A partir du 1er février 2023, le plafond de Ma Prime Renov sera relevé. Le ministère de transition de l’environnement a précisé que cette augmentation est destinée à tenir compte de l’inflation et à promouvoir des réformes générales.

Soutenir les rénovations les plus performantes

Dès septembre 2020, 2 milliards d’euros ont été alloués à Ma Prime Rénov’ et 1,3 milliard d’euros ont été alloués au renouvellement des collectivités territoriales : 300 millions d’euros pour le maintien des lycées régionaux, 300 millions d’euros pour les départements et leurs académies, 650 millions d’euros pour les communes et les communes et les écoles et médiathèques.

Le gouvernement a annoncé jeudi qu’il réévaluerait le plafond des travaux et pourrait financer MaPrimeRénov’, le programme d’aide publique au renouvellement énergétique, au 1er février 2023, pour tenir compte de la hausse des tarifs.

« En 2023, le montant des travaux pour soutenir MaPrimeRénov » va augmenter, pour tenir compte de l’inflation et favoriser le renouveau mondial, a annoncé le ministre par intérim de l’environnement Christophe Béchu dans un communiqué.

Dans une autre évolution, à partir du 1er janvier, « MaPrime Rénov » ne permettra plus les subventions à l’achat de chaudières à gaz, y compris celles à très hautes performances énergétiques », souligne le gouvernement « dans le sens de réduire progressivement la dépendance au combustible ».

Concernant le dispositif d’accession à la propriété MaPrime Rénov, qui permet de financer par l’accession à la propriété des travaux de rénovation énergétique de l’espace public, le plafond sera « relevé de 15 000 € à 25 000 € ».

Quant à la stabilité de MaPrime Rénov, qui consiste en des travaux de rénovation permettant un gain énergétique d’au moins 35 %, la toiture « sera relevée de 30 000 € à 35 000 € pour accompagner les familles les plus réalisables dans les projets de réactualisation. global ».

« Ces moyens accrus permettront d’accompagner les réformes prioritaires les plus efficaces et d’augmenter l’accompagnement des familles modestes » dès le 1er février 2023, peut-on également lire dans le document.

À Lire  La loi climat : quels impacts sur le logement pour 2023 ?

MaPrime Rénov’, créée en 2020 et pilotée par l’Agence nationale de l’habitat (Anah), est dotée d’un budget de 2,5 milliards d’euros en 2023 et a pour objectif d’aider les Français, quels que soient leurs revenus, à rénover leur logement afin de réduire la consommation d’énergie et l’effet de serre. émissions de gaz.

L’impact du dispositif difficile à évaluer

Dans le cas du dispositif Ma Prime Rénov, sur les 640 000 dossiers traités l’an dernier, 83 % des rénovations ont concerné une seule étape (remplacement du chauffage, de l’isolation…).

« Ma Prime Rénov n’a pas encore failli à l’objectif de réduction de la consommation finale d’énergie et il ne sera pas possible d’atteindre les objectifs sociaux assignés : la lutte contre la précarité énergétique, la suppression du filtre à chaleur », souligne l’inspecteur de la stratégie et des finances. Général.

Au premier semestre 2022, seulement 27% des demandes avaient au moins deux actions, dont seulement 5% étaient des demandes de réforme « internationales ».

« Malgré les différences de bénéfices énergétiques des mesures prises séparément, il est important de noter que les résultats doivent être interprétés avec prudence car le système de chauffage ne peut être efficace sans une isolation suffisante – l’isolation est une condition préalable au processus de renouvellement. » ils ont ajouté.

Pire, malgré les relances répétées des professionnels de l’immobilier, des courtiers aux agents, la prime solidaire au logement « a du mal à trouver son public » et ne représente que 4% de la subvention.

Dans le détail, Ma Prime Rénov reste quelque chose de difficile à évaluer. De la transformation de la Taxe de transition énergétique (CITE) en prime au 1er janvier 2021, en passant par l’extension du régime des propriétaires au 1er juillet 2021, à l’ouverture de Rénov dans le service public visant à favoriser l’accompagnement des particuliers . , « Il est impossible de faire la distinction entre le plan de récupération et le mode de mise à niveau. »