Le jeune Méruvien a failli renverser le policier lorsqu’il a refusé d’obtempérer avant d’arriver à toute vitesse en ville et de provoquer un accident. Il conduisait sans permis de conduire et sans assurance.

Délit de fuite, non-respect entraînant la mise en danger de la vie d’autrui, conduite sans permis et sans assurance. Les fardeaux sont lourds. Mais il insiste : « Je ne suis pas ce que vous pensez, je ne suis pas une mauvaise personne ». Les faits remontent au vendredi 23 septembre. Il est environ 17h30 lorsque des gendarmes de la brigade Méru effectuent une opération de contrôle routier sur la D927. Les agents remarquent alors une Opel Corsa et décident de s’arrêter. L’un des gendarmes debout à pied sur le bord de la route fait signe au chauffeur de s’arrêter, mais il ne s’arrête pas et manque de renverser un membre des forces de sécurité, qui doit s’écarter pour ne pas être écrasé. .

Bloqué par la circulation

« En fin de compte, je lui ai fait savoir que j’allais réussir », déclarera plus tard Styve, un pilote de 23 ans lors des auditions. Les gendarmes donnent alors la chasse, mais le Mervuvian accélère jusqu’à atteindre 140 km/h et franchit régulièrement la ligne blanche. Arrivé à Méro, il ralentit à peine, grille un stop et un feu rouge. Alors qu’il passe devant la gare, il tente de doubler une autre voiture, qui finit par l’égratigner. A l’intérieur, une mère et sa fille de 5 ans. La poursuite se terminera quelques mètres plus loin et le conducteur sera gêné dans la circulation. « Je ne voulais pas causer d’accident ! », assure le Camerounais d’origine, venu en France en 2014. Sans permis de conduire, sans assurance et sans contrôle technique, et avec un véhicule qui n’est pas encore à son nom, il s’excuse : « Je devais aller à l’entraînement ce jour-là. , mais j’ai raté le train , alors j’ai dû y aller en voiture. Il explique devant le tribunal qu’il ne s’est pas arrêté car il avait peur d’être surveillé. « Je ne savais pas qu’il était interdit de ne pas s’arrêter devant les gendarmes », tente naïvement le jeune homme.

À Lire  POLICE des Sables-d'Olonne Vendée : résultats du contrôle Sablais

Déjà contrôlé

Cependant, ce n’est pas sa première infraction, il a déjà écopé d’une amende pour conduite sans permis en juillet et novembre 2021. Il a également été contrôlé début septembre sans assurance. Le gendarme, « assez paniqué et craignant pour sa vie », s’est constitué partie civile au procès. « On se demande si la question se pose de savoir ce qu’il a fait là-dedans », demande le procureur, qui demande 8 mois de prison dont quatre avec sursis. Son avocat demande la clémence pour le jeune homme, qui est pleinement intégré dans la société et « n’est pas un criminel de droit commun ». Le citoyen modèle sera finalement condamné à 8 mois de prison, dont quatre seront surveillés électroniquement, et quatre seront suspendus pour deux ans de mise à l’épreuve. Peine avec obligation de travail, licence et 70 heures de travaux d’intérêt général, 300 euros d’indemnité et deux amendes de 100 euros chacune.