Les aides si votre enfant est au lycée

Des aides à la scolarité pour les lycéens boursiers

Si votre enfant est inscrit dans un lycée public ou privé sous contrat avec l’Etat, vous pouvez bénéficier des aides suivantes.

La première de ces aides est la bourse d’études secondaires. Elle est accordée sous réserve de ressources et en fonction du nombre d’enfants à charge. En 2022, son montant variait entre 441 et 936 euros par an.

Autre aide : la bourse au mérite. Celle-ci est versée aux élèves éligibles à la bourse d’études secondaires ayant obtenu une mention « bien » ou « très bien » au DNB (diplôme national du brevet). Le montant de cette aide (de 402 € à 1 002 €) dépend du niveau de la bourse du lycée.

Pour les lycéens inscrits en voie professionnelle, il existe également une prime pour l’achat de matériel. Elle est réservée aux bénéficiaires de la bourse du baccalauréat et s’élève à 341,71 € en 2022.

Enfin, la prime d’internat est une aide qui est versée automatiquement chaque trimestre aux lycéens boursiers qui poursuivent leur formation en internat. Il peut être combiné avec d’autres aides.

Quelles aides pour les lycéens non boursiers ?

Dans ce cas, il y a d’autres poussées. Il y a d’abord la prime de rentrée scolaire (ARS) que la CAF verse aux familles, sous réserve de vérification des ressources. Son montant en 2022 est de 428,02 € si votre enfant a entre 15 et 18 ans.

On peut aussi penser au fonds social du lycée. Il s’agit d’une aide exceptionnelle qui peut être accordée aux familles qui ont des difficultés à payer les fournitures scolaires et les manuels scolaires de leur enfant, par exemple.

Il existe également des aides pour la salle à manger. Ils sont attribués, sous conditions, par la mairie ou le département, voire par l’école via le fonds social mentionné ci-dessus.

Enfin, les aides régionales peuvent également vous aider ponctuellement. Certaines proposent des plans d’aide pour l’achat de manuels scolaires, de matériel informatique ou de titres de transport. La région Ile-de-France, par exemple, fournit un ordinateur ou une tablette à tout lycéen entrant en Seconde dans un lycée public ou un lycée privé sous contrat.

Quelles aides si mon enfant est étudiant dans l’enseignement supérieur ?

– La bourse d’enseignement supérieur sur critères sociaux (BCS)

Pour déterminer l’éligibilité et le montant de cette bourse, les ressources utilisées sont les revenus bruts globaux perçus par les parents au cours de l’année N-2. Le montant varie de 1 084 € pour le niveau 0 bis à 5 965 € pour le niveau 7. La demande s’effectue entre le 20 janvier et le 15 mai précédant la rentrée via le dossier social de l’élève (DSE).

À Lire  Il est temps de passer à la MAIF

– La bourse au mérite

Cette autre aide du CROUS est destinée aux étudiants boursiers ou bénéficiaires d’une aide annuelle spécifique ayant obtenu une mention « très bien » au Baccalauréat. Son montant annuel est de 900 €.

– Le Fonds national d’aide d’urgence

Il s’agit d’une aide financière octroyée par le CROUS aux étudiants en situation précaire qui ne bénéficient pas d’une bourse. Votre forme unique peut être récompensée plusieurs fois dans la limite de 5 194 € au total. Sa modalité annuelle correspond à l’un des 8 paliers de la subvention sur critères sociaux, soit entre 1 084 € et 5 965 €.

– Des aides pour la mobilité des étudiants

Certains sont décernés par le CROUS. L’aide à la mobilité Parcoursup (500 €) est versée lors d’un changement d’académie après le Bac aux anciens lycéens boursiers. Egalement dédiés aux étudiants boursiers : bourses de mobilité Master (1 000 €) et bourses de mobilité internationale – AMI (400 € par mois, de 2 à 9 mois).

La bourse du Conseil de l’Europe est également attribuée sur critères sociaux. Le dispositif Erasmus+ (170 € à 520 € par mois) est destiné aux étudiants inscrits en 2e année d’un établissement associé au programme, ainsi qu’aux apprentis de tous niveaux. Il peut être combiné avec l’AMI.

– Le Revenu Minimum Étudiant (RME)

Il s’agit d’un dispositif d’accompagnement mis en place par certaines communes, selon des modalités variables, qui est réservé aux étudiants en situation précaire. La demande se fait auprès du CCAS ou de la commune du lieu de résidence de votre enfant.

Peut-on avoir une bourse en école privée ?

Oui mais pas toujours. Si votre enfant est inscrit dans un établissement privé existant au 1er novembre 1952, celui-ci peut accueillir des élèves boursiers à part entière. S’il a été créé ultérieurement, il doit avoir demandé l’autorisation du Ministère de l’Enseignement Supérieur.

Une bourse peut également être attribuée dans certaines universités privées (« facultés libres »). En revanche, seuls les BTS ou classes préparatoires situés dans un lycée privé sous contrat sont habilités à les recevoir. Les écoles consulaires (ingénieurs, commerce, etc.) doivent quant à elles bénéficier d’une reconnaissance de l’État pour que leurs élèves puissent bénéficier d’une bourse. Enfin, pour ceux qui dépendent d’un ministère autre que l’Enseignement supérieur, ces droits sont accordés au cas par cas.

Les aides au logement de la CAF si votre enfant vit seul

Si vous vivez seul et sous réserve de ressources personnelles, votre enfant peut bénéficier de différents types d’accompagnement : aide personnalisée au logement (APL), aide au logement social (ALS) ou aide familiale au logement (ALF) s’il a un responsable. La demande se fait via le site internet de la CAF.

Des aides que l’on perçoit uniquement à la rentrée ?

Non. En effet, certaines aides arrivent à la rentrée (ARS, prime d’équipe, aide d’urgence parfois ponctuelle, etc.). Mais la plupart sont répartis en versements trimestriels (bourse lycée, bourse lycée au mérite, prime de stage, bourses de mobilité Parcoursup ou master, etc.) ou répartis tout au long de l’année (bourse sur critères sociaux, bourse au mérite). aide sociale, bourse Erasmus+, etc.).