« The medicine forever » est disponible dans des boîtes en plastique de la marque américaine Thinx. Cependant, il prétend vendre des produits « non toxiques » et s’engage, en échange, à payer ses clients.

Choses sales, manque de chaleur, intempéries… Trouver la bonne protection hygiénique est devenu un chemin difficile. Pour ceux qui pensaient faire confiance à la marque américaine Thinx, c’est un échec ! La marque de culottes menstruelles vient de perdre sa créance après avoir découvert que certains de ses produits étaient défectueux.

Introduite en 2013, la marque a fait l’objet de recherches pendant trois ans après qu’un journaliste du magazine Sierra a envoyé les sous-vêtements au docteur Graham Peaslee de l’Université de Notre Dame, pour voir s’il existe des maladies de substances nocives.

Les soupçons ont ensuite été confirmés par un rapport montrant la présence de per- et polyfluoroalkyles (pesticides difficiles à utiliser) ou PFAS, également connus sous le nom de « produits chimiques éternels ».

Presque 5 millions de dollars de dédommagement 

La marque qui prétend vendre des culottes menstruelles « biologiques, durables et non toxiques » a accepté de verser aux consommateurs jusqu’à 4,6 millions de dollars pour les consommateurs qui ont été exposés aux produits contaminés entre le 12 novembre 2016 et le 28 novembre 2022. Selon « The Guardian , » « les clients qui soumettent des réclamations valides pour l’achat de produits Thinx entre 2016 et 2022 peuvent recevoir 7 $ par achat pour le troisième achat. »

Aujourd’hui, un million de personnes dans le monde utilisent ou utilisent les produits Thinx.

À Lire  Le phénomène des culottes menstruelles, avec la marque parisienne...