Après quinze ans au Centre patronal, le Vaudois s’apprête à prendre de nouvelles fonctions outre-Sarine. Une autre façon de défendre les intérêts romands.

Patrick Eperon prend la pause avec « Kitta ». « Les chats sont indépendants et parfois très affectueux, ce contraste les rend intéressants. J’aime ce côté libéral de l’animal !

Dans le trois-pièces de Pully, il n’y a toujours pas de cartons. Les trois chats, Kitta, Kiwi et Kimi, peuvent continuer à se déplacer librement dans le salon. Le déménagement n’est pas prévu avant l’été prochain. « Ce sera un petit appartement meublé à Zurich avant de nous installer à Berne. » La capitale fédérale offre le meilleur compromis pour Patrick Eperon et sa future épouse, une informaticienne dont l’activité sera toujours centrée sur la Suisse romande. Le mariage aura lieu dans quelques mois.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

À Lire  Ce facteur de développement personnel fait fureur sur internet