Livre : La science de la musculation

Vous avez probablement entendu la citation « un esprit sain dans un corps sain ». Depuis plusieurs années, j’écris des chroniques visant à démontrer qu’une bonne forme physique est intimement liée à une haute estime de soi.

Si j’ai l’habitude de traiter des sujets qui ont un lien étroit avec la course à pied, aujourd’hui je fais une petite différence pour m’aventurer dans le vaste monde de la musculation.

En fait, je suis tombé sur un livre fascinant qui a rapidement attiré mon attention car je l’ai trouvé intéressant et facile à comprendre.

The Science of Bodybuilding, d’Austin Current, était paru il y a quelques semaines aux éditions Québec Amérique et je m’étais promis de faire une petite revue. Rien de grave, puisque je ne prétends pas en savoir beaucoup. Je fais quelques mouvements de musculation à la fin de mes runs, mais rien de bien compliqué.

J’ai donc tout simplement laissé le livre sur la table de chevet de ma femme, qui est professeur de fitness depuis trente ans, en lui demandant de le consulter dès qu’elle le pouvait. Après plusieurs vues du livre, Daphné m’a confirmé qu’il méritait quelques lignes dans la rubrique In Shape tant il est agréable à consulter et bien fait.

Ainsi, The Science of Bodybuilding s’adresse aux passionnés de fitness qui souhaitent progresser dans leur pratique, aux professionnels de la santé et à toute personne intéressée par l’anatomie et la biologie !

Il s’appuie sur les dernières recherches en musculation et déconstruit, en quelque sorte, les idées reçues. Il révèle la mécanique derrière chaque mouvement et propose une série d’exercices pour perfectionner votre technique et renforcer votre corps. De quoi faire travailler les muscles et la matière grise !

L’aspect pratique n’est pas en reste : plus de la moitié du livre traite d’exercices de musculation précis et ciblés, regroupés selon différents groupes musculaires.

& # xD;

& # xD;

En plus de plus d’une centaine de programmes personnalisables en fonction du niveau, de l’expérience et des objectifs du joueur, ce guide propose une section qui explique en détail comment prévenir les blessures et reprendre l’entraînement en toute sécurité. Tout cela est renforcé par des exercices d’étirement et de récupération.

& # xD;

Perte de Poids, Corps Tonifié et Sculpté, Augmentation de la Masse Musculaire… Quelles que soient les raisons de s’engager dans la musculation, le débutant ou l’expert trouvera dans ce livre merveilleusement illustré les réponses à ses questions sur l’impact de la musculation, sur la santé générale, sur le nutrition optimale à adopter ou sur la protection et la conservation de ses os.

Qu’il s’agisse de tonifier et de sculpter votre silhouette, de perdre du poids, d’améliorer vos performances sportives ou d’augmenter votre mobilité, la musculation vous aidera à atteindre vos objectifs.

Le livre Austin Current est un véritable outil de référence. Evidemment il le sait puisqu’il est coach sportif, préparateur physique et nutritionniste sportif. Il est le co-fondateur de Physique Development Consulting et dirige des clients partout dans le monde en personne et en ligne.

La science de la musculation révélera la mécanique de chaque mouvement, levant le voile sur tous les muscles et articulations au travail, afin que vous puissiez maximiser les effets de vos entraînements et vraiment ressentir vos progrès. Avec des programmes d’entraînement personnalisables et une approche scientifique pour déconstruire les mythes de la musculation, ce livre fonctionne à la fois avec le corps et l’esprit.

Désormais, je prévois de le consulter régulièrement pour mieux comprendre comment la musculation pourrait faire de moi un meilleur coureur avec une foulée plus confiante et une foulée plus confiante. Il est faux de croire que la prise de masse musculaire ralentit un coureur. Tout est une question de dosage.

Finalement, votre corps vous remerciera.

Sommaire

Est-ce que la muscu changé le visage ?

Est-ce que la muscu changé le visage ?

La science de la musculation. Flux d’Austin. 224 pages. Québec Amérique

A lire aussi : Courir sur le mouillé !

