Le discours d’introduction à la conférence ADN Tourisme du jeudi 20 octobre, prononcé par François de Canson, président du Comité Régional du Tourisme de la Région Sud.

1ère CONVENTION ADN TOURISME – MARSEILLE & # xD;

20 octobre 2022 & # xD ;

Discours de François de CANSON

Cette Convention est la première et je me réjouis de vous voir aussi nombreux dans cette ville de Marseille à laquelle, en tant qu’homme du sud. Vice-Président du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, j’y suis particulièrement attaché.& # XD; Ma motivation est simple et pondérée, la crise a eu pour effet d’exacerber de nombreuses tendances dont on avait déjà deviné les contours. On les connait, nature, authenticité, expérience, conscience de l’environnement, considération pour les habitants, limitation des conflits d’usage, exclusivité, vérité, valeurs… mais aussi une certaine violence touristique, un sentiment de culpabilité que diront certains aime généraliser. & # xD; Une seule réponse à cela, construire un tourisme positif, en parler, désacraliser l’éternelle dichotomie qui voudrait du voyage vertueux et du tourisme aux externalités négatives.& # XD; Accompagner la prise de conscience toute simple que le développement d’une économie touristique peut aller de pair avec la préservation de l’environnement, du patrimoine, des habitants d’un territoire… & # xD ; Et ce n’est pas anodin que j’ai choisi d’installer cette première conférence dans l’enceinte de cet Hôtel de Région.& # XD; Nous sommes dans un laboratoire grandeur nature, d’une institution qui a choisi depuis plusieurs années d’allouer une part croissante de son budget à sa politique climatique, le budget à venir sera 100% climat, merci Renaud d’avoir montré qu’avoir un Cop d ‘Avance va au-delà du slogan com pharmacie et peut être combiné avec le présent. & # xD ; En un jour, nous ne pouvons certainement pas changer le monde, mais nous pouvons décider ensemble de le rendre meilleur. & # XD; La belle et jeune Fédération que je préside doit avoir une vision, une direction, une méthode. C’est tout l’objet de cette rencontre qui doit aboutir au concret plutôt qu’au concept. Un rendez-vous que nous allons pérenniser.& # XD; Notre réseau d’organismes institutionnels du tourisme est organisé, expérimenté, solidaire et constitue un interlocuteur solide aussi bien pour les pouvoirs publics que pour les entreprises. Il réunit en un même lieu les organismes des régions, les services des intercommunalités et des villes, les CRT, les ADT et les Offices de Tourisme, une véritable intelligence territoriale du tourisme, et avouons-le, du jamais vu. & # XD ; Certains diront qu’ensemble nous sommes plus forts, d’autres que pour réussir il faut chasser en meute, il était naturel de réunir tous les acteurs institutionnels du tourisme dans une même arène, car au fond nous poursuivons le même objectif : l’attractivité de nos territoires & # XD; Nous portons tout au long de l’année toute la force vive de ce tourisme français diversifié, si essentiel pour nos territoires et le défendons, auprès de vous acteurs privés, acteurs de la mobilité ou acteurs de la transition. Il faut en être conscient, c’est un nouveau poids dans le paysage institutionnel, une influence que je ne ressens que constructive et alerte.& # XD; Madame la Ministre, je vous l’ai dit lors de notre première rencontre, vous savez que vous pouvez compter sur nous et avec nous.

Nous pouvons affirmer notre place à côté de :

– par l’Etat (avec la DGE et évidemment l’outil exceptionnel qu’est Atout France) & # xD ;

– et des opérateurs privés.

