Publié le 3 octobre 2022 à 21h24 On ne sait pas si l’employée a commis un crime irréparable avec son travail Source : Istock

Publié le 3 octobre 2022 à 21h24

Nous ne savons pas que le fonctionnaire a commis un crime irréparable avec son travail.

Un ancien magistrat de Dijon a vu en sa peine allégée par la cour d’appel de Besançon.L’homme avait été reconnu coupable d’avoir proposé à des internautes de violer sa fille de 13 ans.Sa peine a été ramenée à deux ans de prison avec sursis.

La peine de l’ancien magistrat de Dijon a été réduite par la cour d’appel de Besançon.

Un homme a été reconnu coupable d’avoir proposé aux internautes de violer sa fille de 13 ans.

Sa peine a été réduite à deux ans de probation.

L’affaire a choqué lorsqu’elle a été découverte. Ce lundi, un ancien magistrat de Dijon a vu sa peine de prison réduite à deux ans avec sursis lors d’un procès devant la cour d’appel de Besançon. Il a été reconnu coupable d’avoir suggéré aux internautes de violer sa fille de 13 ans. Vice-président du tribunal de Dijon à l’époque des faits, depuis qu’il a été exclu du siège, ce père de trois enfants a proposé des relations sexuelles avec sa fille sur des sites obscènes entre octobre 2019 et juin 2020, mais n’a rien fait. .

En première instance, le tribunal correctionnel de Besançon a condamné l’homme de 57 ans à deux ans de prison, dont un ferme, pour « incitation à la corruption de mineur non accompagné » et « incitation à la commission de viols et d’agressions sexuelles ». d’un mineur sans aucune surveillance ». Il a fait appel.

À Lire  Faire son SEO soi-même : 3 erreurs qui montrent l'importance d'une agence spécialisée

Un « traumatisme » pour explication

Dans son verdict rendu jeudi, la cour d’appel l’a reconnu coupable de ce premier chef, mais l’a acquitté des faits d' »incitation à commettre des viols et des agressions sexuelles sur mineur sans effet » en raison du problème de la qualification pénale. Elle a réduit sa peine à deux ans de prison, avec sursis dans son intégralité avec obligation de soins.

L’affaire a débuté en octobre 2019, lorsqu’un internaute d’un site libertin a rapporté qu’un homme proposait de brancher sa fille, alors âgée de 12 ans, avec sa femme dans des relations sexuelles. Sans casier judiciaire ni problème d’addiction, le juge a admis avoir écrit ces messages, mais a évoqué « des fantasmes (…) qui ne se sont jamais réalisés ». Sa proposition n’a pas été suivie, et sa femme, également juge, a été acquittée à l’issue de sa garde à vue. Il a également envoyé des photos de sa fille en maillot de bain à un site libertin.

Selon la défense, il a été avocat principal lors du procès de Pierre Bodein en 2007, peu après la naissance de sa fille, et a subi le « traumatisme » lié à l’affaire, impliquant un récidiviste surnommé « Pierrot le fou », condamné à la perpétuité sans sursis pour trois meurtres sauvages et deux viols commis en 2004. Outre la peine, l’ancien juge a été démis par la commission de discipline du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) en juillet 2021, la peine disciplinaire la plus sévère qui puisse être imposée à un juge. Son appel a été rejeté par le Conseil d’Etat en avril.

Le violeur condamné reste en liberté

Publié le 1 juillet 2022 à 20h08

Le plus lu Last minuteTendance