Fruit de nos terroirs, le sapin de Noël naturel trahit son authenticité.

Selon une récente étude* commanditée par FranceAgrimer et VALHOR et réalisée par KANTAR auprès du représentant du groupement de consommateurs des ménages français, sur les 6,6 millions de sapins de Noël vendus en 2021, 5,9 millions sont de nature. Les sapins de Noël achetés en moyenne 30 euros, représentent un bénéfice d’environ 176 millions d’euros.

Cette étude met en évidence plusieurs méthodes :

• Les Français connaissent l’importance de manger local et aiment les affaires locales : 68% des personnes interrogées indiquent que l’origine française du sapin de Noël est un facteur important dans leurs décisions d’achat.

• Les Français adoptent également un comportement responsable en choisissant le bois naturel (89 % du bois acheté en 2021) et par le mode de recyclage (88 %) qui ne cesse de se répandre.

* Étude réalisée en 2021 auprès d’un échantillon de 5 361 familles représentatives de la nationalité française.

Le sapin de Noël naturel séduit les français

Les problèmes de santé ont confirmé la préférence des Français pour une consommation locale et responsable. Préférant les arbres issus de cycles courts aux arbres artificiels constitués de matériaux dérivés du pétrole et dont le processus de production est très polluant (colorants usés, fumées, déchets, etc.), ils adoptent de bonnes pratiques pour l’environnement. Cette pratique de proximité contribue à soutenir l’activité agricole et économique locale et à réduire la pollution liée aux transports.

Il y a donc en 2021 une réelle prise de conscience du pays d’origine, qui est un argument décisif pour 68% des Français qui déclarent attacher une grande importance à la production française de sapins de Noël.

Les professionnels du végétal renforcent leur part de marché

Les ventes de sapins de Noël représentent un enjeu économique de fin d’année important pour les arboriculteurs, tant au niveau de la production que de la distribution. Le comportement des Français a changé pendant la pandémie et ils affichent clairement leur volonté d’acheter un logement et de soutenir les commerces locaux.

En 2021, les herboristes conservent encore les parts de marché qu’ils ont pu conquérir en 2020 dans le contexte de crise sanitaire. Les jardineries et les services agricoles ont atteint leur plus haut niveau avec une part de 27 % en quantité et 30 % en valeur, tandis que les exploitations ont retrouvé leur part d’avant crise.

À Lire  Marketing digital : investir dans le SEO, une réalité qui élimine les préjugés

Le risque des achats plus précoces

Les Français achètent leurs sapins de plus en plus tôt : 54 % des sapins ont été achetés avant le 10 décembre, et le prix d’achat a augmenté en novembre, passant de 5 % en 2018 à 9 % en 2021.

Les Nordmann, comme les années précédentes, ont été achetés bien avant les épicéas : 57 % entre le 1er et le 14 décembre, contre 44 % pour les épicéas.

Attention cependant, les producteurs français de sapins de Noël recommandent à la distribution et au grand public de ne pas vendre ou acheter un sapin de Noël avant le 25 novembre afin d’assurer la qualité des sapins, qui sont des produits neufs, juste à temps pour les fêtes . .

Nordmann toujours indétronable

Parmi les sapins naturels, Nordmann reste le locuteur français et représente 81,3% de part de marché en quantité (+0,9 point vs 2020) et 85,1% en valeur (+1,2 point vs 2020). Cette progression confirme le recul de l’épicéa (-12,2 points volume vs 2011).

Le prix moyen d’un sapin Nordmann est de 31,40 €, tandis que le prix moyen d’un épicéa est de 22,70 €.

Les Français préfèrent les sapins de Noël naturels moyens ou grands. 40 % des arbres (soit plus de 2,36 millions d’unités) ont une hauteur supérieure à 1,50 m, 45 % (soit 2,65 millions d’unités) ont une hauteur comprise entre 1 m et 1,50 m et seulement 15 % ont moins d’1 mètre de hauteur.

Une nette augmentation du prix d’achat pour le sapin artificiel

88% des familles qui ont acheté un sapin ont choisi le naturel et seulement 12% ont choisi un sapin artificiel.

Selon l’étude KANTAR, il y a une très forte augmentation du prix moyen du prix d’un arbre artificiel fait de matériaux dérivés du pétrole et qui nécessite beaucoup de transport. En effet, il est passé de 35,1 euros en 2020 à 45,5 euros en 2021 (+ 10,4 euros).

Côté naturel, le prix moyen reste stable : 30,01 euros en 2021 contre 28,90 euros en 2020.

Un recyclage généralisé

92% des sapins indigènes sont achetés coupés et 8% en pots ou en mottes. Depuis plusieurs années, le recyclage est un comportement cohérent attaché aux habitudes des acheteurs de sapins de Noël naturels. Ainsi, 88% des consommateurs déclarent restaurer leur arbre, en le déposant en point de collecte, en le changeant ou en le replantant (+7 points vs 2013).