Les comparateurs d’assurance auto en ligne, très en vogue depuis de nombreuses années, ont beaucoup évolué ces dernières années et ne se limitent plus aux voitures.

Les fonctionnalités et les domaines des comparateurs se sont aujourd’hui élargis

Qui n’a pas utilisé un comparateur d’assurances pour trouver un meilleur taux ? Probablement pas grand monde de nos jours. Bien que le nombre de questions dans le formulaire puisse parfois sembler rebutant, ce type d’outil, même s’il n’est pas entièrement rempli, permet d’obtenir rapidement plusieurs tarifs, ce qui permet de gagner beaucoup de temps.

Cependant, si vous créez un compte (un de plus…) ou utilisez une adresse e-mail, la plupart des comparateurs vous permettent de pré-remplir la plupart des questions, par ex. B. celles qui n’évoluent pas dans le temps : nom, prénom, date de naissance, date d’obtention du permis de conduire, réclamations de moins de 3 ans, primes ou malus ou encore leur adresse, ce qui simplifie le formulaire.

Utilisez le même comparateur pour trouver votre assurance auto, habitation et santé

Depuis plusieurs années, les comparatifs d’assurances auto en ligne ne se limitent plus aux garanties du secteur automobile. Il s’agit notamment d’une assurance habitation, d’une mutuelle santé, d’une assurance moto, mais aussi d’une assurance animaux, d’une assurance voyage, d’une assurance responsabilité civile professionnelle ou encore d’une assurance crédit. Certains vont même plus loin. Tant qu’il s’agit d’une assurance, le comparateur la proposera.

Cela ne s’arrête pas seulement à l’assurance, cependant. En effet, en plus de l’assurance emprunteur, ces outils vont désormais également interpeller les banques sur les crédits immobiliers assortis d’une assurance. Et ce n’est pas tout, car désormais il est aussi possible de comparer les fournisseurs d’énergie (gaz, électricité), les offres des fournisseurs internet ou mobile et toute une gamme de services, alors qu’autrefois chaque comparateur avait sa spécialité.

Depuis plus de 10 ans, de nombreuses lois ont permis de faciliter le changement d’assurance

Ces outils se sont largement démocratisés ces dernières années, car changer d’assurance n’a jamais été aussi simple qu’aujourd’hui, même si certains n’en ont pas encore conscience. Cependant, si la mobilité bancaire est encore compliquée et relativement rare, la mobilité assurantielle, notamment dans le secteur automobile, continue d’augmenter, et pour cause.

Parfois méconnues, les différentes lois du secteur de l’assurance ont grandement facilité cette mutation ces 20 dernières années et surtout ces 10 dernières années. Un premier petit pas a été franchi en 2005 avec la loi Chatel. Conscient que personne ne comprenait vraiment les règles très précises pour pouvoir résilier un contrat dans le domaine de l’assurance, cette loi obligeait les assureurs à informer leurs clients sur les délais de résiliation. Mieux informés, les clients ont encore dû jongler avec les données pour résilier leur contrat avant la tacite reconduction.

La véritable avancée a été faite avec la loi de Hamon, qui a vraiment simplifié les procédures. Grâce à cette loi du 17 mars 2014, certains contrats d’assurance pourront alors être résiliés à tout moment au bout d’un an.

À Lire  Publié le 27 octobre 2022 - Gabriel Attal 27102022 Politique Economique

Petit appartement, mais seules les assurances auto ou moto, les assurances habitation (locataire ou propriétaire) et les assurances biens ou services (téléphone portable, voyage, etc.) sont concernées. Celles-ci constituaient toujours l’essentiel de l’assurance-vie, en revanche les contrats d’assurance mutuelle étaient exclus et ceux octroyant des hypothèques obéissaient à une règle différente.

Pourtant, l’assurance emprunteur a parcouru un long chemin ces dernières années. Auparavant, seule la banque auprès de laquelle vous contractiez votre prêt pouvait vous proposer votre assurance. Elle était généralement très chère, faisait grimper le taux d’intérêt global (TAEG), et représentait une somme importante, surtout compte tenu de la baisse du taux d’intérêt nominal constatée au cours des 10 dernières années.

Depuis 2010, la loi Lagarde permet de mettre en place une délégation d’assurance, c’est-à-dire une compagnie d’assurance externe. Cependant, les banques restent méfiantes vis-à-vis d’une délégation et même si elles ne peuvent pas rejeter le dossier, elles risquent de trouver votre dossier moins intéressant dans ce cas, limitant les possibilités de négociation.

La solution ensuite, grâce à la loi Hamon, était de changer de contrat AVANT la fin de la première année (alors qu’avec d’autres types de contrats il fallait attendre 1 an pour changer). Mais là aussi, les délais ont dû être respectés. Cependant, au-delà d’un an, la loi Sapin permettait de le modifier chaque année. Mais en cas de dépassement du délai, il a été laissé pour une autre année. Là aussi, une nouvelle loi a changé la donne cette année à l’aide de textes fortement promus par des associations de consommateurs comme l’UFC Que choisir.

Cela signifie que depuis le 1er juin 2022, tous les nouveaux emprunteurs peuvent changer à tout moment. Mieux encore, depuis le 1er septembre dernier, même ceux qui ont contracté un emprunt avant cette date peuvent le modifier à tout moment. Pour terminer !

Mais attention, la nouvelle assurance doit couvrir au moins les mêmes risques, sinon la banque refusera la nouvelle assurance.

Avec toutes ces lois, qui pour une fois profitent aux consommateurs, ceux-ci peuvent désormais jouer un meilleur rôle concurrentiel. Bien sûr, pour les aider, les comparateurs sont l’arme de choix.

Un bon comparateur vous donne aussi des conseils pour changer d’assurance auto

Conscient que changer d’assurance peut être dissuasif pour beaucoup, surtout connaissant les difficultés qui ont pu être rencontrées par le passé, les comparateurs sont également une source d’information très utile.

Même si le changement est désormais grandement simplifié, il reste encore un peu de formalisme. Surtout, beaucoup se posent encore des questions et se détournent de la concurrence.

Il faut cependant noter que certaines compagnies peuvent ne pas être représentées sur certaines plateformes de comparaison, même si 90% des plus grandes compagnies d’assurances y sont représentées. La raison est simple : l’utilisation du comparateur étant gratuite, elle se rémunère notamment sur les données que vous fournissez ET sur la commission versée par l’assureur lors de la conclusion d’un nouveau contrat. La présence d’une entreprise dépend donc généralement d’un accord commercial entre les deux entreprises.