En 2022, il n’y a que 239 000 PEA-MSP contre plus de 6 600 000 PEA ! Le Plan d’Epargne en Actions Petites et Moyennes Entreprises, communément appelé PEA-PME, vit ainsi dans l’ombre de son grand frère, le PEA. Malgré cela, il reste une enveloppe fiscale pertinente et une excellente opportunité d’investir dans des actions de sociétés cotées (petite capitalisation) et de sociétés européennes non cotées.

Investir dans le PEA-PME comporte un risque de perte en capital et doit être réalisé en fonction de ses propres capacités, besoins et objectifs. Pricebank revient ici sur toutes les caractéristiques du PEA-PME : Comment ça marche ? Ses forces et ses faiblesses ? Où ouvrir son PEA-PME ? Quels sont les titres et fonds acceptables dans cette enveloppe ?

Qu’est-ce qu’un PEA-PME ? Définition

Comme le PEA, le PEA-PME forme une enveloppe fiscale. Cet investissement a pour objectif de vous inciter à investir dans des titres de petites et moyennes entreprises européennes bénéficiant d’une défiscalisation essentielle sur les plus-values ​​réalisées (hors prélèvements sociaux) avec une obligation de conservation d’au moins 5 ans.

L’ouverture du PEA-PME entraîne l’ouverture de 2 « sous-comptes » :

Qui peut ouvrir un PEA-PME ? 

Pour ouvrir un PEA-PME, une personne s’adresse à une banque ou à un courtier spécialisé. Cependant, il doit remplir les conditions suivantes :

Un investisseur ne peut avoir qu’un seul PEA-PME, mais au maximum 2 par foyer fiscal. Les conjoints ou partenaires pacsés peuvent en détenir chacun un qui peut être ouvert indépendamment ou avec un PEA classique.

En revanche, d’autres contribuables majeurs pourront ouvrir un PEA classique sous certaines conditions, mais ils ne pourront pas ouvrir ce fameux PEA-PME. A noter que les jeunes de 18 à 25 ans rattachés à un foyer fiscal peuvent ouvrir un PEA jeune sachant que les versements maximum agréés pour ce dernier sont limités à 20 000 €.

Bon à savoir : après ouverture d’un PEA-PME, il est transférable à un autre établissement financier tout en conservant l’avantage fiscal du contrat. Ce choix est intéressant en raison d’un meilleur prix ou d’un regroupement d’actifs, par exemple. Cependant, le transfert implique des coûts avec des délais parfois assez longs, comme l’a récemment relevé l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Plafonds du PEA-PME et cumul avec un PEA

Avec le PEA-PME, les versements ne peuvent excéder 225 000 euros de la loi PACTE. Il faudra aussi tenir compte des versements effectués sur un PEA ordinaire qui est limité à 150 000 €. Enfin, si vous effectuez des versements au PEA et au PEA-PME, les versements cumulés homologués sur ces deux enveloppes fiscales ne doivent en aucun cas dépasser 225 000 euros.

Exemples sur les règles de versement et de cumul d’un PEA & PEA-PME

Dans ces exemples, si un investisseur dépose 150 000 € dans un PEA, alors il ne peut déposer « que » 75 000 € dans son PEA-PME même si le plafond maximum autorisé pour ce dernier est de 225 000 €.

Dans quel établissement ouvrir un PEA-PME ?

Le PEA-PME n’est pas vendu dans toutes les banques et autres courtiers. Le meilleur choix dépendra notamment des frais de gestion et de courtage appliqués, mais aussi de la gamme de produits financiers proposés (offre 0%), ainsi que de l’interface digitale pour effectuer vos transactions. Les courtiers en ligne et les banques ont aujourd’hui les meilleurs prix et services.

Peu importe le bon fonctionnement de votre contrat, les frais ont un impact important sur votre rendement final. Comme pour un CTO ou un PEA, il est important de faire attention aux coûts suivants avant d’ouvrir votre PEA-PME :

Top des meilleurs courtiers et banques pour l’ouverture d’un PEA-PME

3 offres de frais de courtage :

Bon à savoir : Pour profiter de certaines de ces offres, il faut passer des ordres de bourse mensuels minimum avec une pénalité de facturation supplémentaire : Exemple 5,95€/mois chez Boursorama Banque si aucun ordre n’est passé dans le mois avec l’offre Trader.

Depuis le 1er juillet 2020, certains frais au sein du PEA et du PEA-PME sont limités par la loi, dont notamment :

Quels titres et fonds sont éligibles au sein du PEA-PME ? 