  • Pour plus de contenu dans ce genre, rejoignez le groupe RDS | En forme
  • Oui, le visage change, les muscles des joues et de la mâchoire se développent. A force de pousser la fonte, on force aussi les dents. Il suffit de regarder les meilleurs bodybuilders, avec un pull ils ont un visage rond tellement les muscles de la mâchoire sont développés.
  • Quel sport pour être belle ? Les 10 meilleurs sports qui rendent le corps plus beau, pour être le plus flamboyant de vos amis
  • Je nage. …
  • Danse. …
  • Aquagym. …
  • La promenade. …
  • Le jogging. …

Est-ce que le sport rend beau ?

Le vélo. …

Quels sont les inconvénients de la musculation ?

La croix s’adapte. …

Pourquoi les muscles prennent du volume ?

Pourquoi les muscles prennent du volume ?

Escalade.

Le sport rend plus belle, pour la bonne et simple raison qu’il améliore grandement votre santé. Tu es belle à l’extérieur comme à l’intérieur. Entretenez votre système cardiovasculaire et vos capacités respiratoires. Vous développez également vos compétences cérébrales telles que la mémoire.

Pourquoi un muscle Prend-il du volume ?

Les inconvénients de la musculation sont plus nombreux que les points positifs : le risque de blessure, la patience à progresser, les coûts et la modification de son alimentation sont les principaux.

Comment les muscles deviennent plus fort ?

En résumé: nos muscles se développent en raison de l’hypertrophie des fibres musculaires, par rapport à laquelle se produit l’accumulation de protéines musculaires. Un entraînement intense et un apport suffisant en protéines alimentaires aident à développer plus de protéines musculaires.

Quel groupe de muscle travailler ensemble ?

Quel groupe de muscle travailler ensemble ?

Comment fonctionne la prise de masse musculaire ? Lors d’une contraction, ces filaments d’actine et de myosine glissent l’un contre l’autre puis s’accrochent l’un à l’autre – le muscle se raccourcit et s’épaissit. Plus la contraction est forte, plus le nombre de collisions entre les filaments est important et plus l’énergie nécessaire est importante.

Hypertrophie sarcoplasmique Lorsque le sarcoplasme ne trouve plus l’énergie pour prolonger l’effort, le volume du liquide intracellulaire augmente, ce qui produit un gonflement du muscle provoqué par le gonflement du sarcoplasme de chacune des fibres musculaires.

Quel muscle travailler 2 fois par semaine ?

La musculation augmente la masse musculaire en raison de l’hypertrophie des fibres, due à l’accumulation de protéines, notamment contractiles, qui rendent le muscle plus puissant, mais probablement aussi en augmentant le nombre de fibres.

Quel muscle travailler pour être plus rapide ?

Pour un entraînement de force efficace, vous pouvez concentrer votre entraînement sur un groupe musculaire principal (poitrine, jambes ou dos). Complétez ensuite votre programme avec des exercices qui se concentrent sur deux groupes musculaires plus petits (biceps, triceps, ischio-jambiers, mollets, abdominaux et épaules).

Qu’est-ce que la fréquence musculaire ?

Qu'est-ce que la fréquence musculaire ?

Quels sont les différents groupes musculaires ? Chacun est divisé en 3 groupes musculaires : antérieur, latéral et postérieur. Ceux-ci fonctionnent ensemble pour permettre des mouvements de flexion et d’abduction ainsi que des extensions. Mais les épaules sont essentielles, permettant aux bras d’effectuer des mouvements de rotation.

Le programme FullBody consiste à faire travailler tout le corps à chaque séance entre 2 et 3 fois par semaine. Par conséquent, les pectoraux sont travaillés (au moins) deux fois par semaine, mais aussi tous les muscles principaux.

Quel fréquence musculation ?

Plus précisément les quadriceps, les ischio-jambiers, les fessiers et les mollets. Trois exercices efficaces vous permettront de tous les renforcer : les squats, les fentes et les leg curls.

C’est quoi la fréquence musculaire ?

La fréquence des séances fait référence au nombre de séances réalisées par semaine, et plus précisément au nombre de fois qu’un groupe musculaire est travaillé par semaine.