Si la douceur de ce mois d’octobre ne vous a pas incité à rêver de sports d’hiver, les professionnels de la montagne préparent déjà la saison blanche. Et surtout les Alpes du Sud et ses 65 stations réparties entre les Alpes-Maritimes, les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes.

Soixante-cinq stations, mais un massif devenu en quelques années la deuxième destination montagne de France avec 15% du marché ! Les résultats que nous avons obtenus sont en partie dus aux actions du Comité Régional du Tourisme (CRT) de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, qui a su fédérer les énergies.

Nature préservée et convivialité

Comme dit le proverbe : seul, on va plus vite ; ensemble, nous allons plus loin. Et alors qu’hier, la station était à peine visible, s’enfonçant au milieu de ses prestigieux concurrents savoyards lors du Salon Grand Ski de Chambéry, aujourd’hui elle bénéficie d’une nouvelle force de frappe et affiche fièrement sa distinction jusque sur les murs de la gare de Lyon à Paris !

« Ce qui distingue avant tout les Alpes du Sud du reste de la France, c’est la nature mieux préservée qu’ailleurs, les stations à taille humaine, et la convivialité du Sud », affirme Yvan Chaix, directeur de l’agence de développement . Hautes-Alpes qui gère également les promotions pour l’ensemble des Alpes du Sud.

A l’aube d’un nouvel hiver, ce dernier est le plus optimiste, persuadé que « l’heure des Alpes du Sud a sonné ». Pour preuve, d’excellents résultats ont été enregistrés en 2020 et 2021, malgré un faible enneigement. Et la tendance semble confirmée puisque les réservations sont en hausse de 1,7% pour la saison à venir. « On a surmonté la crise du Covid-19 et on a réussi à rebondir après la fermeture des remontées mécaniques. Les gens ont soif de montagne, de ski », s’emporte-t-il.

À Lire  Les croisières les plus chères se vendent bien ! - Voyages de luxe Toutes destinations

Aller chercher la clientèle étrangère

Loïc Chovelon, sans surprise, sur la même longueur d’onde. Mettant en exergue la marque mondiale « Alpes » portée par la Région sur les deux précédents modèles « Provence » et « Cte d’Azur », ainsi que l’énorme investissement réalisé (1) par la Région Paca, le directeur général du CRT a cherché plus avant à confirment le succès de la station des Alpes du Sud. « Si les Provençaux représentent un tiers de notre clientèle, l’enjeu est de trouver une clientèle internationale qui viendra hors vacances scolaires ». Et d’expliquer qu’une trentaine de voyagistes, majoritairement britanniques, sont accueillis à Montgenvre, Risoul, Les Orres, Puy-Saint-Vincent à cet effet.

Il ne reste plus qu’à espérer qu’il y aura beaucoup de neige cet hiver. Pour les amoureux du ski bien sûr, mais aussi pour toute la Provence qui a beaucoup souffert de la sécheresse cet été.

1. Cent millions d’euros sont prévus dans le cadre du « Contrat Station 2030 » qui vise à maintenir les pratiques de sports d’hiver, diversifier les activités touristiques et l’innovation environnementale, pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2030