La scène bistrot de la capitale est en constante évolution. De nombreux restaurants parisiens proposent une cuisine inventive, moderne et raffinée, à déguster dans une ambiance plutôt décontractée et décontractée. Le titre dit tout : voici quelques adresses de bistrot qui ont retenu notre attention (et nos papilles) récemment à Paris.

Alluma

Niché rue Saint Maur, au cœur d’un des quartiers les plus vivants et populaires de la capitale, Alluma a ouvert ses portes en octobre 2022. Dans les langues anciennes ce mot évoque la lumière : un élément omniprésent ici, dans la chambre avec ses déco raffinée d’inspiration orientale et aux sourires éclatants de Liran et Noa Tal, le couple de Tel-Aviv à la tête de ce bistrot signature. Après être passé par plusieurs cuisines en Israël et en France, le chef Liran réalise enfin le rêve d’ouvrir sa propre table à Paris avec l’aide de sa femme Noa, qui s’occupe de la salle.

La maison propose deux menus dégustation uniques, en quatre étapes pour le déjeuner (25€) et en six pour le dîner (55€). On découvre Alluma à travers sa carte du soir, une succession d’assiettes et de plats qui nous permettent d’embarquer dans un véritable voyage aux saveurs méditerranéennes, en séjournant dans le 11ème arrondissement de Paris.

L’apéritif, c’est déjà tout un programme : c’est du kugel, petit gâteau ashkénaze au goût sucré et poivré, crème de skordaliá (crème grecque à base d’amandes et d’ail), salade de pomme verte et céleri, feuille d’estragon. Sans trop en dire sur ce menu dégustation qui mérite d’être découvert en personne, voici nos coups de cœur de la soirée : la feuille d’épinard grillée, caviar d’aubergines brûlées, pois chiches, citron confit, vinaigrette aux dattes ; filet de rouget grillé, crème de poivrons, salade de fenouil et orange, crumble d’olives ; sorbet pamplemousse à l’arak, servi avec meringue sumac et zaatar.

Chez Alluma, vous dégusterez une cuisine de bistrot d’inspiration levantine, très personnelle et créative, qui évolue au gré des saisons et des inspirations du chef. Nous avons hâte de revenir pour voir quels menus de saison le chef Tal concevra pour le restaurant !

Où? Alluma, 151 Rue Saint-Maur, 75011 Paris

Le Galopin

Le Galopin © Antoine Guilloteau

Niché dans un coin de la place Saint Marthe, Le Galopin est un restaurant à découvrir, comme le suggèrent les « bibles » gastronomiques : le bistrot a remporté une assiette Michelin à son ouverture et deux toques Gault Millau en 2022. Le chef Julien Simonnet a repris cette table . en 2020 et n’a pas dénaturé l’atmosphère du lieu qui reste authentique et accueillant. Assis dans la petite salle à la décoration simple, vous pourrez déguster un menu dégustation organisé en cinq étapes (55 euros) et savamment accompagné d’une sélection de vins naturels et autres boissons alcoolisées, comme les sakés et les cidres, proposés selon les plats. Formé au Japon et passé par de nombreuses cuisines parisiennes (Ze Kitchen Galerie, Routes, Porte 12), le chef de 27 ans propose ici une expérience gastronomique inspirée et délicieuse, construite autour du produit, toujours frais, de saison et soigneusement sourcé dans un circuit. court

Le Galopin © Antoine Guilloteau

Lors de notre dîner au Galopin, nous avons adoré : la tartelette en brick, oignons doux, mimoletto râpé et poudre de menthe ; l’oeuf parfait crémeux, écume de pomme de terre, siphon sauge-pastrama ; maigre de ligne blanchi à l’huile de sésame et accompagné d’un bouillon sud-asiatique traditionnel de fève tonka, citronnelle et lait de coco ; la côtelette d’agneau, champignons, huile verte et sauce cacahuète.

De l’entrée au dessert, laissez-vous guider à la découverte de cette cuisine qui éveille le goût et les émotions, dans l’ambiance décontractée de ce bistrot à suivre de près.

