Publié le 13 décembre 2022 à 12h30

Allier « l’excellence académique d’une école de commerce » à la « technicité numérique d’une école du web ». C’est ça. C’est ainsi que Simon Dusart, PDG et co-fondateur de l’école de commerce Delta – située près des Buttes-Chaumont, à Paris -, a expliqué les objectifs (très ambitieux) de son école, qui ouvrira ses portes en février prochain.

Depuis, les choses se sont clarifiées pour l’école de commerce Delta avec la première levée de fonds de 1,1 million d’euros réalisée auprès d’une vingtaine de business angels – annoncée début octobre -, dont Thierry Petit (fondateur de Private Showroom), Catherine Spindler (adjointe). directeur général de Lacoste) Benjamin Chemla (fondateur de Saham et Stuart). « Ce qui est intéressant, c’est que nos business angels viennent de la première heure ainsi que des grands groupes, et ils partagent tous les constats qui ont conduit à la création de cette école », confirme Simon Dusart.

Donner l’esprit entrepreneurial

Ce constat, Simon Dusart lui-même l’a formalisé lors de sa dernière expérience professionnelle. « J’ai rejoint Cleany en tant que CFO et à l’époque j’ai également pris en charge le service des ressources humaines de la startup. Il était donc chargé de recruter et de former l’équipe. Et c’est là qu’il a compris que, d’une part, il « voyait un profil maîtrisant les sciences de gestion mais qui ont trop de vision » et d’autres « des personnes formées aux métiers du numérique mais qui n’ont pas de formation en sciences de gestion ».

C’est alors que Simon Dusart et les deux fondateurs de l’école de commerce Delta, Thibault Savary (investisseur) et Christophe Decker (ancien directeur général du groupe Au féminin) ont pensé qu’il pourrait y avoir une nouvelle formation qui serait créée pour mieux répondre aux besoins de l’entreprise. attentes. Et, en plus de former des profils non seulement en sciences de gestion mais aussi aux métiers du numérique, les fondateurs espèrent aussi insuffler ce que Simon Dusart appelle « l’esprit entrepreneurial ». C’est-à-dire que les soft skills (agilité ou résolution de conflits par exemple) sont importantes pour le monde du travail d’aujourd’hui.

À Lire  Fiche n° 1043 - Le nouveau paysage de la surveillance d'agence

Un bachelor et quatre masters

Concrètement, l’école propose un bachelor en Entrepreneuriat et numérique. Elle s’organisera autour de quatre piliers : « produit, fonctionnement, croissance et ventes, données ». « Le baccalauréat est très multidisciplinaire. Elle permet donc de changer de voie en cours de carrière et garantit une meilleure adaptation au marché du travail », souligne Simon Dusart. Si l’étudiant suit le master, il doit se spécialiser dans l’un de ces piliers.

Selon le PDG de l’école de commerce Delta, les débouchés sont nombreux : « Chef de produit, responsable administratif et financier, responsable marketing digital, data analyst… ». Les étudiants diplômés de cette école peuvent espérer un salaire de « 35 000 à 45 000 euros par an ».

Coût pour une année d’étude dans cette école ? 10 000 euros. L’inscription pour la rentrée anticipée en février 2023 court jusqu’au 10 janvier : « Ce sera une petite classe BAC+1 avec une quinzaine d’élèves. Nous recherchons un profil motivé à 200%, prêt à supporter le rythme de la prépa, car il faut suivre ce qui n’a pas été fait au premier semestre, la deuxième rentrée aura lieu en septembre, deux classes de première et une classe de troisième devraient ouvrir à cette date.