Un grand pas du côté de l’Assemblée nationale, puis la douche froide du côté du Sénat : voici le résumé des derniers épisodes du feuilleton de la résiliation à tout moment de l’assurance emprunteur. Mais finalement, sénateurs et députés se sont mis d’accord en commission mixte paritaire et la mesure a désormais de grandes chances de passer avant la fin du quinquennat.

Un nouveau changement convient aux séries Netflix (ou OCS, ou Disney+, ou Amazon Prime…) ! Choice, le feuilleton de la couverture d’assurance prêt hypothécaire compétitive ne déçoit jamais. Et cela fait plus d’une décennie – depuis la politique de Lagarde en 2010 – que ça dure. La saison en cours s’articule autour d’un projet de loi déposé par la députée Agir Patricia Lemoine. La principale mesure de cet article : permettre la résiliation (et donc le changement) de l’assurance emprunteur à tout moment, sans attendre la date anniversaire ou toute autre condition faisant obstacle à la facilité du changement d’assurance pour les emprunteurs.

Conversation. Prêt immobilier : « la réforme de l’assurance-crédit va redonner du pouvoir d’achat »

Quand le Sénat – à majorité LR – a refusé d’être destitué à tout moment fin janvier, réécrivant sa proposition de loi pour se concentrer sur le questionnaire de santé, Patricia Lemoine s’est justement dite « triste » : « Il y a beaucoup de paris que la majorité du sénat ne veut pas faire cadeau au gouvernement d’une mesure qui redonne le pouvoir d’acheter à domicile sans coûter un euro au gouvernement. »

Entrée en vigueur dès 2022 !

Mais voici la confusion finale, inattendue compte tenu des positions prises par les sénateurs : la Chambre haute et la Chambre basse sont parvenues à un accord en commission paritaire (CMP) ce jeudi 3 février. Avec un accord qui satisfait tout le monde : oui pour résilier à à tout moment, et oui la suppression des questions de santé pour certains créanciers.

C’est encore plus surprenant : les articles adoptés en commission paritaire (voir ci-dessous les principales mesures) favorisent l’entrée en vigueur à tout moment. Prévu pour janvier 2023 dans le premier projet, il entrera en vigueur à partir du 1er juin 2022 pour les nouveaux prêts, et surtout à partir du 1er septembre 2022 pour tous les emprunteurs (y compris ceux qui remboursent déjà leur crédit), si les lettres CPM sont confirmées.

Accord de la commission mixte paritaire : 4 mesures à retenir

Voici quatre étapes importantes issues de l’accord entre les députés et les sénateurs du CMP, sur la base du communiqué de presse diffusé ce jeudi par la commission sénatoriale des affaires économiques :

À Lire  Frais d'hospitalisation : combien ça coûte avec ou sans mutuelle ?

Économisez jusqu’à 70 % sur votre assurance prêt hypothécaire

« Ces mesures de prudence représentent une étape inédite pour faciliter l’accès au logement d’un si grand nombre de ménages », explique dans un communiqué Daniel Gremillet, journaliste au nom du Comité économique, pour souligner ce changement. Nous pensions aussi qu’augmenter le droit de résiliation sans accroître la connaissance des assurés était un coup dans le noir : nous avons été entendus, et nous pouvons maintenant penser que tout sur le marché de l’assurance pour emprunter une assurance est vraiment de l’eau. »

« Ce projet de loi représente une nouvelle perspective pour soutenir le pouvoir d’achat des Français, mais aussi une mesure de justice pour toutes les personnes qui souffrent de maladies qui les empêchent de réaliser leurs projets, faute d’endettement immobilier », a répondu le majorité du président. déclaration.

Prochaines étapes : 10 et 17 février

Cet accord au CMP doit être confirmé par un vote final du Parlement. Prochaine étape : « La lecture des conclusions du CMP, en séance publique, le 10 février », informe l’Assemblée nationale. Suite au vote de l’Assemblée nationale jeudi 10 février, le Sénat votera le 17 février. Mais attention : dans ce feuilleton interminable, vous ne serez jamais à l’abri de la falaise !

Des courtiers plus que satisfaits

Les courtiers en crédit et en assurance n’ont pas tardé à exprimer leur satisfaction. Olivier Moustacakis, co-fondateur d’Assurland.com, salue « une grande avancée qui donne au marché de l’assurance emprunteur le même niveau de flexibilité qui était déjà disponible dans l’auto, l’habitation et la santé » : « La concurrence entre les acteurs bancaires traditionnels, qui facturer des prix deux ou trois fois plus cher que les assureurs étrangers, ça ne peut que plaire au client. Astrid Cousin, porte-parole de Magnolia, admet que : « Ce sont les 550 millions d’euros qui pourront être distribués à la France dès la première année de ce dispositif « .

Le porte-parole de Meilleurtaux, Maël Bernier se réjouit également de la résiliation à tout moment et de « l’extension du droit à l’oubli » pointant le bémol sur « la suppression des questions de santé (…). On comprend le but de la générosité . Mais il faudra être prudent avec les variations de prix que cela peut impliquer. Bien sûr, cela ne doit pas entraîner une augmentation des coûts qui affectera tous les emprunteurs.

Du côté de la banque, la démarche est plus poussée, à commencer par l’Alliance fédérale du Crédit Mutuel, qui facilite la levée des questions de santé pour les clients fidèles mais s’oppose fermement à changer d’assurance à tout moment : la banque l’explique dans un communiqué. souhaite à tout moment en finir avec celle-ci qui « vise principalement les jeunes en bonne santé mais délaissant les quinquagénaires et les malades qui s’accompagnent d’un contrôle strict par les autorités de tutelle ».

Comparez votre assurance prêt immobilier