Les politiciens ont cela en particulier : le désir d’être pionnier en tout. « Le commencement a été dit », « le commencement a été pensé », « le commencement a été fait »… C’est en effet une phrase qui donne hauteur et légitimité. Et Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur de la France, dans la guerre contre l’immigration, n’est pas en reste : il parle de l’obligation de maîtriser la langue pour obtenir un titre de séjour ainsi que – enfin – de « révolution ». Est-ce vraiment le cas ?

Gérald Darmanin, dans sa volonté de tirer le tapis sous l’extrême droite et le reste de la droite également, a annoncé, ces derniers jours, de nombreuses mesures visant à lutter contre l’immigration irrégulière. Alors que certains sont considérés comme nouveaux et potentiellement efficaces, d’autres sont considérés comme inutiles. C’est le cas de l’inscription des personnes à l’OQTF au Fichier des personnes recherchées, dont l’efficacité a été remise en cause.

Gérald Darmanin a également fait des annonces sur lesquelles il n’a pas hésité à apposer le cachet de la nouveauté. Pour certains, il est allé plus loin en les qualifiant de « révolutionnaires ». Et l’obligation de maîtriser la langue française pour obtenir un titre de séjour en fait partie. En effet, le ministre en question veut imposer des contrôles à tous les étrangers qui demandent un titre de séjour, et qualifie cette mesure de révolution dans le domaine de la gestion de l’immigration, une affirmation non moins surprenante. Français et non-Français ont exprimé leur désarroi sur les réseaux sociaux ; et ce n’est pas parce que les mesures à trouver sont extrêmes, mais parce que l’examen en question est déjà là. En effet, toutes les demandes de titre de séjour sont soumises à un niveau de français validé par un diplôme ou une formation en France, à quelques exceptions près.

À Lire  Mon avis sur mon séjour linguistique à Munich : "Ma relation avec ma famille est difficile"

La maîtrise de la langue pour l’obtention d’un titre de séjour : les exceptions

De plus, le niveau de langue requis est basé sur la demande de séjour. Le média français 20 minutes a expliqué que « les étrangers qui demandent le premier titre de séjour doivent être en mesure de justifier du niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) du Conseil de l’Europe (notez que tous sont les mêmes que le niveau A1 est le plus bas de l’échelle).

Ce niveau peut être fixé de 3 façons :

Pour une demande pluriannuelle (qui permet d’obtenir un visa pour plusieurs années) après la première demande, en expliquant le même support, le niveau requis est le même. Pour les étrangers résidant et résidant en France depuis plusieurs années, vous pouvez demander une carte de résident. Un titre de séjour qui permet au demandeur de séjourner en France pendant 10 ans. Pour cette demande, le niveau de connaissance du français requis sera A2 (niveau 2). Il existe cependant quelques exceptions lorsque la connaissance du français est requise, notamment pour les demandeurs d’asile, les étudiants (B1), certains cas de regroupement familial ou certains certificats médicaux attestant de handicaps ne permettant pas d’évaluer le niveau requis. Les plus de 65 ans sont également exemptés de cette inspection.