement (résiliation par voie de justice). Dans le cas d’une colocation, le propriétaire doit s’assurer que la clause de colocation figure dans le contrat de colocation.

S’assurer de la solvabilité du locataire

Mais surtout, le bailleur est tenu de s’assurer de la solvabilité de son locataire en recueillant toutes les informations nécessaires : copies du contrat de travail, bordereaux et avis d’imposition.

Ces informations lui permettront de prouver que l’employeur respecte les normes, notamment en ce qui concerne le niveau d’effort.

Lire aussi >>fiche de location : fonctionnalités autorisées et interdites

Des conseils plus pratiques sur le même sujet :

Services

Finance et assurance