L'éducation en France

Sommaire

Enquête réalisée par Harris Interactive en ligne du 4 au 11 juillet 2022. Échantillon de 10 020 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Il y a 140 ans, la loi Jules Ferry rendait l’enseignement obligatoire et laïc en France, marquant un moment charnière dans l’histoire de l’éducation française. Depuis, subissant régulièrement des réformes au gré des variations de la vie politique du pays, l’école occupe traditionnellement une place prépondérante dans les débats d’opinion, des lois bacs à la réforme des horaires scolaires en passant par les lois collège unique. Avec le soutien de Harris Interactive, Challenges propose de faire le point sur l’opinion publique sur le système éducatif français aujourd’hui, en 2022.

Un échantillon de 10 020 personnes représentatif de la population française a été interrogé, un périmètre qui permet des caractérisations suffisamment fines pour aller au-delà des variables d’analyse habituelles. Sur ce sujet qui concerne l’ensemble de la société, les perceptions de tous les Français ont été analysées, avec une attention particulière pour les parents d’enfants d’âge scolaire. Bilan des dernières réformes du système éducatif, attentes et perspectives d’avenir pour l’école, confiance dans l’Education Nationale… Comment définir la vision des Français et des parents sur le système éducatif actuel ?

Télécharger le rapport complet

En quelques lignes, que retenir ?

L’école, une institution en déclin aux yeux des Français

Aujourd’hui, la plupart des Français (60%) considèrent que la France est en déclin. Si cette vision pessimiste s’applique à l’ensemble du pays, certains acteurs sont plus que d’autres associés à cette idée de déclin, au premier rang desquels se trouvent les dirigeants politiques et le système éducatif. Ainsi, pour 1 Français sur 2, l’école contribue au déclin de la France, quand seulement 1/4 pensent au contraire que le système éducatif contribue au progrès du pays. A titre de comparaison, seuls les responsables politiques sont encore plus associés au déclin de la France parmi les différents acteurs et institutions présentés (66%).

Et pour cause, l’école est perçue comme une institution dysfonctionnelle par 2 Français sur 3 (67% pensent que l’école fonctionne mal en France aujourd’hui). Même dans l’une de ses missions les plus essentielles, à savoir la transmission des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter), seuls 55 % des Français considèrent l’école comme réellement efficace. Et plus des 3/4 des Français (76%) identifient une baisse du niveau scolaire des étudiants au cours des dix dernières années, contre 8% qui estiment, au contraire, que le niveau a augmenté. Les Français brossent donc un tableau peu flatteur de l’état actuel de l’éducation en France.

Cependant, ce jugement s’avère un peu moins sévère chez les plus concernés, à savoir les parents d’enfants scolarisés : ainsi, par rapport à la moyenne française, ils sont un peu moins nombreux à juger que l’école fonctionne mal (60 % d’entre eux , contre 67 % pour l’ensemble des Français). Ils sont également moins nombreux à déplorer la baisse de leur niveau d’instruction ces dernières années (71%, contre 76%) et un peu plus nombreux à considérer l’école comme remplissant son rôle d’acquisition des savoirs fondamentaux (63% pour les parents d’élèves contre 55% pour tous les Français).

Le lycée au centre des critiques

Plus précisément, à quelle étape du parcours scolaire se produit cette baisse de niveau perçue par certains Français ? Surtout pendant le lycée. En effet, parmi les Français qui ressentent un certain recul dans leur niveau d’études, 96% pensent que cela concerne le collège et 87% pensent que l’enseignement secondaire… o La maternelle semble assez épargnée (24%), ainsi que l’enseignement supérieur (53 %). A noter que cette perception est partagée aussi bien par les parents d’élèves que par l’ensemble des Français.

Cette dégradation semble toucher moins les établissements privés que les établissements publics. En effet, la quasi-totalité des personnes interrogées estiment que le niveau s’est détérioré dans le secteur public (97%) contre une faible majorité seulement dans le secteur privé (56%). Cette analyse est partagée aussi bien par les parents d’élèves du secteur public que par ceux dont les enfants sont scolarisés dans le secteur privé (bien que ces derniers soient un peu moins critiques à l’égard du secteur privé).

