Déposer une annonce sur Pôle emploi

Vous cherchez à embaucher un professeur de conduite et de sécurité routière? Le premier réflexe à avoir est de publier votre offre d’emploi sur le site de Pôle Emploi. Vous ne recevrez pas forcément de réponse par ce canal, mais il est indispensable d’adresser une offre à Pôle emploi ! Cela permet d’identifier le métier de moniteur d’auto-école comme un « métier en tension »… et c’est à cette condition que le financement de ces formations continuera à être accordé.

Voici un tutoriel montrant comment envoyer une offre à Pôle emploi en 10 minutes.

La formation Titre pro ECSR

La formation pour l’obtention du Titre Professionnel d’Enseignant de la Conduite et de la Sécurité Routière (ECSR) a une durée de 1211 heures, réparties comme suit : 910 heures de formation, 280 heures en entreprise et 21 heures d’examen.

Il est divisé en deux modules ou Certificats d’Aptitudes Professionnelles : CCP 1 (700 heures) et CCP 2 (210 heures).

Le candidat peut effectuer sa formation en une seule fois (CCP1 et CCP2 en 9 mois) ou en deux temps (CCP1 puis CCP2, dans le cadre du contrat de professionnalisation).

Il existe une multitude de modalités et de financements possibles : autofinancement (grâce au CPF surtout), aide de la Région, OPCO Mobilité, Transitions Pro (anciennement Fongecif)… Le but de cet article n’est pas de les détailler. Les centres de formation le feront bien mieux que nous !

À Lire  Comment signaler un serveur Discord ?

Les avantages du contrat de professionnalisation

Les avantages du contrat de professionnalisation sont nombreux ! Après avoir suivi 700 heures de formation (généralement réparties sur 4 à 5 mois) et obtenu son CCP 1, le candidat reçoit l’ATRE (Autorisation Temporaire d’Exercice Restreint), prévue à l’article R. 212-1 du code de la route

Le candidat peut alors donner des cours de conduite (sans la présence d’un tuteur). Elle est prise en charge par l’auto-école qui bénéficie d’une aide financière (jusqu’à 8 000 €).

Le contrat professionnel a une durée de 12 à 18 mois. Pendant cette période, le candidat au titre pro doit rester à l’auto-école. S’il rompt le contrat, il devra alors payer sa formation (environ 9 000 euros), ce qui est relativement dissuasif.

Le contrat de professionnalisation permet donc d’avoir un salarié qui produit relativement vite, avec un coût réduit dans un délai garanti. De plus, avoir l’apprenti dans l’entreprise permet à l’auto-école d’inculquer ses méthodes de travail.

Trouvez des candidats !

Le dispositif est bien implémenté, c’est intéressant que les auto-écoles l’utilisent… encore faut-il avoir des candidats au Titre Pro à envoyer en formation. Au lieu de recourir à des candidats envoyés par Pôle emploi (dont la motivation est inégale), l’idéal pour l’auto-école est de « démarcher » directement les candidats motivés dans son entourage proche : parmi ses anciens élèves, les proches de cadres ou de salariés, etc. Ces candidats sont déjà « connus » et s’intégreront plus facilement dans l’équipe.