Inutile de recourir aux produits nobles de la ruche comme la gelée royale. L’humble miel rend le plus grand service.

1. Remplacer le sucre

Côté nutrition, le miel est une véritable alternative au sucre blanc (aussi appelé sucre raffiné). En plus d’être savoureux, il apporte des vitamines, des minéraux et des antioxydants. Mais son véritable atout est son fort pouvoir sucrant. Pour le sucre blanc, qui sert de référence, il est fixé à 100. Pour le miel, il est de 130. Cela signifie qu’il faut une dose plus faible pour détecter un goût sucré. Le miel est donc une option privilégiée pour accompagner les yaourts et autres desserts.

2. Soulager le mal de gorge

Le miel est traditionnellement utilisé dans les boissons chaudes contre les maux de l’hiver. Ce réflexe est en partie correct : en cas de toux aiguë – associée à une infection virale par exemple – il a tendance à réduire les épisodes de toux, surtout la nuit. Cela peut être dû au réflexe de salivation provoqué par son goût sucré, qui augmenterait la production de mucus, soulageant l’inflammation du larynx et du pharynx. Le miel a également des propriétés antibactériennes. Mais pour en tirer le meilleur parti, il ne faut pas le chauffer. Évitez de l’ajouter au thé chaud ou au lait. Au lieu de cela, avalez tel quel, avec une cuillère.

3. Soigner les plaies

Le miel peut être appliqué directement sur la peau : il accélère légèrement la cicatrisation des plaies et des brûlures. En effet, il forme un film protecteur sur la plaie et limite l’adhérence du pansement sur celle-ci. Il empêche également les bactéries de devenir plus résistantes en formant un biofilm. Plusieurs propriétés expliquent cela. Le miel a un pH légèrement acide, est riche en sucre et pauvre en eau, ce qui n’est pas propice à la survie des bactéries. Il sécrète également du peroxyde d’hydrogène, qui a une action antibactérienne.

À Lire  A Strasbourg, SOS Médecins dispense des consultations dans un centre médical les week-ends et jours fériés.

Commentaire. Cet usage doit être limité au cadre familial et pour les petites plaies bénignes. Si la plaie ou la brûlure est trop importante ou ne cicatrise pas bien, ou si elle présente un risque d’infection, consultez un médecin.

Choisir le bon miel

Si vous souhaitez faire un usage thérapeutique du miel, faites attention à ce que vous achetez. Idéalement, achetez-le chez un apiculteur, qui pourra vous renseigner sur son origine, sa fraîcheur et ses conditions de récolte. Essayez d’éviter les références disponibles en grande surface car, trop souvent, elles ne respectent pas les exigences de qualité, d’origine et de fraîcheur.

Pour les applications cutanées, le miel médical vendu en pharmacie (Medihoney, Revamil, Melectis, Urgo, etc.) est une bonne alternative si vous ne pouvez pas vous le procurer en circuit local. Conservez votre pot de miel à l’abri de la lumière et de la chaleur moins de 2 ans si vous souhaitez l’appliquer sur la peau. Ne pas le chauffer avant utilisation. Enfin, évitez les miels d’origine tropicale, trop riches en eau.

Précautions d’usage

Ne donnez pas de miel aux enfants de moins de 1 an. Leur système immunitaire ne les protège pas encore de certains contaminants du miel, comme la toxine botulique, responsable du botulisme. Si vous souffrez d’une allergie au pollen, soyez prudent. En effet, certains miels contiennent de petites quantités de pollen, ce qui peut déclencher une réaction.