Ce triptyque conduisant au développement du tourisme français est désormais plus lisible et c’est une excellente chose. C’est pour donner corps à cette ambition de travailler en collectif que j’ai voulu organiser très vite cette Convention, ce grand Davos des idées, des envies et des solutions.& # XD; Soulignons d’abord la bonne santé du tourisme en France. Et arrêtons, c’est important après ce qu’on a vécu. & # XD; Les Français en particulier ont montré leur attachement aux vacances et à leur pays. Mais nous avons également constaté un fort rebond de la clientèle internationale ! & # XD ; Après un excellent printemps qui nous a permis d’enregistrer un nombre de visiteurs supérieur à 2019 – l’année de référence – cet été en France, le tourisme a battu des records et tous les territoires se sont bien comportés. Ce sera sans aucun doute une année exceptionnelle, une année record, une année qui peut être historique – quelle belle revanche ! & # XD ; Cependant, les défis ne sont pas tous derrière nous.& # XD; Bien sûr je n’oublie pas le thème de l’hiver face au pouvoir d’achat qui pèse de plus en plus sur les dépenses des français et face à la flambée des dépenses énergétiques qui impacte terriblement le budget des stations de ski, véritable casse-tête pour tous les élus et directeurs de stations & # xD ; Je sais, Madame la Ministre, toute l’attention que vous portez à ce sujet.& # XD; Mais avec les années Covid voyant le rideau tomber sur de nombreuses entreprises, nous avons tous appris à relever les défis collectivement. Surtout, je l’espère, nous avons tous compris une chose si jamais la démonstration était encore à faire : le tourisme est une activité complexe et non une économie locative. Il est essentiel, à cet égard, de casser les idées reçues du « ça marche tout seul », comme il faut opposer le discours sur le « tour sme bashing » aux faits, à la sauvegarde, et rien que les faits. compris que quand ça s’arrête le tourisme arrête tout, tout un écosystème qui irrigue des secteurs entiers, du transport à l’hébergement, de la culture au sport, de la gastronomie à la découverte de la nature, des producteurs locaux à l’artisanat, de l’organisateur d’événements aux lavandières qui emploient : tout a été touché , appauvri, arrêté & # xD ; Et c’est grâce à l’effort de tous (professionnels des territoires, de l’Etat, des collectivités et des membres de notre réseau), à cet élan de solidarité que personne n’est laissé pour compte xD ; En revanche, si le voyage est une activité unanimement acceptée comme porteuse de bienfaits, de découvertes et d’épanouissement personnel, il n’en va pas de même pour la notion de tourisme. Or, c’est l’activité touristique qui rend possibles tous ces déplacements individuels ou collectifs. En offrant des services, en suscitant l’intérêt et en s’intéressant aux besoins des visiteurs, nous conjuguons voyage et tourisme, aventure personnelle et découverte d’un lieu, déconnexion et reconnexion, mouvement et enrichissement.& # XD; C’est pourquoi nous avons appelé cette Convention ACTE 1 : « POUR UN TOURISME POSITIF » C’est bien le défi du futur. Rendre le tourisme possible et comprendre les bénéfices pour les territoires et pour tous les hommes et femmes qui y vivent ou y séjournent.& # XD; Parce que le tourisme, les voyages, les vacances, les week-ends célèbrent tout simplement le mouvement, l’altérité, les rencontres, le partage, l’ouverture d’esprit.& # XD; Et le Mouvement, depuis la nuit des temps, c’est la Vie. C’est ce que nous enseignent tous les grands auteurs de voyages, de Stendhal à Stevenson, d’Alexandra David à Sylvain Tesson.& # XD; C’est ce dont tout le monde rêve : bouger, changer de décor, changer de structure, nourrir son esprit, apprendre et comprendre.& # XD ; C’est un anneau de bonheur & # XD ; L’ensemble de la chaîne d’approvisionnement touristique est un outil de développement – économique, émotionnel et psychologique – qui a su contribuer de manière extraordinaire au rayonnement de nombreux pays, dont Je connais le nôtre. & # xD; 8% du PIB national : personne, je dis bien personne, le secteur contribue tellement à l’économie nationale. Cela mérite le respect, l’attention et bien sûr l’exigence.