Derrière un constat commun, des interprétations variées…

Si la plupart d’entre eux sont d’accord avec le constat d’une baisse du niveau des élèves, les Français sont en revanche assez partagés quant aux causes à l’origine de cette dégradation : sureffectifs dans les classes, contenu des programmes scolaires, dysfonctionnements de l’Éducation nationale et le manque de moyens sont autant de raisons invoquées. Cependant, les conditions d’enseignement sont plus « pointées du doigt » que les enseignants eux-mêmes, leur motivation ou leur compétence. Par ailleurs, la majorité des Français (74%) dénoncent plus généralement l’insuffisance de l’action des pouvoirs publics dans le domaine de l’éducation.

Des actions insuffisantes, donc, mais aussi des mesures parfois jugées insuffisantes. Déplorant pour beaucoup d’entre eux une baisse du niveau d’études particulièrement visible dans le secondaire, les Français sont peu convaincus par l’option consistant à privilégier les investissements dans le primaire par rapport au secondaire (32% estiment que ces mesures ont été efficaces), ou de faire des mathématiques un spécialité de haut niveau dès le premier (35%). En revanche, les Français sont plus convaincus (59 %) de l’efficacité du doublement des classes inférieures (grande partie de maternelle, CP et EC1) dans les domaines d’enseignement prioritaires. Une solution bien accueillie dans la mesure où, on l’a vu, la sureffectif dans les classes est l’une des premières raisons invoquées par les Français pour la baisse du niveau scolaire. Quant à la réforme du baccalauréat, incluant un contrôle plus continu, les Français peinent à prendre position sur la question, cette réforme étant jugée efficace par la moitié d’entre eux, et inefficace par l’autre.

…et des recommandations parfois contradictoires

Pour améliorer la qualité de l’enseignement, les Français expriment actuellement des recommandations assez différentes et il n’y a pas de consensus très clair autour d’une mesure précise. Cependant, deux solutions s’écartent quelque peu du tableau : réduire la taille des classes en recrutant globalement plus d’enseignants (52 %) et rétablir l’autorité et les sanctions pour les enfants perturbateurs (51 %). Les autres solutions proposées (améliorer l’attractivité du métier d’enseignant, développer une pédagogie plus solidaire, évaluer plus fréquemment les enseignants, etc.) sont un peu moins mises en avant par les Français. Quant au contenu des programmes, les Français favorisent à la fois le développement des savoirs fondamentaux – comme le français et les mathématiques – mais aussi le développement de la formation professionnelle et de l’apprentissage. En revanche, la réduction des rythmes scolaires n’est pas particulièrement souhaitée.

Perspectives : faible confiance dans l’éducation nationale

Comme nous l’avons vu, les Français brossent aujourd’hui un tableau sévère de l’école en France et ont tendance à tenir les pouvoirs publics, et en particulier l’Éducation nationale, plus responsables que les enseignants eux-mêmes. De plus, ils affichent un certain pessimisme quant à l’avenir de l’éducation dans le pays. Alors que la rentrée 2022 est marquée par des inquiétudes sur le nombre de postes vacants d’enseignants, 6 Français sur 10 ne croient pas en la capacité de l’Education nationale à rendre plus attractif le métier d’enseignant à l’avenir – un moyen souvent envisagé par les Français pour améliorer la qualité de l’enseignement. Ils sont également sceptiques quant à la capacité de l’Education nationale à élever le niveau des élèves (6 Français sur 10 sont pessimistes en la matière). D’un point de vue plus général, 64% des Français se disent pessimistes sur la capacité de l’Éducation nationale à mieux réduire les inégalités sociales, tandis que 35% sont optimistes sur la question : là encore, si pessimisme est mis, cela ne veut pas dire consensus avec tout le monde pour ça. En particulier, les parents d’enfants d’âge scolaire croient un peu plus que l’ensemble des Français à la mission républicaine de l’école (42 % sont optimistes contre 57 % pessimistes).

Bref, les Français donnent une image dure de l’école, qu’ils perçoivent en déclin, comme nombre de secteurs de la société française. Cette vision déclinante s’exprime surtout par une perception quasi unanime de la dégradation du niveau des élèves dans l’enseignement primaire et secondaire. Et même si certaines solutions peuvent avoir une certaine efficacité aux yeux des Français, comme la réduction de la taille des classes et la division des classes en zones éducatives prioritaires, ils ne sont pas très optimistes quant à l’avenir de la capacité de l’Éducation nationale à remplir sa mission éducative et pour réduire les inégalités. Au milieu de tout cela, et alors que les postes d’enseignants laissés vacants dans un certain nombre de classes seront passés au crible durant cette rentrée, force est de constater cependant que les Français sont bien plus critiques vis-à-vis des dysfonctionnements de l’Éducation nationale que ils appartiennent au corps enseignant pour expliquer le déclin qu’ils perçoivent.

Télécharger le rapport complet

L’éducation est aujourd’hui confrontée à une double crise de croissance et de transformation. Elle est en crise ici et partout dans le monde. Cette crise résulte du rythme extrêmement rapide de transformation du monde dans lequel nous vivons.

Quel est le meilleur système d’éducation au monde ?

Quel est le meilleur système d'éducation au monde ?

Finlande Depuis 2000, la Finlande détient le titre officieux du meilleur système éducatif au monde. Après avoir ajouté cinq nouveaux indicateurs clés à son système de classement de l’éducation, la Finlande devrait maintenir sa position.

Quel est le meilleur système éducatif au monde ? Classement des systèmes éducatifs dans le monde (2021) États-Unis (le système éducatif le plus performant au monde) Royaume-Uni. Allemagne. Canada.

Quel pays a les meilleurs résultats scolaires ?

La Chine arrive en tête (555) devant Singapour (549)…. Quel pays a les meilleurs résultats académiques ?

  • 1er – Suède/Score : 99,81. …
  • 2e – Danemark/Score : 98,38. …
  • Troisième – Norvège / Score : 95,95. …
  • 4e – Pays-Bas / Score : 95,56.

Quel est le système scolaire le plus dur ?

â Shanghai (Chine) arrive en tête en mathématiques : 613 points soit 119 points au-dessus de la moyenne OCDE, soit près de trois années d’études ; puis Singapour, Hong Kong (Chine), Taipei et la Chine, la Corée, Macao (Chine), le Japon, le Liechtenstein, … A lire aussi : Avec quoi les étudiants en soins infirmiers se débattent-ils ?.

Quelle est la meilleure éducation ?

1. Singapour : champions des mathématiques. De nos jours, les enfants de Singapour sont excellents en mathématiques, mais ce n’était pas le cas dans les années 1990. Comment sont-ils arrivés à la première place ?

Quel pays est premier en éducation ?

Le Burundi a obtenu le meilleur score dans l’évaluation PASEC 2014, se classant premier en termes d’éducation de la petite enfance, en particulier pour les filles les plus pauvres, et d’égalité d’accès à une éducation de qualité.

À Lire  Pap Ndiaye ministre de l'Éducation nationale : La ligne de Jean-Michel Blanquer est-elle vraiment rejetée ?

Quelle est le pays avec le plus de réussite scolaire ?

Corée du Sud Le pays a récemment été classé premier au classement général et en « réussite » par le rapport annuel de Pearson Education sur les performances éducatives mondiales, et cinquième en lecture et en mathématiques dans l’enquête PISA.

Quel est le pays avec la meilleure éducation ?

Le Royaume-Uni retrouve toujours la première place dans le classement de la qualité de l’éducation cette année.

Quel est le système scolaire le plus difficile ?

â Shanghai (Chine) arrive en tête en mathématiques : 613 points soit 119 points au-dessus de la moyenne OCDE, soit près de trois années d’études ; puis Singapour, Hong Kong (Chine), Taipei et Chine, Corée, Macao (Chine), Japon, Liechtenstein, …

Quel est le pays qui a le moins d’heures de cours ?

En Finlande, les élèves du cycle primaire terminent leur journée scolaire vers 13h, ceux du secondaire inférieur finissent à 14h. Les enfants finlandais détiennent le record du nombre minimum d’heures d’enseignement dans l’OCDE, ce qui ne les empêche pas d’être considérés comme les plus performants d’Europe.

Quel est le système scolaire le plus dur ?

Pays champions de la classe Avec 8 316 heures de cours, l’Italie arrive en tête, suivie de l’Australie (7 806 heures), d’Israël (7 746 heures), de la Belgique (7 710 heures), dont seule la partie francophone est considérée ici, puis des Pays-Bas (7 700 heures ).

