Le désir sexuel se caractérise par sa grande variabilité ! Chez l’homme – comme chez la femme d’ailleurs – une baisse de cette libido peut être liée à de nombreuses raisons. Qu’elles soient psychologiques, hormonales, associées à la prise de certains médicaments ou à une maladie.

L’Association française d’urologie (Urofrance) rappelle, « on reconnaît dans le désir sexuel, d’une part, une composante biologique et, d’autre part, une composante psychoaffective qui module la composante biologique de manière stimulante ou inhibitrice ». .

Chez les hommes, une raison pourrait être hormonale. Et pour cause, physiologiquement, la testostérone stimule le désir sexuel. L’hypogonadisme – caractérisé par un manque de testostérone – peut donc s’accompagner d’un désir sexuel « très faible », comme le dit UroFrance. Ce niveau de testostérone est vérifié par un test sanguin. De même, cette perte de désir peut également être associée à un déficit en androgènes lié à l’âge, plus communément appelé andropause.

Le stress, un ennemi 

Certaines affections chroniques potentiellement sous-jacentes doivent également être exclues. Il s’agit de cas de diabète insulino-dépendant, de sclérose en plaques ou d’insuffisance rénale chronique. Tout peut changer la libido, bien sûr de la même manière que la dépression. Il convient également de noter que des médicaments peuvent être impliqués, tels que les antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les neuroleptiques.

À Lire  Des aliments miracles pour booster votre santé

Enfin, la baisse ou la perte de libido peut également s’expliquer par des raisons psychologiques et/ou situationnelles. De manière générale, le stress, tant personnel que professionnel, est l’ennemi de l’épanouissement sexuel. Surtout, si vous avez des questions, posez-les à votre médecin. Il saura vous guider, si nécessaire. C’est d’autant plus important que 12,5% à 28% des hommes souffrent d’une diminution « occasionnelle, périodique ou fréquente » du désir sexuel. Et 1,3% à 3,9% des hommes souvent…

Source : Association française d’urologie, site consulté le 4 mai 2021

Ecrit par : David Picot – Edité par : Emmanuel Ducreuzet