De nombreux parents font déjà face à une rechute de bronchiolite depuis plusieurs semaines. Pour eux, cela signifie le plus souvent une référence obligatoire aux urgences pédiatriques. La situation expliquée par les spécialistes à la fin du port du masque a limité la circulation virale. En attendant, c’est une source d’inquiétude pour les parents.

FJO. avec M-L. Plazerra et D. Querin

Publié le 8 novembre 2022 à 12h00

Une nouvelle maman vient d’arriver au Centre Parent-Enfant du Palais Royal. Elle s’inquiète pour son enfant qui souffre d’une maladie pulmonaire. Le diagnostic n’est pas surprenant : Bronchiolite Le traitement est immédiat. L’enfant doit être autorisé à retrouver un confort respiratoire. Le cas s’ajoute à tous ceux qui ont défilé dans les locaux du service depuis le début de l’épidémie ; Parce qu’il faut parler d’épidémie, parce qu’en peu de temps elle s’est propagée un peu partout.

Dr Blandine Moueza, responsable de l’unité « Urgences pédiatriques »

.

©D. Quérin

Une propagation qui ne surprend pas les médecins. Pendant la crise du COVID, l’obligation du port du masque a beaucoup plus ralenti que le coronavirus. Mais en même temps, cela interférait avec la vaccination des nouveau-nés à cette époque. Tout comme le virus se propageait. Selon l’âge des enfants avec un autre dangereux.

Dr Philippe Desprez, pédiatre, chef du service « Pédiatrie générale »

L’épidémie ne se propage pas seulement en Guadeloupe, elle se porte bien sur le territoire national ainsi que dans les autres régions d’outre-mer. Santé publique France soulignait la semaine dernière :

À Lire  ADMINISTRATEURS - 1 Conseiller Spécialiste en Voyages en Afrique de l'Est et 1 Conseiller Spécialiste en Voyages aux USA H/F - CDI - (Paris) | Annonces | TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone