Chaque année, les hausses de prix sont inévitables pour les mutuelles de santé. Certains d’entre eux augmenteront également de 6% en 2022. Si votre complémentaire santé devient trop chère, n’hésitez pas à changer de contrat.

Prix ​​moyen des mutuelles de santé en 2022

Un certain nombre de critères sont pris en compte pour déterminer le montant de votre mutuelle. Nous y reviendrons plus tard. Mais pour des garanties moyennes, voici les prix observés :

• De 13 à 30 euros par mois et par profil étudiant ;

• Les tarifs passent de 31 € à 51 € par mois pour une personne active de plus de 30 ans ;

• Pour un profil familial de plus de 40 ans, le prix moyen est compris entre 36 € et 51 € par mois ;

• Pour un senior de plus de 50 ans, le prix sera compris entre 54 € et 65 € par mois ;

• Enfin, un retraité de 65 ans paiera en moyenne entre 79 et 93 € par mois.

Quels facteurs affectent le prix de l’assurance maladie?

De manière générale, la tarification des mutuelles de santé reste libre. En conséquence, chaque assureur fixe ses propres tarifs. Cependant, plusieurs critères entrent en jeu. Tout d’abord, l’âge de l’assuré. C’est pourquoi une mutuelle de retraite coûte quatre à cinq fois plus cher qu’une mutuelle étudiante.

Cependant, cette différence s’explique par le fait que la population âgée recourt plus souvent aux consultations médicales, et cette population reste plus exposée aux problèmes de santé.

Un autre critère est le lieu de résidence. A contrat équivalent, une personne habitant en province aura des primes moins élevées par rapport à un Parisien.

Parmi les autres éléments à prendre en compte dans le tarif commun de la santé, vous trouverez la composition de la famille, le système social et certaines garanties.

Alors, pour trouver la formule qui vous convient, il est indispensable de faire un comparatif mutuelle santé.

Influence de l’âge sur le prix de la mutuelle

Pour mieux comprendre l’influence de l’âge, nous prendrons l’exemple de quatre profils identiques en termes de profession, de lieu de résidence et de besoins de santé. La seule différence est l’âge.

• Ainsi, un garçon de 20 ans paiera 10,19 € par mois sur un contrat de base.

À Lire  Bénéficiaire : tout savoir sur ce statut social

• Le prix passe à 13,82 € par mois pour un homme de 35 ans.

• Puis 17,98 € par mois pour un homme de 50 ans.

• Enfin, un homme de 65 ans paiera 27,66 € par mois pour les mêmes garanties.

De cette façon, vous observez une forte disproportion selon l’âge. Mais comme expliqué plus haut, cette hausse de prix répond à l’évolution des besoins. Avec l’âge, les dépenses de santé sont plus nombreuses et plus chères. Malheureusement, la ZUS ne tient pas compte de ces paramètres et donc le périmètre de l’assurance ne change pas.

Mais les assureurs tiennent compte de ces besoins, ce qui explique l’ajustement de leurs tarifs.

La bonne méthodologie pour trouver une mutuelle aux meilleurs prix

Pour réduire votre prime d’assurance, gardez à l’esprit qu’il existe différentes méthodes disponibles.

Pensez tout d’abord aux garanties nécessaires, car votre contrat de mutuelle reste avant tout flexible. Si vous n’êtes pas intéressé par l’optique, vous voudrez peut-être au moins consulter les garanties de cette industrie.

Le regroupement de contrats d’assurance mutuelle, c’est-à-dire pour vous-même, votre conjoint et vos enfants, vous fera économiser de l’argent.

N’oubliez pas de comparer les différentes offres santé grâce au comparateur en ligne. En quelques minutes, vous recevrez plusieurs devis d’assurance mutuelle, sans engagement de votre part.

Enfin, n’hésitez pas à vérifier votre éligibilité au programme Complémentaire Santé Solidaire. Il s’agit d’un avantage mutuel qui est gagné uniquement sur la base du revenu. Dans ce cas, vos frais de santé seront couverts pour moins d’un euro par jour.

La vigilance de votre part est encore nécessaire pour éviter de surpayer votre mutuelle santé. En effet, il existe de nombreuses différences entre les assureurs. La comparaison demeure donc.

• Douleurs neuropathiques réfractaires aux thérapies disponibles (750 patients) ;

• Certaines formes d’épilepsie résistante aux médicaments (500 patients) ;

• Symptômes incurables en oncologie, qu’ils soient liés au cancer ou au traitement du cancer (500 patients) ;

• Spasticité douloureuse due à la sclérose en plaques ou à d’autres pathologies du système nerveux central (750 patients) ;

• En milieu de soins palliatifs (500 patients).