Musculation ou musculation pour seniors ? - Aktukine

Nous savons maintenant que l’entraînement en force est recommandé pour améliorer la fonction physique chez les personnes âgées.

➡️ Bull FC, Al-Ansari SS, Biddle S, et al.. Lignes directrices 2020 de l’Organisation mondiale de la santé sur l’activité physique et le comportement sédentaire. Br J Sports Med. 2020;54(24):1451-1462. doi: 10.1136/bjsports-2020-102955 ⬅️

« Bodybuilding » est un terme générique, différentes formes sont possibles. On peut distinguer musculation et force : augmentation de la capacité de contraction d’un muscle, ou en force, c’est-à-dire le rapport entre le poids soulevé et la vitesse pour soulever ce poids. Dans la vie de tous les jours, la force est plus utilisée que la force brute. Par exemple, pour se lever, on distingue la capacité à soulever son poids et la capacité à accélérer le mouvement pour se mettre debout.

Cependant, il n’est pas clair si l’entraînement en force (soulever et abaisser des poids sous contrôle) et l’entraînement en puissance (PT) (combinaison de charge et de vitesse de déplacement) sont associés à une fonction physique améliorée.

Pour tenter de répondre à cette question aujourd’hui, on analyse cet article ⬇️ :

Balachandran AT, Steele J, Angielczyk D, et al. Comparaison de l’entraînement de puissance par rapport à l’entraînement de force traditionnel sur la fonction physique chez les personnes âgées : une revue systématique et une méta-analyse. JAMA Netw Open. 2 mai 2022 ; 5 (5) : e2211623. doi : 10.1001/jamanetworkop

Objectif : Évaluer si la physiothérapie par rapport à l’entraînement en force traditionnel est associée à une amélioration de la fonction physique chez les personnes âgées.

Sources de données : Des recherches systématiques dans MEDLINE, Embase, Cochrane Central, CINAHL, PsycInfo, PEDro et SPORTDiscus ont été menées depuis la création de la base de données jusqu’au 20 octobre 2021.

À Lire  Se muscler : la fréquence et non l'intensité de l'exercice est déterminante

Sélection des études : Essais cliniques randomisés (ECR) qui comparaient l’entraînement en force avec des instructions pour soulever des poids aussi rapidement que possible pendant la phase de levage avec l’entraînement en force traditionnel chez des personnes âgées en bonne santé vivant dans la communauté (âge = 60 ans).

PRINCIPALES MESURES ET MESURES DES RÉSULTATS: Les principaux critères de jugement comprenaient la fonction physique et la fonction physique autodéclarée. Les critères de jugement secondaires comprenaient la force, la puissance, la masse musculaire, la vitesse de marche, l’équilibre et les effets indésirables.

Résultats : Un total de 20 ECR impliquant 566 personnes âgées vivant dans la communauté (âge moyen [ET], 70,1 [4,8] ans ; 368 [65 %] femmes) ont été inclus. Pour les critères de jugement principaux, la physiothérapie était associée à une fonction physique améliorée avec de faibles preuves d’innocuité dans 13 ECR (n = 383) (DMS, 0,30 ; IC à 95 %, 0,05 à 0,54) et une fonction autodéclarée avec de faibles preuves d’innocuité. et 3 ECR (n = 85) (DMS, 0,38 ; IC à 95 %, -0,62 à 1,37). Les preuves ont été déclassées de 2 niveaux pour un risque élevé de biais et d’imprécision pour la fonction physique et une imprécision très grave pour la fonction physique autodéclarée.

Conclusions et pertinence : Dans cette revue systématique et méta-analyse,

L’entraînement en puissance reste donc une option, mais la revue indique que les effets négatifs ne sont pas documentés dans la plupart des études (14 études sur 20). Pour ceux qui le documentent, le risque reste faible mais existe, alors méfiez-vous !

L’adhésion au traitement est identique dans les deux groupes, environ 81 %.

actukiné, wcpt, kinéactu, actu, physiothérapie, kiné, nouvelles, kine, physio, physiothérapie, physiothérapie, omt, actukine, kineactu, actualité, physiothérapie