Aurore est statistiquement « hors norme ». Et pour s’en rendre compte, il n’a pas eu besoin de lire l’étude de l’Inserm qui établit la taille de 1,77 m comme le seuil à partir duquel une femme devient « anormalement » grande. « Le regard des autres suffit à le comprendre », critique la jeune serveuse de 25 ans, du haut de ses 1,86 m. Elle fait donc partie des 2 à 3 % de la population féminine qui dépasse ce seuil, représentant ainsi les femmes les plus grandes de France. En d’autres termes, un groupe de 700 000 à un million de femmes.

Si la taille est perçue comme une caractéristique très convoitée (qui n’a jamais souhaité avoir quelques centimètres de plus ?), synonyme d’un regard plein de grâce, beaucoup témoignent cependant d’un sentiment d’isolement, d’intimidation voire de discrimination. Car il y a du « gros » et du « très gros » aux yeux de la société.

En moyenne, 1,64 m pour les femmes, 1,76 m pour les hommes

« Lorsque la grande figure féminine est associée dans les représentations sociales à l’élégance, à la réussite et à la séduction, pour les femmes très grandes elle est associée à un quotidien stigmatisant et désagréable, source potentielle de souffrances et de difficultés à trouver leur place dans la société », le texte recadre. Sociologue au CNRS, Marie Buscatto, auteure de l’ouvrage récemment publié : « La très grande taille chez la femme : Les ambivalences d’une stature extraordinaire » (CNRS Editions). Dans une interview, la chanteuse Clara Luciani, qui à 11 ans mesurait déjà 1,76 m et une tête de plus que ses professeurs, détaille le harcèlement dont elle a été victime. « J’étais le vilain petit canard, expliquait-il fin 2021 au « JDD ». Je collectionnais des surnoms comme la girafe ou l’asperge », décrit l’artiste multi-récompensé d’1,82 m.

Mais qu’est-ce qu’une taille « normale » exactement ? Selon l’Inserm, c’est quand, à l’âge adulte, « il est atteint par 95 % de la population, soit entre 162 cm et 190 cm pour les hommes (176 cm en moyenne) et entre 152 cm et 177 cm pour les femmes (164 cm en moyenne) ». Et pour celles qui vont plus loin, et n’incarnent pas la représentation du top model, « ce sont des ‘géants’, des gens qui ne seraient pas des ‘vraies’ femmes, des femmes qui font peur, des femmes qui dérangent, des femmes disgracieuses… », répertorie Marie. Buscatto

« Quand j’étais adolescent, j’étais le coton ou le quarterback. Au lycée c’était compliqué mais rien à voir avec la fac où c’était l’enfer, se souvient Aurore. Je voulais être transparent mais tu n’as vu que moi. Pour passer inaperçu, je me recroquevillai dans mon sweat-shirt informe, les yeux rivés sur mes baskets. J’ai eu la démarche d’un Gaston Lagaffe, alors par souci d’élégance on reviendra », s’amuse tout de même la serveuse parisienne. La fac c’est aussi le temps des premiers amours…

« J’en ai voulu à mes parents d’être grands »

« Aucun garçon ne voulait sortir avec moi, coupe Aurore. Une fois, un garçon que j’aimais bien m’a même dit : ‘Dommage que tu sois trop vieille.’ Et le pire, c’est que j’en voulais à mes parents d’être si grands (NDLR : 1,94m pour papa, 1,82m pour maman), pas lui. J’ai eu mon premier amant, avec qui je suis toujours, seulement quand j’avais 18 ans », précise-t-elle. Quelle taille pour le chéri ? « 1,90m. Alors Je peux me blottir dans ses bras sans difficulté, ironise la demoiselle. Mais je n’aurais pas eu de problème si elle était plus petite que moi.

