Une mobilisation a eu lieu ce samedi matin à Pigeon Bouillante pour protester contre la confiscation du véhicule d’un livreur de pain, accusé par les habitants d’une résidence de la ville de « nuisances sonores ». Pour les participants à cette mobilisation, il s’agissait de défendre avec force les us et coutumes de la Guadeloupe.

POUR VOTRE INFORMATION. avec M-L. Plaisir et R. Malety

Publié le 5 novembre 2022 à 12:52,

Nombre d’entre eux ont décidé de converger vers la commune de Bouillante, pour tous ceux qui ont voulu exprimer sur place leur soutien à un livreur de pain privé de son véhicule, suite à une plainte contre lui. Motif : ses klaxons pour avertir ses clients de son passage dérangent les habitants d’une résidence de Bouillante. Ce dernier a même porté plainte contre lui, ce qui a abouti à la confiscation du véhicule par la gendarmerie, le privant ainsi de son outil de travail. C’est en tout cas la raison pour laquelle les nombreux manifestants sont venus à Bouillante

Hubert Quiaba, Collectif Mobile Vigilance

Manifestation de soutien au livreur de pain de Bouillante

©Vidéaste amateur

Un fait qui est loin d’être le premier du genre, puisque depuis plusieurs années ces habitudes traditionnelles, qui font partie de la vie locale en Guadeloupe, sont souvent décriées par ceux qui n’y sont pas habitués et qui ne sont que sources de détresse pour leurs à voir. Paix et bien vivre ensemble. Mais cette fois, derrière cette nouvelle affaire, il y a surtout une contestation foncière, qui alimente l’antagonisme entre la plaignante et le fournisseur de pain. Une dispute qui pourrait expliquer le paroxysme de cet imbroglio de quartier, un fait que le fournisseur lui-même n’évoque pas. Pour lui, il est juste empêché de travailler.

À Lire  Déprimés ou bouleversés par l'actualité, ces Français ont cessé de s'informer

Patrick Thomas, livreur de pain

L’auteur de la plainte est lui, Tarza Antone. Ici, il regarde l’objet de la dispute : un bungalow.

Le bungalow à l’origine de la famille Imbroglio