Environ 150 nouveaux malades de la maladie de Parkinson sont enregistrés chaque année en Guadeloupe. Ces patients peuvent être suivis par des médecins indépendants. Il existe également un service spécialisé, au sein du CHUG, dont le but principal est d’établir un bon diagnostic, dans le but d’une prise en charge adéquate. Cependant, la vie des patients se complique au fur et à mesure que la maladie neurodégénérative progresse, comme en témoigne Fred Lauriette, 73 ans.

Le Centre Hospitalier Universitaire de Guadeloupe (CHUG) et l’association France Parkinson ont organisé, ce vendredi 4 novembre 2022, une journée de sensibilisation et d’information sur la maladie de Parkinson. Celle-ci touche chaque année en Guadeloupe, environ 150 personnes.Le public était attendu dans le hall d’accueil de l’hôpital, pour en savoir plus sur cette maladie.

Une journée d’information sur la maladie de Parkinson a été organisée dans le hall du CHUG – 04/11/2022.

© Christian Danquin

Neurodégénérative, comme Alzheimer, la maladie de Parkinson endommage les nerfs. les patients souffrent de tremblements, de léthargie et de raideur musculaire, parmi leurs principaux symptômes. La maladie de Parkinson cause aussi de la dépression, de la fatigue ou encore des problèmes digestifs.

Les causes de la maladie de Parkinson sont inconnues. De plus, les traitements ne permettent pas, pour le moment, d’arrêter son évolution ; cependant ils contribuent à améliorer la vie des personnes touchées par cette maladie.

« Changeons de regard sur le badge Parkinson ».

© Christian Danquin

L’enjeu pour les agents de santé et les aidants familiaux est de comprendre ces maladies qui leur sont liées, afin qu’ils puissent faire évoluer leur prise en charge et leur accompagnement.

À Lire  Retraite pour les jeunes du 2 au 5 novembre - Riposte-catholique

Les patients atteints de la maladie de Parkinson peuvent être suivis avec des médicaments en vente libre et/ou au sein des services spécialisés du CHUG.

En Guadeloupe, nous avons la chance d’avoir une équipe spécialisée dans la maladie de Parkinson qui s’occupe de cette maladie. Ce groupe est au CHU. Sinon, il y a des neurologues qui font le diagnostic, et dans les cas relativement difficiles, ils peuvent nous référer le patient dans un centre spécialisé.

Professeur Annie Lannuzel, chef du service de neurologie au CHUG