J’ai vraiment hâte de lire ce livre de la sociologue Marie Buscatto sur les femmes très grandes. Cela peut sembler anodin quand on pense aux relations hommes-femmes, mais ça ne l’est pas et on n’en parle pas beaucoup. Un petit commentaire sur mon expérience et les moments entre pas génial et vraiment douloureux : pic.twitter.com/8Xwnbqg6tN

À Lire  Anxiété nocturne : symptômes, causes, traitement

Ce n’est pas le cas de tout le monde. Selon une étude Ifop pour Wyylde, qui date de fin janvier 2022, 20% de ces messieurs (26% chez les jeunes hommes) refuseraient tout simplement d’avoir une relation avec une femme « significativement » plus grande qu’eux, alors imaginez le pourcentage si ce dernier avait été interrogé sur la possibilité d’épouser une femme « très » grande… « On reconnaît que, dans ce cas, ce n’est pas toujours facile pour le conjoint non plus », pardonne Aminata (1,80 m) qui sait ce que c’est . parler de

Pourtant, elle ne mesure que 6 centimètres de plus que son mari, Hervé. « Votre femme vous mange la tête ? Quand elle est en colère, vous vous cachez dans un coin ? Voici Nicolas et Carla Sarkozy (NDLR : 1m66 et 1m75 respectivement pour l’ancien couple présidentiel) et j’en passe… Puisqu’il est plus petit que moi, il est forcément dominé. Quant à moi, je ne correspond pas au stéréotype de la femme gentille, en quête de protection », analyse cette quadra qui a depuis interdit les talons.

C’est que « la rencontre amoureuse hétérosexuelle est entravée par la norme dominante du ‘couple bien assorti’ dans lequel l’homme est ‘nécessairement’ plus grand que sa partenaire », prévient la sociologue dans son livre. « La rencontre professionnelle aussi », ajoute Marianne, 52 ans, assistante de direction à Lyon.

« Pas un seul garçon n’osait m’inviter »

« J’ai déjà entendu, après ma visite au café : elle a la taille d’un mannequin mais pas le physique… Il y avait aussi des rumeurs selon lesquelles j’étais une femme transgenre. Et quand je voyage, mon patron marche toujours un mètre devant moi pour ne pas être à côté de moi. L’histoire pour ne pas passer pour un nain j’imagine », poursuit-il, face à cette conclusion cinglante : « Comme le chef ne peut pas me survoler de sa hauteur, il avance devant moi. »

Ses premiers booms dans la décennie des années 1980, il les a passés dans un fauteuil au moment des ralentissements. « Je n’ai pas besoin de vous dire que pas un seul mec n’a osé me demander de faire un syndicat. Je faisais deux têtes de plus qu’eux », raconte Marianne, qui « drague à 1,90 m », dit-elle. Il décrit son combat pour s’habiller, pour trouver les escarpins qui lui vont… en 43. J’ai mes adresses », souffle-t-il.

Le couple Tom Holland/Zendaya livre toujours une belle représentation où la femme est un peu plus grande que l’homme, et on aime ça (en tant qu’adultes) 🤗 #SpiderManNoWayHome

N’y a-t-il rien de positif à atteindre le sommet parmi les plus grands ? « Je suis en paix avec mon corps depuis longtemps. Mon petit mari (NDLR : 1,79m) est formidable, j’ai deux enfants formidables et quand je parle, je trouve que je n’ai pas besoin d’élever la voix. Dans les réunions, je ne suis pas coupée contrairement à beaucoup de femmes. Nous l’appelons manterrupting, par cœur. Et je pense que je le dois à ma taille », a analysé Marianne.

Sortie de son lycée du 13e arrondissement de Paris, Iris surpasse les filles et certains garçons dans le groupe d’amis avec qui elle discute. Il n’est pas difficile d’évaluer qu’il doit bien connaître l’insolite 1,77 m. Banc : 1,78 m. Trouvez-vous sa taille exclusive? Stigmatisant ? « Non, pas du tout, balaie la demoiselle. J’en ai marre qu’on me demande si je joue au basket. »