La procureure générale de New York, Letitia James, a décidé de porter plainte au civil contre l’ancien président américain, car elle estime qu’il a « enfreint la loi (…) pour faire du profit pour lui-même, sa famille et son entreprise ». « 

L’Etat de New York a porté plainte contre Donald Trump et ses enfants, les accusant d’avoir menti sur la valeur de leurs propriétés. La plainte, déposée mercredi par les procureurs de New York, est l’aboutissement d’une enquête de trois ans sur Trump et la Trump Organization. Ses trois enfants aînés, Donald Junior, Ivanka et Eric Trump, et deux des dirigeants historiques de l’entreprise sont également impliqués. Ils sont accusés de manipuler de manière flagrante les évaluations immobilières pour inciter les banques, les compagnies d’assurance et les autorités fiscales à obtenir de meilleurs taux de prêt, des assurances plus avantageuses et des impôts moins élevés.

Selon les procureurs, Trump a parfois gonflé la valeur de ses propriétés lorsqu’elle l’a favorisé, comme pour obtenir des prêts à des taux d’intérêt favorables, et l’a parfois sous-évaluée pour baisser ses impôts.

Lire aussi Donald Trump : Les premiers pas vers la présidence en 2024

Le procureur a appelé les pratiques The Art of Stealing, sur la base du livre commercial de Trump The Art of Negotiation. Il vise à récupérer plus de 250 millions de dollars que le couple Trump a économisés grâce à ces pratiques. Il demande également qu’il soit interdit à Trump et à ses enfants d’être administrateurs d’une société dans l’État de New York et qu’il soit interdit à l’organisation Trump d’acquérir des biens immobiliers commerciaux ou de recevoir des prêts d’une institution financière enregistrée à New York pendant une période de cinq ans. années.

La procureure, élue sur promesse d’enquêter sur les pratiques de Trump, a ouvert son enquête en mars 2019 après que son ancien avocat personnel, Michael Cohen, a témoigné au Congrès des manœuvres de Trump pour exagérer sa richesse lorsqu’il a tenté d’obtenir un prêt de la Deutsche Bank pour acheter équipe de football.

Pas une poursuite pénale

Cette plainte civile ne constitue pas une poursuite pénale, mais la procureure a déclaré avoir transmis le dossier au ministère de la Justice et à l’IRS, qui évalueront d’éventuelles violations de la loi, notamment la falsification de documents commerciaux, l’émission de faux états financiers, la fraude à l’assurance. et la fraude bancaire.

À Lire  Assurance auto jeune conducteur : comparatif gratuit !

Sur son compte Truth Social, Trump a dénoncé le procès comme « une autre chasse aux sorcières menée par un procureur général raciste ». Il a accusé la procureure, Laetitia James, qui est noire, de faire campagne sur le thème de la « chasse à Trump » « alors que New York est une catastrophe de crime et de meurtre ». L’avocat de Trump a accusé le procureur d’avoir abusé de son autorité « en s’immisçant dans des transactions où il n’y avait pas d’acte répréhensible ».

Lire aussi « Donald Trump peut devenir particulièrement inapproprié » : que risque Donald Trump après l’enquête du FBI ?

Cette action en justice s’ajoute à d’autres enquêtes lancées contre l’ancien président. Le FBI poursuit son enquête sur le stockage par Trump de documents gouvernementaux classifiés dans son domaine de Mar-a-Lago en Floride, et un grand jury spécial en Géorgie mène une autre enquête sur les tentatives de Trump d’annuler les élections de 2020.

La Trump Organization fait également l’objet d’une autre procédure, cette fois pénale. La société est accusée d’offrir des avantages non imposables à certains de ses dirigeants, dont le directeur financier Allen Weisselberg. Ce lieutenant de Trump accusé d’avoir touché 1,7 million de dollars en avantages divers a plaidé coupable. L’entreprise pourrait être condamnée à une amende double du montant des impôts impayés.

Ces enquêtes se multiplient dans les semaines précédant les élections de mi-mandat du 8 novembre, au cours desquelles les républicains devraient prendre le contrôle d’une ou des deux chambres du Congrès. Trump, qui n’a pas officiellement annoncé son intention de se présenter à la présidence en 2024, a néanmoins multiplié les rassemblements publics où il accuse l’administration Biden de le cibler pour nuire à ses chances politiques.

VOIR AUSSI – Des documents sur la stratégie nucléaire d’un pays étranger trouvés dans la maison de Donald Trump