Quels sont les cinq grands principes du système éducatif ?

Quels sont les cinq grands principes du système éducatif ?

Les cinq principes fondamentaux du système éducatif

  • liberté d’enseignement;
  • gratuit;
  • neutralité;
  • laïcité;
  • L’enseignement obligatoire.

Quel est le système éducatif ? Un système éducatif est constitué de toutes les composantes et acteurs qui interagissent dans l’éducation et la formation.

Quels sont les principes fondamentaux du système éducatif ?

Ce sont la liberté d’enseignement, l’enseignement gratuit, la neutralité, la laïcité et l’enseignement obligatoire.

Quels sont les trois principes fondamentaux des lois scolaires ?

Les trois grands principes fondamentaux de l’école sont établis : enseignement public gratuit (loi du 16 juin 1881) ; scolarité obligatoire (loi du 28 mars 1882) ; éducation laïque (loi du 28 mars 1882).

Quelles sont les principales évolutions du système éducatif ?

Au cours de la dernière décennie, le système éducatif français a connu de profondes mutations : allongement de la durée des études menant à l’enseignement de masse dans l’enseignement secondaire et supérieur, modification des programmes et des méthodes pédagogiques, recours accru à la technologie…

Comment évolue l’éducation ?

Dès la fin du XVIIIe siècle, dans les sociétés européennes en pleine évolution, l’éducation va se manifester comme un enjeu social, comme une composante de la croissance économique, comme une organisation nationale, comme une idée régulatrice et un projet de gouvernement.

Quels sont les grands principes de l’éducation ?

La laïcité Le principe de laïcité en matière religieuse est à la base du système éducatif français depuis la fin du XIXe siècle. L’instruction publique est laïque depuis les lois du 28 mars 1882 et du 30 octobre 1886. Celles-ci établissent l’instruction obligatoire et laïque le personnel et les programmes.

C’est quoi l’éducation moderne ?

C'est quoi l'éducation moderne ?

Une méthode qui vise à développer ses propres compétences et à acquérir plus efficacement de nouvelles connaissances. Cela correspond bien au fonctionnement du cerveau humain : non seulement il stocke l’information dans des tiroirs, mais il l’organise également en réseaux complexes.

Quelle est la différence entre l’éducation traditionnelle et moderne ? L’ancien système d’éducation était un frère du système social dont il était contemporain ; d’autre part, dans leurs caractères tout à fait contraires, nos méthodes d’éducation modernes correspondent à nos institutions les plus libérales, en matière religieuse et politique.

Quelle est l’importance de l’éducation moderne ?

Elle améliore la santé et les moyens de subsistance, contribue à la stabilité sociale et stimule la croissance économique à long terme. Il est également essentiel pour atteindre chacun des 17 objectifs de développement durable.

Quel est le but principal de l’éducation ?

L’éducation est l’apprentissage et le développement des facultés intellectuelles, morales et physiques, les moyens et les résultats de cette activité de développement.

Quel est le but de l’éducation dans la société ?

258 millions d’enfants n’ont toujours pas accès à l’école dans le monde. Cependant, comme nous le savons, l’éducation est l’un des moyens les plus efficaces pour lutter contre la pauvreté, améliorer la santé, promouvoir l’égalité des sexes et assurer la paix et la stabilité.

Quelles sont les caractéristiques de l’école moderne ?

La Pédagogie Freinet est basée sur la libre expression des enfants et s’appuie sur des invariants pédagogiques (30 valeurs à appliquer et à transmettre) et des techniques pédagogiques modernes comme l’utilisation de l’imprimé et du cinéma à l’école. , la classe voyageuse, l’abolition de la plate-forme, le travail de …

Qui est le père de l’éducation moderne ?

Pourtant, par sa pensée utopique et « sa modernité paradoxale », Comenius aura préparé le monde protestant à accepter le rationalisme très antichrétien des Lumières. Il est souvent considéré aujourd’hui comme le père de l’éducation moderne.

Qui est le père de l’école moderne ?

Le Mouvement de l’Ecole Moderne, ce sont tous des enseignants qui suivent les impulsions pédagogiques et sociales de Célestin Freinet, de sa femme Élise et de leurs successeurs.

