Les domaines skiables des Pyrénées affichent complet depuis deux semaines maintenant. Une reprise économique salvatrice après la crise sanitaire, qui n’a pourtant pas été suivie partout en Aquitaine.

Tout ce qu’il faut savoir sur les championnats du monde de pelote basque :

Championnat du Monde de Pelote Basque 2022

Ils sourient. Les professionnels du tourisme ne cachent pas leur satisfaction. Depuis deux semaines, les hôtels et restaurants de Gourette affichaient presque complet. « Cela fait maintenant quatre ans que nous sommes ouverts et c’est la première fois que nous travaillons autant », se réjouit un restaurateur. Face à la foule, il a même été contraint de refuser des clients.

► Reportage à Gourette d’O. Lopez et B. Bracot

A quelques mètres des pistes, les commerces aussi font le plein. Après deux saisons maussades liées à la crise sanitaire, les touristes avaient hâte de retrouver la neige. « Nous avons déjà passé de si belles vacances. Ce qui est inhabituel, c’est le début de saison, où nous avons eu beaucoup de monde dès l’ouverture », a déclaré Clémence Monnet, gérante de Sport 2000, installée dans la station depuis 2014.

Le phénomène est d’autant plus visible sur les pistes. Dans cette station, 30 000 inscriptions ont été enregistrées en deux semaines. « C’est en moyenne ce que nous faisons pendant la pause de février, quand les conditions sont réunies. Ce qui est bien, c’est qu’on a beaucoup d’explorateurs, ce qui laisse présager de bonnes choses pour l’avenir », analyse Jean-François Esquerre, le directeur de la station. Selon certains professionnels, il pourrait même s’agir de la meilleure saison depuis dix ans.

À Lire  "Entre ligne et parc d'attractions : l'incroyable crucero Bord de mer" est présenté à Zone Évasion ce samedi 22 octobre sur M6 (Vidéo)

Mais l’amélioration ne s’est pas fait sentir partout dans la région. Alors que les stations de ski se remplissent, leurs alter ego côtiers peinent à trouver leurs clients. Dans les Landes, les hôtels du littoral se portent bien, avec un taux d’occupation de près de 70 %. Des chiffres qui restent en deçà du niveau des deux dernières années. « Nous sommes sur la bonne voie. Les Landais sont partis à la neige, mais à croire qu’ils ont été remplacés, car notre chiffre d’affaires se porte bien », explique Alain Bretelle, président de l’Umih van Landes.

► Notification dans les Landes par A. Perrin et A. Dumoulin