L’incident. Dès le jour où nous avons reçu notre premier passeport, on nous a dit : « Un passeport est le document le plus important dans votre vie à l’étranger ! Ne le quittez jamais !! Vous n’êtes personne sans passeport !!! »

« Sans passeport vous n’avez pas d’identité !!!! »

Mais voilà : lors du premier embarquement pour participer à la croisière Joyaux de la Méditerranée à bord du Champlain du Ponant fin octobre, Open Jaw Québec et tous les autres passagers ont dû rendre leur passeport à la demande du commissaire. personnel désigné pour le contrôle d’embarquement.

Et Open Jaw Québec a remarqué un malaise palpable et exprimé chez certains passagers.

Nous avons alors entamé des recherches et alors que plusieurs membres d’équipage, passagers et forums signalent qu’une procédure similaire est mise en place sur certaines compagnies de croisières (pas toutes), personne ne l’explique vraiment.

Alors Open Jaw Québec a posé la question.

D’abord à Oleg, le commissaire financier du Le Champlain de Ponant nous étions à bord.

Voici les trois raisons invoquées par le commissaire pour demander un passeport de passager :

1 – pour éviter de perdre le passeport du passager pendant le voyage.

Il convient de noter ici que certains forums affirment qu’il n’est pas de la responsabilité de la compagnie de croisière de « jouer à la filiation et de s’assurer que le passeport est manipulé en toute sécurité pour éviter la perte du passeport. C’est matière à réflexion.

Rappelons également l’horrible histoire rapportée par Radio Canada en 2018 à propos d’un passager expulsé du Princess Royal après le vol de son passeport lors d’une escale au Monténégro.

Cette histoire a mis en lumière deux choses :

-oui, si le passeport de la femme était conservé dans un sac à main, il n’aurait pas été volé

-oui, être trouvé sans passeport prouve que nous avons un gros problème pour confirmer notre identité – sinon le navire n’aurait pas renvoyé le passager.

2 – pour des raisons de sécurité : « S’il y a un incident, quand on doit évacuer le navire rapidement, je suis immédiatement responsable de la boîte étanche dans laquelle on garde les passeports pour tout le monde. Donc tous les passeports peuvent être sauvés », nous a expliqué Oleg .

3 – en raison de l’obligation de consulter : « le douanier qui vient vérifier l’identité des passagers peut exiger de voir les passeports. Et si oui, je peux lui remettre tous les passeports car je les ai entre les mains. Les passeports réunis en un seul endroit rendent le processus plus facile et plus rapide », a ajouté Oleg. .

Toutefois, il faut noter que le personnel de Champlain a voulu rassurer les passagers mal à l’aise avec la procédure en précisant que chaque carte remise à un passager (celle qui servait à ouvrir la porte de la cabine, qui contrôlait l’embarquement des passagers) montrait son ou son numéro de passeport. À ce sujet, nous n’avons pas été en mesure d’obtenir la confirmation des autorités douanières locales quant à savoir si l’enregistrement d’un numéro de passeport sur une carte de croisière exemptera son titulaire des problèmes d’inspection en l’absence d’un vrai passeport, le cas échéant. .

Nous avons contacté la haute direction de Ponant pour voir s’il y a d’autres éclaircissements. Voici leur réponse :

« C’est la procédure Ponant. La raison principale est la suivante : cette procédure nous permet d’effectuer des démarches administratives à chaque escale, notamment pour le contrôle des pièces d’identité auprès des autorités locales. Elle épargne les personnes à bord (passagers et membres d’équipage ) de l’obligation de présenter des documents tout au long du voyage », souligne Justine Fraticelli, responsable presse internationale et relations publiques du Ponant.

À Lire  Voyage. La Slovénie, un tout petit pays au coeur de l'Europe qui vaut trois

Pourquoi chez certains, pas chez d’autres

Si ces raisons précédemment évoquées peuvent sembler évidentes à première vue, pourquoi cette procédure n’est-elle pas appliquée à tous les navires des compagnies de croisières ?

Continuant à chercher une explication, Open Jaw Québec a contacté un produit comparable à Ponant (une compagnie de croisière en Europe avec plusieurs itinéraires de pays) que nous connaissons pour avoir navigué avec eux sur le Danube au cours des derniers mois. que le régime de rétention des passeports ne s’applique pas : Rivages du Monde.

Voici la réponse d’Alain Souleille, président de Rivages du Monde :

« La procédure dépend exclusivement de ce que les gouvernements locaux exigent en termes de contrôle.

En général, les entreprises de transport maritime et fluvial sont tenues de remettre aux autorités locales (police, douanes, inspection sanitaire) un manifeste dit, qui est une liste contenant toutes les données personnelles des passagers (nom, prénom, adresse, date de naissance et numéro de passeport valide). Cette liste comprend également le numéro de cabine. Ce manifeste est essentiellement transmis un ou deux jours à l’avance à chaque agence pour vérification.

Dans la plupart des cas, notamment sur le Danube, cette procédure suffit aux autorités. Cependant, ils peuvent à tout moment décider d’effectuer un contrôle plus approfondi lors de la consultation des passeports, et parfois ils procèdent également à un « contrôle facial » des passagers.

« Pour les pays assez stricts sur le plan procédural, un ‘face check’ avec le passeport est obligatoire soit à bord, soit à la gare maritime ou fluviale (USA, Israël, Maroc, Russie, etc.)

« Le Danube est principalement navigué dans la zone Schengen ou l’espace européen, sauf en Serbie, où à Belgrade, le passeport est essentiellement contrôlé dans les locaux de la gare fluviale. »

Puisque nos observations et recherches montrent que de nombreux passagers n’aiment pas la procédure, nous avons demandé à M. Souleille ce qu’il pense qu’il pourrait se passer si un passager refuse de remettre son passeport pour la durée de la croisière :

« Chaque capitaine à bord a rang de policier. Ses ordres sont contraignants, qu’il s’agisse d’instructions pour l’équipage ou pour les passagers. En d’autres termes, si le capitaine donne des instructions pour récupérer les passeports, aucun passager ne peut s’y soustraire, s’il est puni pour d’éventuelles débarquement », nous a-t-il expliqué.

Autrement dit, que vous acceptiez ou non la procédure, vous n’avez pas le choix.

Pourquoi chez Ponant et pas chez Paul Gauguin ?

Grâce à Tours Chanteclerc, Open Jaw Québec a récemment eu le privilège de vivre une autre croisière, cette fois en Polynésie française, à bord du Paul Gauguin, également propriété de la compagnie Ponant.

Et l’on se souvient de l’absence de cette procédure dans la région méditerranéenne.

Puisque la direction de Ponant nous explique que c’est la procédure de l’entreprise de conserver le passeport, pourquoi cela n’est-il pas mis en place à bord du Paul Gauguin ? Voici leur réponse :

Justine Fraticelli explique que cette procédure concerne Paul Gauguin ainsi que toute la flotte Ponant. Peut-être n’avait-il pas encore été mis en œuvre à bord. »

C’est ainsi que l’on vient d’apprendre que cette procédure est également mise en place depuis peu à bord du Paul Gauguin pour des raisons de sécurité. Cela permet de centraliser tous les documents en cas d’abandon », a ajouté Mme Fraticelli.

Notre journaliste était l’invité de la société Ponant.