A l’occasion du Schneider Electric Marathon de Paris 2022, dimanche 3 avril, la RATP propose à tous les fans et spectateurs de suivre les coureurs au plus près de la course avec une « ligne » de métro événement : la #Ligne42km.

Pour la quatrième fois, la RATP, transporteur et partenaire officiel du Schneider Electric Marathon de Paris, propose une ligne de métro fictive, la #Ligne42km, afin que chacun puisse encourager les coureurs qui y participent. En regroupant sur une carte dédiée les 33 stations de métro situées sur le parcours du Schneider Electric Marathon de Paris 2022, cette ligne fictive permettra d’identifier les endroits stratégiques où les marathoniens pourront encourager leurs coureurs, en tenant compte de leur rythme de course. : le célèbre SAS de 3h à 4h30.

Cette année, la #Ligne42km, composée de 33 stations de métro le long du parcours du Marathon de Paris, présentera les huit stations les mieux adaptées pour suivre et encourager les coureurs : Concorde, Hôtel de Ville, Reuilly-Diderot, Porte Dorée, Porte de Charenton , Concorde, Ranelagh / Boulainvilliers et Avenue Foch / Porte Dauphine.

La ligne de 42 km met également en lumière les sites emblématiques de Paris le long du parcours du marathon : l’Arc de Triomphe, l’Opéra National de Paris (Garnier), Notre-Dame, la Tour Eiffel, la Fondation Louis Vuitton, etc. Une visite sportive ! La carte #Ligne42km sera disponible lors du retrait des dossards et sur le stand RATP au Salon du Running, ainsi que sur le site ratp.fr et sur les réseaux sociaux.

Et pour l’égayer avant de donner la parole, la RATP diffusera des messages d’encouragement aux marathoniens en partenariat avec France Info. De 6h30 à 9h ce dimanche 3 avril, des journalistes emblématiques de la rédaction seront entendus au Victor Hugo (ligne 2), Charles de Gaulle Etoile (ligne 1), George V (ligne 1), Argentine (ligne 1) et Franklin Roosevelt (ligne 1) pour motiver les coureurs et leur donner la force de parcourir les 42 kilomètres du Schneider Electric Marathon de Paris 2022.

À Lire  DRÔME. Valence : quand les bus annoncent... pour un quartier libertin