Les élus du Palais du Luxembourg ont un accès limité à la rémunération pour les salariés en CDD et pour les intérimaires qui refusent un CDI. Le texte doit maintenant faire l’objet d’une commission paritaire mixte le 9 novembre.

« Premier pas » du gouvernement pour atteindre le plein emploi – 5% de chômage – d’ici 2027, le projet de loi ouvrant la voie à la réforme de l’assurance-chômage est passé à main levée en première lecture au Sénat, mardi 25 octobre au soir. Dans un édifice luxembourgeois dominé par la droite et le centre, le texte voté à l’Assemblée nationale le 11 octobre par les députés de la coalition présidentielle et les Républicains (LR) a été considérablement durci lors de son examen.

L’objectif initial de ce court projet de loi en cinq articles, présenté comme « technique » par l’exécutif, est de permettre au gouvernement de prolonger les règles actuelles d’indemnisation du chômage du 1er novembre 2023 au 31 décembre 2023 pour laisser le temps aux futures négociations avec le partenaires sociaux sur la gouvernance du régime. Les sénateurs ont ramené ce délai au 31 août 2023, le jugeant « plus proportionné et suffisant » pour cette négociation.

Lors de l’examen du texte en séance publique lundi, les sénateurs ont ensuite confirmé le vote en commission sur la suppression du droit à rémunération pour les salariés en CDD qui refusent trois CDI « d’une rémunération au moins équivalente » au cours des douze derniers mois. . Alors qu’à l’Assemblée nationale le ministre du Travail, Olivier Dussopt, avait renvoyé le dossier à un futur groupe de travail parlementaire, il s’est cette fois clairement opposé, en vain, à cette disposition qui, selon lui, « pose un problème de principe ». En effet, il estime « qu’il n’y a aucune raison de sanctionner » un salarié en CDD « qui remplit l’engagement qu’il a signé (…) sans manquer à son engagement ».

« C’est une situation très différente », a ajouté le ministre, de celle de l’abandon des travaux, que l’Assemblée a déjà durcie. Si, actuellement, les salariés qui quittent leur emploi sans préavis sont éligibles aux allocations de chômage après avoir été licenciés par leur employeur, Ensemble, députés ! (Renaissance, MoDem et Horizons) et LR ont instauré une « présomption de démission », empêchant ainsi l’ouverture des droits aux allocations. Un dispositif confirmé par les sénateurs.

À Lire  Merck étend sa sous-traitance pharmaceutique à la production commerciale de biothérapeutiques sur son site de Martillac MyPharma Editions | Info Industrie et politique de santé

« On a des entreprises qui cherchent des salariés »

Cependant, les élus LR n’ont pas réussi à renforcer le texte autant qu’ils le souhaitaient. Ils n’ont pas réussi à faire prendre une mesure pour exclure les salariés à durée déterminée de l’assurance-chômage après avoir précédemment refusé un contrat à durée indéterminée. « Nous sommes à 7 % de chômeurs, nous avons des entreprises qui cherchent des salariés. Nous ne disons pas que le salarié qui refuse un CDI se retrouvera sans rien, nous disons qu’il ne percevra pas d’indemnité. Mais il peut très bien retrouver un emploi », s’est défendu l’auteur de l’amendement, le sénateur LR de Haute-Loire Laurent Duplomb. Mais pour Olivier Dussopt, « le code du travail prévoit déjà que lorsque l’employeur propose un contrat à durée indéterminée aux mêmes conditions et le même salaire et on refuse, il y a la possibilité de ne pas payer la prime précaire, ça suffit ».

Il vous reste encore 50,1% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce qu’une autre personne (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant d’être la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté à ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous recommandons de changer votre mot de passe.