Certaines marques n’hésitent pas à explorer le potentiel du métaverse. Comme H&M, Samsung, Heineken, MINI et Wendy’s, se sont tournés vers différentes plateformes pour tester de nouveaux types d’expériences de marketing numérique.

Le métaverse offre diverses opportunités aux entreprises, tant B2B que B2C. Dans le domaine du marketing digital, certains ont déjà fait des progrès et testent le potentiel des expériences sociales virtuelles et immersives dans différentes directions. Comme Jelmoli, qui a ouvert un showroom où il est possible de découvrir des vêtements à l’aide de lunettes VR et de les acheter immédiatement sous forme de NFT.

H&M réunit médias, influenceurs et stylistes dans son métavers

La chaîne de grands magasins suisse n’est pas le seul exemple de cas d’utilisation dans le secteur de la mode. H&M s’est aussi laissé tenter par le métaverse. Une entreprise suédoise de prêt-à-porter a développé son propre monde immersif, en l’occurrence un showroom virtuel. Destiné au marché européen, ce projet pilote vise à encourager et entretenir les relations avec les médias, les célébrités, les influenceurs et les stylistes, explique H&M dans son annonce. Il ne s’agit pas, pour le moment, d’un magasin virtuel où l’on pourrait acheter des NFT d’actifs virtuels, mais un concept qui consiste à étendre ses showrooms physiques dans un métaverse. « Un showroom virtuel permet aux clients de découvrir de nouvelles campagnes à tout moment – ​​sans se déplacer physiquement. C’est aussi l’occasion d’accueillir des événements pour un public plus large », précise le groupe. Développé en collaboration avec l’agence départementale et la plateforme technologique Journee, le showroom virtuel de H&M présente les pièces d’une nouvelle collection sous forme de graphismes 3D détaillés et surdimensionnés. Le mouvement fluide et les couleurs vives des graphismes donnent vie aux pièces, explique le département.

Salle d’exposition virtuelle H&M. (Source : H&M)

Badges NFT sur Decentraland pour Samsung

Samsung a créé une réplique « 837 » de sa part dans le métaverse, son magasin phare à New York. Baptisé « 837X », ce monde immersif se visite via la plateforme Decentraland. Dans sa communication, Samsung présente cette expérience ludique et communicative comme un moyen pour les fans de la marque d’entreprendre des quêtes pour gagner des badges NFT et autres actifs numériques « et s’immerger dans les piliers du business que sont la connectivité, la créativité et la durabilité' ». . Dans une récente interview avec ZDnet, la PDG de Samsung, Michelle Crossan-Matos, explique que « 837X » est une occasion unique de communiquer les efforts de développement durable de l’entreprise à un jeune public.

Les fans de Samsung peuvent gagner des badges NFT sur Decentraland. (Source : Samsung)

À Lire  Finale Ligue des Champions : soirée prestige Heineken pour un match mythique

Heineken se la joue ironique

Decentraland, c’est aussi la plateforme qu’Heineken a choisie pour explorer le métavers, ou plutôt s’en moquer… La marque y a organisé un événement pour lancer une bière virtuelle. L’événement a attiré peu de visiteurs et les avatars qui ont assuré le divertissement ne semblaient pas convaincants, selon un journaliste américain. De la part du fabricant de bière, un communiqué déclare qu’il s’agissait en fait de la deuxième étape, qualifiant sa bière virtuelle de story joke. « C’est une pensée consciente qui se moque de nous et de nombreuses autres marques qui sautent dans le métaverse avec des produits mieux appréciés dans le monde réel », a expliqué Bram Westenbrink, Global Brand Leader, Heineken.

Heineken a lancé une bière virtuelle sur Decentraland, une « blague ironique » selon la marque. (Source : Heineken)

Courses de MINI sur Horizon Worlds

Loin de la posture ironique d’Heineken, certaines marques s’appuient sur des expériences montées sur une plateforme ludique, comme Decentraland, mais propriété du groupe Meta, à qui l’on doit la hype actuelle autour du métaverse. Nous voulons parler d’Horizon Worlds. Lors du récent festival international Cannes Lions, Meta a montré comment un certain nombre de marques célèbres explorent sa plate-forme métaverse. Notamment le constructeur automobile MINI qui propose, dans son MINIVERse, un jeu de course de karting accessible aux possesseurs du casque VR Meta Quest 2. Pour le constructeur, l’objectif est de façonner sa notoriété auprès des jeunes générations. « A ce stade, il ne s’agit pas de vendre des voitures […] il s’agit de faire connaître la marque, d’atteindre des groupes cibles que nous ne serions pas en mesure d’atteindre autrement », a déclaré Sebastian Beuchel d’AdWeek, responsable de la gestion mondiale de la marque chez MINI. .

Le MINIVERse propose un jeu de course de kart en VR. (Source : RD)

Frites et burgers virtuels chez Wendy’s

Meta’s Horizon Worlds compte déjà de nombreuses autres marques. Comme la chaîne de restauration rapide Wendy’s, qui a créé une expérience de réalité virtuelle amusante qui reflète également les mots de l’ancien directeur de Heineken. Parce que le Wendyverse permet d’acheter des pixel frites et de faire des burgers virtuels. Il existe cependant un lien avec le monde réel, car les joueurs peuvent gagner des coupons de réduction pour les produits vendus dans les vrais restaurants de la chaîne.

« La vision complète du métaverse n’est peut-être pas encore là, mais les marques devraient commencer à expérimenter à quoi ressemblera leur présence dans le métaverse maintenant », a déclaré Vishal Shah, vice-président de Metaverse chez Meta, avant la présentation d’Horizon Worlds en tant qu’excellent début. point pour cela est encore le début d’un écosystème.

Le Wendyverse vous permet d’acheter des frites pixel et de faire des hamburgers virtuels. (Source : La société Wendy’s)