Par L’Etudiant Fab, publié le 25 mai 2021

De nos jours, passer le permis de conduire demande une grande capacité financière, que les jeunes et surtout les étudiants n’ont pas forcément. Pour certains d’entre eux pourtant, le permis de conduire est un précieux sésame plus que nécessaire pour pouvoir se déplacer. Heureusement, il existe une variété de subventions gouvernementales disponibles en fonction de l’âge et de la situation scolaire.

Le permis à 1 € par jour

Le code et la conduite sont payés séparément et représentent un investissement financier énorme pour les jeunes étudiants.La campagne « One-Euro-Tagschein » lancée il y a quelques années permet aux jeunes de 15 à 25 ans de financer un permis de conduire. Mis en place par l’Etat en partenariat avec les établissements de crédit et les auto-écoles, ce dispositif consiste en un prêt à taux zéro (d’un montant maximum de 1 200 €). En effet, l’Etat finance le permis de conduire et ses intérêts, et en contrepartie le demandeur s’engage à rembourser ce prêt à hauteur de 30€ par mois ou 1€ par jour. Si vous échouez à l’examen pratique de conduite, une formation complémentaire peut également être financée, mais uniquement jusqu’à un montant de 300 euros.

Mais attention, toutes les auto-écoles ne participent pas forcément à ce dispositif. Assurez-vous également de choisir une auto-école qui a signé un accord pour participer à cette promotion et qui possède le sceau d’État « Qualité de l’enseignement dans les auto-écoles ». Une fois votre contrat d’apprentissage dûment rempli et signé, vous pouvez vous adresser à l’un des organismes partenaires, généralement la plupart des banques et mutuelles, pour que le montant du prêt soit versé directement à votre auto-école.

Aide pour les jeunes en insertion

Si le permis en lui-même est particulièrement onéreux, ce n’est pas le seul coût lié à la voiture. Cependant, il ne faut pas oublier les frais annexes comme la carte grise, l’assurance du véhicule ou encore le contrôle technique. Sous certaines conditions, par ex. B. Si vous avez moins de 26 ans au moment de la demande, Pôle Emploi prend en charge tout ou partie de ces frais selon votre situation.

Sachez que lorsque vous déménagez, notamment lorsque vous démarrez un nouveau travail ou des études, il ne faut pas oublier d’indiquer votre changement d’adresse afin que les changements soient répercutés sur tous vos papiers, notamment sur la fameuse carte grise. Pour ces derniers, les mesures d’allocation et les taux varient chaque année. Aussi, n’oubliez pas de découvrir ce qui change en 2021 pour ne pas être pris au dépourvu.

Aide pour les apprentis

Si vous étudiez et êtes stagiaire dans une entreprise parallèle, vous savez qu’il existe un système d’accompagnement qui vous est spécialement adapté. En effet, depuis janvier 2019, l’Etat accorde une aide financière de 500 € pour la formation initiale à l’obtention du permis de conduire, à la demande du demandeur. Pour cela, le stagiaire doit être âgé d’au moins 18 ans, avoir un contrat de stage en cours de validité et être déjà inscrit dans une auto-école. Pour pouvoir bénéficier de cette aide, le jeune étudiant doit au préalable postuler auprès de son CFA et déposer un dossier avec toutes les pièces justificatives demandées. A noter que cette aide peut être cumulée avec d’autres prestations sociales.

À Lire  Comment supprimer les bordures dans Microsoft Word

La bourse au permis de conduire

En fonction des investissements réalisés par chaque commune française, vous pouvez également bénéficier de l' »allocation permis de conduire ». Ce programme s’adresse aux jeunes de 18 à 25 ans, encore scolarisés ou non, et sans ressources personnelles ou familiales, et leur permet de faire financer une partie de leur première formation de conduite, selon votre situation jusqu’à 80%

Ce dispositif reste également tributaire de la participation de votre communauté de résidence. Si vous êtes éligible et que votre dossier a été validé par votre commune, cette subvention sera reversée directement à l’auto-école où vous êtes inscrit. Comme pour la promotion permis à 1€ par jour, assurez-vous d’avoir sélectionné une auto-école partenaire pour ce programme. En contrepartie, le jeune doit réaliser diverses activités d’intérêt commun à raison de quelques heures par semaine. Dans la plupart des cas, votre mairie vous demandera environ quarante à cinquante heures de bénévolat à effectuer dans un établissement de service communautaire, comme une maison de retraite, un city stade, ou une aide aux devoirs. Dans certains cas, une intervention de sensibilisation à la sécurité routière peut également être demandée dans une ou plusieurs écoles.

Les régions et départements à la rescousse

Outre les mesures prises par certaines communes, les régions et départements peuvent également s’engager à aider les jeunes à obtenir le permis de conduire. Pour ce faire, le jeune candidat doit faire du bénévolat pour une association caritative ou un organisme qui lutte contre la pauvreté, l’isolement, la violence, etc. Il est également possible d’investir dans une agence de services et d’aide à la personne, à condition qu’elle soit partenaire de ce financement.

D’autre part, votre mutuelle ou même votre assurance habitation peuvent également vous proposer une aide financière pour couvrir une partie de vos études de conduite. Renseignez-vous auprès de votre mairie ou du conseil départemental de votre région.

S’engager comme élève test

Heureusement, si vous ne pouvez prétendre à aucune de ces subventions, vous avez une dernière option, qui n’est pas couverte par l’aide financière. Afin de bénéficier de cours de conduite gratuits et d’avoir une petite longueur d’avance dans la formation, vous pouvez vous inscrire en tant qu’élève test dans un centre de formation pour futurs professeurs d’auto-école. Aucune pression car c’est votre instructeur qui est évalué, pas vous. De votre côté, il ne vous reste plus qu’à utiliser ces fameuses heures de bénévolat pour maximiser vos compétences et ainsi réduire votre nombre d’heures de conduite sur le permis de conduire officiel.