& # XD; Dès lors, « arrêter le tourisme », comme vous l’entendent de la bouche de certains pénalistes qui doivent aussi aimer voyager, serait aussi absurde que de demander d’arrêter de marcher. & # XD ; Notre pays entrera dans la période de deux ans, 2023 et 2024, placée sous le signe du sport. Il y aura deux événements majeurs : la Coupe du Monde de Rugby et les Jeux Olympiques et & # xD ; Paralympiques. Ils doivent être, et nous le faisons déjà, des catalyseurs bénéfiques pour les territoires et plus particulièrement pour l’industrie touristique.& # XD; En un an, 10 villes, hors camps de base, vont battre au rythme du ballon ovale.& # XD ; Pour les Jeux de Paris 2024, le comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques et son président Tony Estanguet ont voulu casser les codes en impliquant au plus vite tous les territoires. C’est un changement de paradigme pour des événements généralement limités dans l’espace. Pour la première fois dans l’histoire des Jeux, 63 collectivités françaises hôtes, à tous les échelons territoriaux, ont été sélectionnées pour accueillir les futures épreuves olympiques qui se dérouleront du 26 juillet au 11 août 2024 : Paris et sa région mais aussi six villes de France pour les matchs de football (Bordeaux, Nantes, Lyon, Saint-Etienne, Nice, Marseille). & # xD ; Marseille organisera également les épreuves de voile, tandis que Lille accueillera les matchs de handball de s et Tahiti la compétition de surf… la meilleure solution pour mettre en avant tout le savoir-faire français et le partager avec l’ensemble de la population afin de créer un véritable engouement populaire . & # xD; C’est pourquoi, afin de donner vie à ces futurs Jeux partout en France et de renforcer l’attractivité des territoires, ADN Tourisme a signé une convention de collaboration avec Terre de Jeux 2024. En parallèle, nous avons créé une Commission Paris 2 024 qui regroupe un groupe de membres bénévoles et travaille notamment pour accompagner les hôtes dans l’accueil des équipes paralympiques.& # XD; Nous avons également constitué un groupe de travail « hospitalité » pour que les territoires soient prêts à accueillir le monde entier. Le monde entier aura les yeux rivés sur la France et nous devrons mettre en avant tout le savoir-faire français et savoir accueillir nos visiteurs comme il se doit ! Faites taire ceux qui laissent entendre que l’épisode du Stade de France deviendrait la norme.& # XD; Mais cela ne suffit pas : la polémique qui a enflé des Jeux olympiques d’hiver de Pékin sans neige naturelle et maintenant de la Coupe du monde au Qatar ou de l’annonce des Jeux asiatiques d’hiver en Arabie saoudite doit nous interpeller. . & # xD; Ce ne sont pas les considérations géopolitiques qui font réagir les gens, mais le rapport à la durabilité, au respect, au bon sens.& # XD; La dimension environnementale dans les événements mondiaux n’est plus une valeur d’ajustement mais une valeur d’adhésion, et cela va augmenter. Et la réponse se trouve avant tout au cœur des territoires.& # XD; Nous luttons, nous défendons un tourisme de valeurs, un tourisme exemplaire, un tourisme progressiste qui protège ; dialoguer avec nos visiteurs pour qu’ils comprennent qu’en vacances on est aussi chez quelqu’un d’autre, et que ces lieux doivent être découverts, protégés et respectés ; mieux montrer aux habitants les multiples avantages du tourisme ; nous recherchons les pépites innovantes, les solutions intelligentes qui fleurissent un peu partout. & # xD ; On brise l’immobilisme, on sort des protocoles, acteurs du tourisme, on devient un employeur collectif juste, inclusif, bref exemplaire. Nous prenons en compte les aspirations des jeunes générations qui dominent déjà le marché du travail : télétravail quand c’est possible, autonomie, garanties d’égalité entre hommes et femmes.

À Lire  Retrait spirituel plus fort que les antidépresseurs