La pratique peut en refroidir plus d’un. Cependant, en plus de vous permettre de ne pas vous fatiguer, manger la bouche ouverte aurait de nombreuses vertus. C’est en tout cas ce qu’un chercheur britannique s’impatiente de nous expliquer.

La vie de tous les jours est faite de nombreux petits écueils, comme se lever le matin, se laver, mettre la main devant la bouche en bâillant ou fermer la bouche en mangeant.

Une étude sur le plaisir gustatif

Et si nous décidions de ne plus nous laisser piétiner par les normes de politesse ? C’est ce que recommande le chercheur Charles Spence, un psychologue expérimental anglais. Selon lui, manger la bouche ouverte nécessite au moins 2 bienfaits. Le premier a une explication chimique. Spence décrit dans le Telegraph : « La viande, les fruits et les légumes contiennent des composés organiques volatils tels que des esters, des cétones, des terpénoïdes et des aldéhydes qui constituent les arômes et les saveurs caractéristiques d’un plat ».

Cependant, goûter un plat avec une gorge ouverte « aide plus de composés aromatiques à atteindre l’arrière du nez, activant les neurones sensoriels olfactifs qui améliorent notre expérience alimentaire ». Mais ce n’est rien comme ça ! Il faudrait aussi faire l’impasse sur les nuisances sonores des grands piaffeurs.

Pourquoi vous devriez manger la bouche ouverte https://t.co/xkpAu1CBbRpic.twitter.com/uJN9NZ1RkP

Faites du bruit

En effet, faire du bruit en mangeant, comme il est de coutume lors d’une dégustation de vin par exemple, est l’un des seconds conseils donnés par le psychologue qui a également étudié à l’université d’Oxford. Il faut savourer le son des aliments qui se dégustent, comme les frites ou les pommes. L’être humain étant très sensible, il est essentiel de maximiser le plaisir en éveillant tous ses sens en mangeant. L’ouïe en est une.

À Lire  Cerveau : 3 réflexes à adopter au quotidien pour augmenter notre mémoire

La même étude atteste ainsi que les résultats ont révélé que la soupe avait une saveur nettement plus intense lorsqu’elle était bue plutôt que sirotée, bien que les participants se soient également sentis légèrement plus mal à l’aise lorsqu’ils inhalaient. Information facultative mais intéressante, les participants préféraient apparemment la soupe lorsqu’elle était servie dans une tasse plutôt que dans un bol, selon Science Direct.