À Lire  Bas-Rhin : le choc après l'annonce de la fermeture d'une usine historique Heineken

Pianovins

Où? Le Galopin, 34, rue Sainte-Marthe 75010 Paris

La première chose qui attire en entrant au Pianovins, bistrot discret situé dans le quartier de Ledru Rollin, c’est son ambiance feutrée et intimiste. Ouvert depuis 2018 par le chef Michel Roncière et le sommelier Éric Mancio après vingt ans de collaboration avec Guy Savoy, ce petit restaurant d’une vingtaine de couverts se veut « une table d’épicuriens ». Pas de musique de fond ici, juste les bruits provenant de la cuisine ouverte, où le chef travaille habilement derrière les fourneaux avec son équipe. Dans cette ambiance propice aux confidences et au partage, vous pourrez déguster un goût authentique et délicat qui évolue au fil des saisons, à découvrir en 5 (55 euros) ou en 7 étapes (67 euros).

Les entrées réveillent les papilles : velouté de champignons, lardons rôtis et trompettes de la mort ; Saint-Jacques, céleri-rave et noisettes grillées. La dégustation se poursuit avec les plats, comme le jarret de veau confit, servi dans son jus de cuisson, à la cuisson parfaitement maîtrisée. Et pour finir sur une note sucrée, de délicieux pirclafoutis. L’accord mets-vins est habilement mené par Eric, qui possède une carte des vins composée de plus de 200 références.Pianovins est la table idéale pour se faire plaisir et découvrir une carte juste et gourmande qui démocratise la bonne cuisine. et ambiance accueillante.

Arboré

Petit plus : le menu 4 services à 34 euros le midi est imbattable pour le quartier !

Où? Pianovins, 46 rue Trousseau, 75011 Paris

Ouvert en octobre 2022, Arboré est le nouveau restaurant de l’Hôtel Royal Madeleine, récemment rénové, situé dans le quartier de la Madeleine. Le nom du restaurant s’inspire de la décoration verdoyante de l’établissement, où l’on peut s’attabler dans l’une des agréables salles fleuries. Si vous préférez, lorsque les températures le permettent, vous pourrez aussi atterrir dans le Passage Puteaux au charme parisien et hors du temps, qui longe l’hôtel. Pauline Séné, jeune chef trentenaire, que l’on a découverte chez Fripon après son passage sur le plateau de Top Chef, signe la carte de l’établissement sur un mode bistronomique et responsable.

Grand Duc

Son offre culinaire, personnelle et généreuse, évolue au fil des saisons et des arrivages et s’articule autour de quatre entrées, quatre plats et quatre desserts. Les assiettes sont conçues pour être partagées, pour profiter des saveurs et des inspirations qui composent la cuisine accessible, contemporaine et raffinée du chef. Le choix n’a pas été facile, mais nous avons aimé le ceviche maigre, servi avec myrtilles, coriandre et concombre, et pour le collègue accompagné de bok choi grillé, champignons shiitake, sauce beurre blanc et katsuobushi. Enfin, le dessert nous a bluffé avec une explosion de saveurs et de textures : crème au citron, mascarpone, brioche bretonne, meringue et sorbet coriandre. La maison propose des vins et des cocktails qui accompagnent la cuisine du chef avec de belles alliances : laissez-vous emporter !

Le petit plus : le bar de l’hôtel propose une intéressante carte de cocktails signatures, ne partez pas sans en avoir profité.

Où? Arboré, 29 rue de l’Arcade, 75008 Paris

Avec sa situation privilégiée, à quelques pas du Carreau du Temple, le Grand-Duc redonne vie à un établissement à la magnifique structure de style Eiffel qui se déploie sur trois étages. Sous la direction de Thibault Vidalenc et Pascal Billon, cette adresse change de décoration et devient un lieu de vie, de gourmandise et de fête. Aux commandes de la cuisine, on retrouve le chef Hervé Nepple, qui après son passage dans plusieurs établissements français (Pierre Gagnaire, Guy Savoy, Maison Blanche) débarque ici avec sa cuisine bistronomique inspirée des saveurs du monde.