En juillet dernier, vingt et un employés de la division Assurance Qualité de Blizzard, anciennement partie intégrante de Vicarious Visions, ont annoncé à Activision leur volonté de s’unir. Alors qu’Activision a initialement refusé de former le syndicat, le Conseil national des relations du travail a annoncé que des élections pourraient avoir lieu.

Le National Labor Relations Board est une agence gouvernementale américaine qui enquête, entre autres, sur les pratiques illégales dans le monde du travail. C’est, bien sûr, une victoire pour les collaborateurs travaillant actuellement sur Diablo 4.

Activision Blizzard était initialement contre le projet, affirmant qu’un groupe de 88 développeurs devrait être impliqué dans le vote. Cependant, le NLRB a réfuté les arguments de la société. Selon elle, on ne peut pas comparer les testeurs et les développeurs, principalement parce que les salaires sont très différents et que les relations entre les deux départements sont réduites à leur plus simple expression.

Je vous invite à découvrir une traduction française de l’arrêt :

Compte tenu de ce qui précède, je conclus que les employés de l’unité visée par la demande partagent une communauté d’intérêts. J’ai également regardé les similitudes entre les développeurs et les ai comparées avec celles des testeurs. Les développeurs sont organisés en départements distincts, mais des départements qui relèvent finalement du responsable de la franchise Diablo. Les développeurs ont des compétences, des parcours et des tâches variés, mais ils utilisent ces compétences de manière complémentaire dans un processus de production qui implique un nombre important de contacts et un haut degré d’intégration fonctionnelle. Le salaire varie, mais de nombreux avantages se chevauchent entre les développeurs.

En comparant la communauté d’intérêt des développeurs à celle des testeurs, je trouve que les intérêts différents des testeurs l’emportent sur les similitudes avec les développeurs. Comme nous l’avons vu, les testeurs participent au même processus de développement de jeu qui inclut un contact étendu et une intégration fonctionnelle. Cependant, les testeurs sont organisés séparément dans leur propre département et leur hiérarchie d’encadrement est complètement séparée de celle de la franchise Diablo. Les testeurs ont également des compétences et des tâches spécifiques différentes de celles des développeurs. Enfin, les testeurs sont nettement moins payés que les développeurs. De plus, les preuves d’échanges entre testeurs et développeurs sont extrêmement limitées. Pour ces raisons, je pense que les intérêts partagés entre les testeurs et les développeurs ne l’emportent pas sur les intérêts séparés qui font que l’unité exige une unité appropriée.

Grâce au soutien de l’agence, les bulletins de vote seront envoyés le 27 octobre et les votes seront comptés le 18 novembre.

Chez Activision Blizzard, c’est clairement une déception. Notez que ce n’est pas la première fois que l’entreprise met des obstacles sur le chemin des équipes qui tentent de se syndiquer. C’était déjà le cas chez Raven Software en début d’année.

À Lire  Unkle, c'est une amélioration garantie pour les locataires et les propriétaires

Dans une lettre envoyée en interne, Lulu Cheng Meservey, vice-présidente exécutive d’Activision Blizzard, donne les raisons pour lesquelles l’entreprise préfère éviter la syndicalisation. Cela, dit-elle, ralentit considérablement le processus de discussion et peut retarder les augmentations de salaire.

Salut à tous, un petit conseil sur quelque chose d’important. C’est un long post, mais je veux être exhaustif, alors merci de me soutenir. Cet après-midi, le National Labor Relations Board (NLRB) a décidé que les 20 testeurs d’assurance qualité travaillant sur Diablo à Albany peuvent former un syndicat et, si le syndicat remporte le vote, seront inclus dans l’unité de négociation.

La position de l’entreprise à ce sujet : Elle respecte pleinement la procédure NLRB et soutient pleinement le droit des employés de choisir comment ils veulent être représentés. Elle pense également que les personnes travaillant en étroite collaboration devraient pouvoir prendre de telles décisions collectivement. En d’autres termes, nous ne sommes pas d’accord avec le fait qu’une poignée d’employés décident avant tout le monde de l’avenir de l’équipe Diablo basée à Albany. Nous croyons qu’un dialogue direct entre l’entreprise et les employés est la voie la plus productive.

Exemples : grâce à ce dialogue direct, nous avons déjà converti le personnel d’assurance qualité à temps plein, augmenté les salaires, augmenté les avantages sociaux, ouvert l’accès au programme de bonus et fourni davantage d’opportunités d’avancement professionnel (ce qui entraînerait également des salaires plus élevés).

Nous pensons que la négociation collective est relativement lente : une fois l’accord conclu, il faut en moyenne plus d’un an, selon l’analyse de Bloomberg. Au cours des longues négociations contractuelles, les entreprises ne peuvent pas accorder d’augmentations de salaire/primes/avantages sans un accord spécial avec le syndicat, et le Bureau of Labor Statistics a signalé que les travailleurs non syndiqués reçoivent généralement des augmentations de salaire plus élevées. . Cela correspond à ce que nous avons vu à Raven, où il n’y a eu que trois séances de négociation depuis que le syndicat a été accrédité il y a près de 6 mois, en partie parce que le syndicat a annulé les séances de négociation d’un mois.

Je partage tout cela parce que la rationalisation du processus est l’une des raisons pour lesquelles l’entreprise préfère les discussions directes – mais en fin de compte, c’est aux employés de décider et chacun devrait pouvoir voter pour sa propre préférence dans le cadre d’une élection équitable.

Les bulletins de vote seront envoyés par la poste aux employés éligibles à Albany le 27 octobre, doivent être retournés avant le 17 novembre et seront comptés par le NLRB le 18 novembre.