Les municipalités polonaises face au défi de l'intégration des réfugiés ukrainiens

Une augmentation de 53%. C’est, selon l’Union des métropoles polonaises, l’évolution démographique qu’a connue la ville de Rzeszów (196 000 habitants) début avril. Fuyant la guerre, plus de 100 000 Ukrainiens se trouvaient alors dans cette capitale régionale, frontalière de l’Ukraine. Si ce pic était passager – fin mai le nombre de réfugiés est tombé à 20 000 –, ses services municipaux s’en souviennent encore.

« Les agents prenaient la permission d’aider les réfugiés », explique Marzena Kłeczek-Krawiec, directrice des communications de la municipalité. Il faut agir dans tous les sens, depuis l’ouverture de centres d’hébergement temporaire jusqu’à la coordination des aides offertes par les ONG, en passant par l’organisation des soins médicaux. C’est encore l’administration communale qui, dès 7h du matin…

Journal des Communes, Club Santé Sociale, Club Education et Vie Scolaire

Découvrez nos formules et accédez à des articles illimités

À Lire  Ecoles de commerce : les oraux, la dernière ligne droite pour Victor