Avec le PEA-PME, il est impossible d’acheter des actions de grandes entreprises. Les sociétés éligibles à cette enveloppe répondent à un cahier des charges strict et la liste officielle des sociétés éligibles à la cotation est également consultable sur Euronext Paris.

La règle d’éligibilité des entreprises au PEA-PME est basée sur la définition INSEE des entreprises de taille intermédiaire (ETI) comprenant :

Egalement éligibles au PEA-PME :

Bon à savoir : dans le PEA-PME il est donc possible de souscrire à des opérations de financement participatif en intégrant des titres de participation ou des obligations à taux fixe proposés par un prestataire de services de financement participatif (PSFP).

Pour les personnes intéressées par le potentiel et l’attractivité du PEA-PME, mais ne disposant pas de suffisamment de temps ou de compétences, elles peuvent investir via :

Investir dans des ETF représente une gestion dite passive qui réplique un indice ou la valeur d’un panier d’actifs avec des frais de gestion réduits, sans réduire la performance. L’idéal serait également d’avoir des ETF synthétiques capables de répliquer des indices non éligibles au PEA-PME, mais ces trackers semblent peu présents voire inexistants pour le moment.

Rappel : Les SICAV, FCP, OPCVM et ETF doivent être investis en titres PME ou ETI à hauteur d’au moins 75%.

Et si le titre ne respecte plus les critères d’éligibilité du PEA-PME ?

Si l’entreprise se développe et ne remplit plus les critères d’effectif, de chiffre d’affaires ou de capitalisation boursière à un moment donné, les titres restent en PEA-PME. Ces critères doivent être suivis lors de l’achat de titres. Si l’entreprise prospère et se développe, elle restera au sein du PEA-PME même si son effectif ou son chiffre d’affaires augmente de 5 en 3 ans ou 10 ans.

Les seuils à ne pas dépasser s’apprécient donc à la date d’acquisition des titres ou à la date d’investissement dans les fonds !

La fiscalité applicable au PEA-PME

Opter pour un PEA-PME, c’est s’offrir des avantages fiscaux égaux à ceux d’un PEA, à savoir :

À Lire  Assurance non-paiement des loyers : Mila s'ouvre aux propriétaires privés

Sauf pour des raisons valables (voir ci-dessus)

Bon à savoir : Si la clôture d’un PEA ou d’un PEA-PME entraîne une perte éventuelle, celle-ci peut être attribuée à des gains hors enveloppe fiscale sur un compte-titres par exemple.

Il existe des exceptions à la fermeture en cas de désistement avant 5 ans, notamment si :

Il existe également un plafond d’exonération des revenus générés par les titres de sociétés non cotées, fixé à 10 % du montant de l’investissement. Les dividendes versés et autres revenus de capitaux mobiliers supérieurs à 10% du montant investi ne seront pas exonérés d’impôt et sont soumis à un impôt forfaitaire ou à un barème de l’impôt sur le revenu.

Rappel : avec le PEA-PME et le PEA il n’y a pas de taxation tant que l’investisseur reste à l’intérieur de l’enveloppe. Il est possible de réaliser autant d’achats et de ventes de titres au sein du PEA-PME sans payer d’impôt tant que vous n’effectuez aucun prélèvement sur ce contrat !

Après avoir trouvé votre banque et/ou établissement financier, l’ouverture d’un PEA-PME se fait en ligne en moins de 5 minutes via :

Une fois votre compte ouvert, vous devrez mettre en place une commande de stock. Pas de panique, voici les différentes étapes à suivre avec la plupart des brokers ou banques en ligne :

Le PEA-PME est bon pour qui ? Pour quoi ?

Participation à l’économie : Que ce soit par conviction ou par attrait financier, le PEA-PME nécessite encore un certain appétence au risque pour participer au développement des petites et moyennes entreprises françaises et européennes. Autant le PEA est devenu un placement incontournable, autant le PEA-PME est moins accessible : investir dans des titres de PME cotés et surtout non cotés ne plaît pas à la masse et c’est sans doute dommage !

Ethique et proximité : Néanmoins, il est intéressant et profitable de pouvoir participer aux activités de l’entreprise, celle située à côté de chez vous ou pourquoi pas celle pour laquelle vous travaillez, et d’analyser son potentiel de développement. Soyons un peu chauvin : le PEA-PME est une excellente opportunité de soutenir le « made in France » avec une réduction d’impôt en prime après 5 ans de maîtrise d’ouvrage.

