Les croisiéristes ont été réveillés par un orchestre Extinction Rebellion à Bordeaux

Depuis ce vendredi 16 septembre 2022, un immense bateau est garé rue de Bordeaux non loin de la place des Quinconces. Cinq étages, 180 mètres de long, 25 mètres de large, il est impossible de le rater. A l’intérieur, du resort, de nombreux restaurants et salons sont disponibles pour 700 passagers, qui embarquent pour une croisière qui se terminera à Barcelone, en Espagne, le 30 septembre. Mais lors de leur première nuit de voyage, les passagers du navire ont été réveillés par le groupe Extinction Rebellion Bordeaux. Cette organisation fait partie d’un mouvement international de désobéissance civile dans la lutte contre la dégradation de l’environnement et le changement climatique. 25 personnes, munies de tambours, de baguettes ou de tout ce qui peut faire du bruit, se sont rassemblées à 7 heures ce samedi matin pour réveiller les passagers. « Lève toi lève toi! » cria un jeune homme dans un mégaphone. Littéralement, mais aussi au sens figuré, par rapport au changement climatique.

Quatrième réveil en fanfare de l’année 

Quatrième réveil en fanfare de l'année 

Ce réveil brutal n’est pas pour tout le monde. Certaines personnes manifestent leur malaise depuis le balcon de leur appartement de luxe (il faut compter entre 3 000 et 14 000 euros par personne pour le trajet). D’autres dansent, prennent des photos, tirent leurs rideaux ou regardent simplement le groupe pendant un moment. Les passants ont également été réveillés. « Nous partageons votre raison, mais pas le chemin », a déclaré un jeune homme qui a marché un kilomètre pour comprendre d’où venait le bruit. Peu importe aux organisateurs de l’événement « nous nous battons aussi pour améliorer la chambre à coucher ». Il ne s’agit pas d’arrêter ce genre de travaux, car selon l’organisme « la ligne touristique moyenne émet, chaque jour, autant de particules fines qu’un million de voitures ». A Bordeaux, une étude a été lancée l’an dernier pour déterminer la répartition des particules fines lors du parcours des grands bateaux par le CEREMA, l’Institut de recherche et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement.

À Lire  Croisière de luxe : quel est le prix moyen ?