Axant l’essentiel de son discours de samedi sur la réforme des retraites, le président a souvent relégué le risque climatique au second plan.

Chacun a ses propres priorités. En dehors de l’exercice convenu qu’il a réalisé samedi soir en faisant part de ses vœux aux Français, Emmanuel Macron avait un message essentiel : confirmer la nécessité à ses yeux d’engager rapidement la réforme des retraites. Il sera présenté le 10 janvier. Évidemment, le sujet est très important et diviseur. Nous aurons l’occasion de le recontacter bientôt. Mais comment ne pas avoir peur de commencer cette nouvelle année en bras de chemise, sans trembler ; comment ne pas sourire jaune en regardant ces baigneurs du 1er janvier qui se réjouissent d’avoir à peine plus de mal à se baigner qu’à la mi-août, on peut difficilement exagérer ; comment ne pas frémir devant cet excès de chaleur de 8,3°C par rapport aux normales saisonnières que nous avons connu ces derniers jours ? Ils nous rappellent plus que jamais, à l’heure des résolutions pour 2023, que la lutte contre le réchauffement climatique est un impératif vital.

Emmanuel Macron, lors de son intervention télévisée, a naturellement évoqué la « crise climatique aux effets spectaculaires » et cette « bataille » de la transition écologique qu' »il faut gagner ». Début janvier, de nouvelles mesures gouvernementales entrent en vigueur, de la mise en place de zones à faibles émissions à des incitations au partage de véhicules et à la lutte contre les filtres thermiques. Mais une fois de plus, le chef de l’Etat a raté l’occasion de nous convaincre qu’il mettrait ces enjeux climatiques au premier plan. Délivrant son message central sur les retraites, plaçant au centre de son discours, jusqu’à saturation, la valeur du « travail », Emmanuel Macron a confirmé que le logiciel idéologique qui lui sert de guide est malheureusement un calcul classique. Et, c’est à craindre, il n’est pas à la hauteur des défis qui l’attendent. Ils sont énormes, lourds. Raison de plus pour souligner l’occasion présidentielle manquée.

À Lire  Béthune : une fillette de 2 ans entre la vie et la mort après une chute du 6e étage