Pour commencer : Cela reste un investisseur non averti qui hésite à ouvrir un PEA-PME… Prendre une date sur ce type de contrat vous permettra d’exonérer l’enveloppe d’impôt sur le revenu ou d’impôt forfaitaire de 12,8 % à terme. Le mieux serait d’y investir même de petites sommes pour se mouiller, d’autant que les frais légalement réglementés le permettent sans peser sur la performance de vos investissements. Pour commencer, nous avons vu que les fonds éligibles au PEA-PME permettaient d’accéder aux bénéfices de l’opération sans avoir les bonnes compétences comptables et financières.

Objectifs successoraux : Le couple pourra bénéficier d’une enveloppe défiscalisée totale de 450 000 € avec PEA et PEA-PME confondus. Ce dernier permettra également à certains dirigeants et entrepreneurs d’inclure leur patrimoine professionnel ou d’investir en capital-investissement dans des entreprises éligibles. Cette enveloppe est parfois un outil d’optimisation fiscale et foncière pour une SCI, une SAS immobilière ou une SCP d’intégration. Toutefois, lors de la dissolution et de la liquidation de ces sociétés, les revenus générés risquent d’être soumis au plafond d’exonération de 10% mentionné précédemment.

Parier sur l’avenir : Le PEA-PME, c’est aussi l’opportunité de parier sur les entreprises d’avenir qui connaîtront une forte croissance dans des secteurs porteurs : numérique, transition énergétique… Les petites entreprises d’aujourd’hui peuvent devenir les grandes entreprises de demain !

Avantages et limites du PEA-PME

En résumé, l’ouverture d’un PEA-PME vous permet de bénéficier des avantages suivants :

D’autre part, il ne faut pas oublier que le PEA-PME comporte également des risques tels que :

Les différents types de PEA en France 

Enfin, il y a quatre PEA qu’il est important de bien distinguer :

1. Le PEA Bancaire est le plus courant. Avec un plafond de 150 000 €, le déposant pourra investir en actions, organismes de placement collectif (SICAV ou OPCVM), certificats, parts de SARL composées d’au moins 75% de valeurs mobilières européennes.

2. Le PEA-PME développé dans cet article a été créé en 2014 pour encourager l’investissement en faveur des petites et moyennes entreprises. Avec un fonctionnement calqué sur le fonctionnement de son grand frère, la banque PEA, elle dispose d’un plafond de versement de 225 000 euros et est adossée au PEA. Cependant, vous ne pourrez pas débourser plus de 225 000 € sur le PEA-PME & PEA à nouveau ensemble !

3. Le PEA jeune limité à 20 000 euros est, quant à lui, adapté aux jeunes de 18 à 25 ans encore liés au foyer fiscal de leurs parents.

4. Le PEA-Assurances est un peu plus particulier car il est conclu avec une compagnie d’assurance. In fine, il prend la forme d’un contrat de capitalisation libellé en unités de compte avec un objectif successoral intéressant : En cas de décès du titulaire du PEA-Assurances, le contrat de capitalisation est prolongé au profit des bénéficiaires qui peuvent alors demander le rachat ou gardez-le selon ses besoins.

Synthèse sur le PEA-PME

L’avantage fiscal du PEA-PME sur les 5 dernières années est une véritable aubaine qu’il convient d’utiliser en fonction des capacités, des attentes et de l’appétence au risque des investisseurs. Dès lors, il semble important de savoir gérer cet investissement comme un PEA, un PER ou une assurance-vie.

En amont et pour les personnes qui souhaitent évaluer leur épargne et leurs placements, nous vous conseillons notre bilan patrimonial gratuit pour réaliser un diagnostic de vos finances. Pricebank veut participer à l’éducation financière de tous les Français !

En conclusion, le PEA-PME est encore sous-utilisé en France selon nous. Cependant, il est idéalement associé au PEA. Bien sûr, la situation économique actuelle n’est pas à exclure non plus, ce qui va certainement bousculer certaines de ces PME et ETI, mais c’est surtout en ces temps difficiles que les meilleures affaires se font !

Pour que tout le monde soit d’accord, et même s’il n’y a pas encore envie d’investir, en revanche, il est important d’en ouvrir un afin de fixer une date au plus vite et de lancer le compte à rebours des 5 ans d’impôts ! Avant tout, il est important de choisir un courtier ou une banque qui propose des frais de courtage, des frais de garde et la meilleure expérience client pour des investissements premium !

Toute l’équipe de Pricebank est à votre disposition sur ce sujet. Avant de partir et afin d’optimiser durablement le PEA-PME et de limiter le risque de perte en capital, il est indispensable de veiller à quelques règles simples :

Cet article vous a-t-il été utile ?