Le laboratoire de biologie médicale corse a rejoint le mouvement national de grève fixé pour trois jours minimum à partir du 14 novembre.

La lutte entre les biologistes libéraux et le gouvernement continue. Le laboratoire d’analyse corse a montré qu’ils avaient rejoint le mouvement national de grève, qui s’est fixé pour trois jours minimum, à partir du lundi 14 novembre. Seules des mesures d’urgence seront prises.

Lundi 7 novembre, une rencontre « dernière chance » bien tenue avec Thomas Fatôme, directeur général de l’Assurance maladie. Une discussion dans laquelle ce dernier, selon le syndicat, « ferme la porte à toute négociation ».

Sur fond de reproches, la décision du gouvernement de forcer le laboratoire, dont les profits ont fortement augmenté en raison des tests effectués pendant la crise sanitaire, économise 250 millions d’euros, via la PLFSS (facture de financement de la Sécurité sociale) pour 2023.

Les biologistes veulent ce coup de poing plafonné à 250 millions d’euros, et pour 2023 seulement, alors que l’Assurance maladie envisage selon eux « de nouvelles propositions d’avions plus salés », avec 280 millions l’an prochain, puis 322 millions par an jusqu’en 2026.

Dans un communiqué publié le 8 novembre, l’Assurance maladie a indiqué qu’elle « regrette profondément cet appel à la grève », et assuré que sa proposition est « pleinement soutenable » pour le secteur de la biologie, « compte tenu du niveau de rentabilité constaté en 2019 » et « de la impact de la crise sanitaire qui est encore une fois très favorable à cette hausse de rentabilité ».

« Avec un excédent brut d’exploitation de 3 milliards, ils peuvent tenter 250 millions », a déclaré le ministre de la Santé, François Braun, lors d’une réunion mardi matin avec l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis).

À Lire  Le magazine Santé de décembre 2022 est sorti !

« Je garde l’objectif, ça va marcher », a-t-il dit, ajoutant que « la discussion est ouverte » sur la « meilleure façon d’y arriver ».

Les négociations avaient été suspendues pendant une semaine, lorsque le laboratoire a cessé d’envoyer les résultats des tests Covid à l’Assurance maladie entre le 27 octobre et le 3 novembre. Le boycott a été jugé « inacceptable » par le gouvernement.

Un véritable vote sur l’ensemble du projet de loi de financement de la Sécurité sociale – par 49,3 à l’Assemblée nationale – aura lieu mardi 15 novembre.

Chaque jour, recevez l’actualité de votre région grâce à la newsletter.

France Télévisions utilise votre adresse email pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de l’email.