C’est ce que révèlent les résultats d’une autre enquête de VMA, autre acteur du marché de l’assurance des professionnels et des entreprises, sur la connaissance et l’usage des pratiques collaboratives chez les professionnels. Reprenant la première enquête menée en 2017, Kantar a interrogé 400 managers de TPE implantés sur tout le territoire, regroupés dans tous les secteurs d’activité.

Près d’une petite entreprise sur deux a des ressources à partager. Les pratiques collaboratives sont désormais connues de 9 TPE sur 10, en augmentation par rapport à 2017. Que ce soit sous forme de prêt ou de don, 1 TPE sur 4 met en place au moins une pratique collaborative dans son entreprise en 2022 (contre 22 % en 2017). Parmi eux, 90 % l’ont fait plus d’une fois. Faire des économies (pour 29% des TPE) et entretenir des relations entre professionnels (22% des TPE) sont les principaux bénéfices perçus, non liés à leur entreprise. Le manque de confiance (pour 14% des TPE) envers les partenaires est aussi un gros frein. Les équipements, matériels et véhicules professionnels sont les ressources les plus courantes par rapport à 2017. Le libre partage est le plus courant, sauf pour le partage de bureaux ou d’ateliers. L’étude voit un fort potentiel de développement dans le travail en commun, le partage de bureaux/ateliers et le partage d’équipements/matériels. En 2022, le bouche à oreille est devenu la première source de connaissance sur les pratiques de collaboration (pour 57% des TPE), suivi des médias (pour 50% des TPE), selon les résultats de la même étude menée en 2017 (63% des TPE). TPE en 2017). Des plateformes de collaboration économiques et moins utilisées par les professionnels. Seuls 18% utilisent des plateformes de partage, notamment pour partager des bureaux/ateliers, des véhicules professionnels ou faire du covoiturage. Cependant, on constate une augmentation de la notoriété du concept grâce à la publicité au détriment des médias. Près de 50 % des TPE sous-utilisent ou manquent de ressources et pourraient donc recourir à des pratiques collaboratives. Seuls 30% d’entre eux déclarent ne pas être intéressés.La première pratique potentielle est l’échange de personnel, suivi du prêt de parkings et de bureaux/ateliers. Comme en 2017, plus de la moitié des TPE jugent nécessaire de se doter d’une assurance pour les pratiques collaboratives. 7 TPE sur 10 pourraient partager ou continuer à partager au moins une ressource dans le cadre de pratiques communes à l’avenir. Se sentir bien couvert par son assurance dans ce cadre inciterait 1/3 des TPE à débuter ou accroître leur recours aux pratiques collaboratives. Le MMA encourage aussi le succès crée une coopération entre professionnels. Sa participation à l’économie du partage est visible dans les produits d’assurance, tels que : le contrat MMA PRO-PME, qui couvre le prêt et l’emprunt temporaire d’espaces et d’équipements ; et l’assurance AUTO FLOTA, qui couvre le crédit et l’emprunt temporaire de véhicules.

À Lire  Réforme du travail : ce que prépare Macron