La Commission européenne, le Conseil de l’UE et le Parlement européen envisagent de réviser le CE 261, le règlement européen sur les droits des passagers aériens.

Les compagnies aériennes ont activement fait pression pour un examen, ce qui soulève des inquiétudes quant à la nature des changements qui pourraient ne pas être bénéfiques pour les passagers : érosion des droits, réduction de la qualité des services des compagnies aériennes et impact négatif sur la confiance des voyageurs.

Les voyageurs qui voyagent cet été sont confrontés à des perturbations publiques. Certaines compagnies comme easyJet, British Airways, Lufthansa ont annulé un certain nombre de vols. À l’heure où les passagers ont besoin de leurs droits, la Commission européenne et ses partenaires institutionnels, le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen, envisagent de réviser l’EC 261. Les défenseurs des droits des passagers aériens comme l’APRA sont inquiets. intenses activités de lobbying des groupes de compagnies aériennes qui peuvent tenter d’affaiblir la législation existante.

Des réglementations qui réduisent les perturbations et augmentent la confiance des clients

Le règlement 261 a été introduit en 2004 pour lutter contre les annulations de vols et les surréservations, où les passagers peuvent se voir refuser l’embarquement malgré le paiement de leurs billets. En mettant en place une compensation financière pour les passagers, les compagnies aériennes sont encouragées à améliorer le service et à minimiser les retards et les annulations. Une étude de 2018 publiée dans le CEPOB (College of Europe Policy Brief), a constaté une réduction de 5 % des retards directement liés à la réglementation.

L’impact est également visible lorsque l’on compare les vols de l’UE avec ceux des pays qui n’ont pas de droits de passagers aériens. Selon l’analyse de marché de l’APRA de 2022, l’UE a 3 fois plus de retards (plus de 3 heures) que les États-Unis, où aucune législation similaire n’a été introduite.

Les droits des passagers aériens sont également essentiels pour accroître la satisfaction et la confiance des clients. Une étude menée par Lufthansa a révélé qu’un vol à l’heure sans interruption est l’un des facteurs les plus importants pour atteindre la satisfaction des voyageurs. Étant donné que le règlement 261 a un impact direct sur la ponctualité, l’assouplissement des réglementations existantes pourrait entraîner une augmentation des perturbations de vol et donc une diminution de la satisfaction globale. Près de 75 % des voyageurs estiment que le seuil actuel d’indemnisation pour les retards de vol – trois heures ou plus – devrait être abaissé.

À Lire  Voyage en Algérie : La colère de la France (vidéo)

Cette réglementation est non seulement populaire en Europe – 91 % des voyageurs de l’UE ont déclaré la soutenir dans une étude YouGov de 2020 – mais est également considérée comme une norme mondiale pour les droits des passagers aériens. Depuis 2004, des pays comme le Canada, la Grande-Bretagne, la Turquie et l’Ukraine ont tous adopté des réglementations sur les passagers aériens influencées par EC261.

Un problème dans l’application de la réglementation

Bien que la version actuelle du règlement offre une forte protection, force est de constater que l’application n’est pas toujours respectée. Une analyse de l’APRA de 2019 a révélé que les compagnies aériennes avaient rejeté à tort 58 % des demandes d’indemnisation légitimes, et les données sur les annulations de vols au cours des premiers mois de la pandémie ont révélé que 22 % des passagers attendaient leur paiement après deux ans.

Cette situation peut obliger le passager à poursuivre la compagnie aérienne pour obtenir une indemnisation. Et le tribunal a largement ordonné en faveur des passagers – 9 fois sur 10.

Toute révision de l’EC 261 devrait donc se concentrer sur une application plus stricte, garantissant que les compagnies aériennes reçoivent plus facilement les plaintes pour éviter aux passagers de longues procédures judiciaires.

Une protection renforcée des passagers profite à l’ensemble de l’industrie du transport