De nouvelles règles de démarchage téléphonique entrent en vigueur le 1er janvier 2023. Les plateformes d’entreprises ne pourront plus utiliser les numéros mobiles (commençant par 06 ou 07) ou les numéros géographiques (commençant par 01 à 05). Ils doivent utiliser un identifiant commençant par 09 37, 09 38 ou 09 39.

Bonne nouvelle pour les consommateurs harcelés par les démarcheurs : à partir de ce dimanche, ils devraient être (un peu) plus sereins. L’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep), dans une décision du 1er septembre, a interdit certains types de numéros de téléphone pour les sociétés commerciales en général et pour les plateformes de ventes en particulier, qui ne pourront plus utiliser leur permet de passer des appels en masse ou d’envoyer des SMS non sollicités.

La décision de l’Arcep interdit aux entreprises d’utiliser des numéros commençant par 06 ou 07. Ces numéros sont associés dans l’esprit des individus aux appareils mobiles et obtiennent donc de meilleurs taux de réponse que les numéros fixes, d’où leur détournement par les entreprises de co-recherche. L’utilisation de numéros dits « géographiques » (commençant par 01 à 05 selon la région d’où ils proviennent) est également interdite.

A partir du 1er janvier 2023, les plateformes d’enchères ne pourront donc utiliser que des numéros commençant par :

A noter que ces numéros peuvent également être utilisés par les entreprises dans leurs relations avec les clients : conducteurs de véhicules de tourisme avec chauffeur, bagages, agents du SAV, etc.

Avec cette mesure, l’Arcep vise à réduire l’empreinte environnementale du numérique en diminuant les démarchages téléphoniques, mais aussi à protéger les consommateurs. L’Autorité indique avoir reçu « de multiples signalements d’utilisateurs via sa plateforme « J’alerte l’Arcep », qui ont témoigné de l’utilisation de numéros de téléphone portable à 10 chiffres pour l’envoi massif de SMS dits A2P. (1) , souvent à des fins publicitaires, voire frauduleuses dans certains cas ».

À Lire  Le Portail Formation .fr

Le démarchage pour le CPF interdit

Autre nouveauté au 1er janvier : l’interdiction du colportage lié aux comptes personnels de formation (CPF). La loi n° 2022-1587 du 19 décembre 2022 visant à lutter contre la fraude au compte personnel de formation et à l’interdiction du colportage par ses titulaires interdit « toute prospection commerciale des titulaires d’un compte personnel de formation, par téléphone, par message de service de communication interpersonnelle ». . , par e-mail ou dans un service de réseau social en ligne visant à collecter leurs données personnelles, notamment le montant des droits […] et à conclure des contrats ». La violation de cette condition est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à € 75 000 pour une personne physique et 375 000 € pour une personne morale.

Le démarchage reste autorisé s’il est lié à une action de formation en cours entre le titulaire du compte et l’organisme de formation.

L’UFC-Que Choisir a regretté, après le vote des députés, que la législation prenne « le gigantesque problème du colportage non sollicité par le petit bout du télescope ».

« Après une interdiction de la vente au détail dans le domaine du renouvellement énergétique et une réglementation de celle sur les assurances, c’est cette fois le marché de la formation qui est visé », observe l’association. Elle déplore que ces restrictions sectorielles « arrivent chaque fois tardivement, après que des milliers de victimes ont été acceptées » et estime qu' »il serait bien plus efficace d’interdire totalement le colportage non sollicité », comme elle le demande. Pendant des années.

(1) Application to Person : message envoyé par une plateforme à un utilisateur final.