Qui sont les pionniers de l’éducation nouvelle ?

Ce mouvement est né en Italie avec Maria Montessori, en Amérique avec John Dewey par exemple, en Angleterre, en Belgique avec Decroly (née Maria Montessori en 1871), en Allemagne, en Suisse avec des psychologues comme Claparède.

Quel est le niveau d’éducation en France ?

Quel est le niveau d'éducation en France ?
25-34 ans35-44 ans
FemmesHommes
Baccalauréat, certificat professionnel ou équivalent20.420,5
Diplôme d’études supérieures courtes (niveau bac 2)14.316.3
Diplôme d’études supérieures longues (au dessus du bac 2)37,925.6

Comment se passe l’éducation en France ? En France, l’enseignement est obligatoire et gratuit de 3 à 16 ans. L’accès à l’enseignement supérieur est conditionné à l’obtention d’un diplôme national, le baccalauréat.

Quel est le niveau d’éducation ?

A des fins statistiques, « Le niveau d’instruction d’une personne est celui qui correspond à la dernière année d’études accomplie ou au niveau le plus élevé atteint par cette personne dans le système éducatif de son Etat ou d’un autre Etat… (UNESCO, 1958b).

Comment calculer le niveau d éducation ?

Mode de calcul : Diviser le nombre d’élèves (ou d’élèves) inscrits dans un niveau d’enseignement, quel que soit leur âge, par la population scolarisable officielle pour le même niveau d’enseignement et multiplier le résultat par 100.

C’est quoi le niveau 3 ?

Le niveau III correspond aux diplômes sanctionnant la réussite des deux premières années de l’enseignement supérieur (diplôme universitaire technologique-DUT, diplôme technique supérieur-BTS, diplôme d’études universitaires générales-Deug, écoles de formation sanitaire ou sociale, etc.).

Qui a créé l’école en France ?

De Charlemagne à Jules Ferry C’est Jules Ferry, l’instigateur des lois de 1881-82 sur l’instruction laïque, gratuite et obligatoire, et ces lois ont fondé le système scolaire tel qu’il existe encore aujourd’hui en France.

Qui est le créateur de l’école ? L’idée de l’école est née il y a un peu plus de 2300 ans, dans la tête d’un homme : Aristote, philosophe grec. Vers 789, Charlemagne, roi des Francs, décide d’ouvrir des écoles dans tout le royaume. Avant, seuls les religieux étaient éduqués.

Quand l’école a été créé ?

C’est avec Jules Ferry en 1881 que débute véritablement l’école que nous connaissons aujourd’hui.

Qui a créé l’école et pourquoi ?

Charlemagne, inventeur de l’école : une idée reçue Les premières écoles remontent à l’apparition de l’écriture en Mésopotamie. Les Égyptiens, les Aztèques, les Grecs, les Romains… toutes ces civilisations avaient déjà à cœur de transmettre leur savoir aux jeunes générations.

Qui a inventé l’école et en quelle année ?

C’est avec Jules Ferry en 1881 que débute véritablement l’école que nous connaissons aujourd’hui. Il a fait passer une loi pour rendre l’école obligatoire pour les filles et les garçons, gratuite et laïque, c’est-à-dire qu’elle ne dépendait plus de l’église et qu’ils n’enseignaient plus les fondamentaux de la religion.

Qui a inventé l’école et en quelle année ?

Ce seront les Lois Ferry de mars 1882 qui rendront obligatoire l’école primaire de 6 à 13 ans, gratuite et laïque.

Qui a inventé l’école et quand ?

Charlemagne, fondateur d’une sorte d’école et non de l’école, né bien avant lui. Ironiquement, le mythe de Charlemagne en tant que fondateur de l’école a été propagé dès le IXe siècle par un moine qui portait le même nom de famille. Il s’agit de Notker de Saint-Gall, né vers 840 et mort en 912.

Qui a inventé l’école avant Charlemagne ?

Les Égyptiens, les Aztèques, les Grecs, les Romains… toutes ces civilisations avaient déjà à cœur de transmettre leur savoir aux jeunes générations. Le mot « école » vient du grec ancien skholẠqui signifiait « arrêter le travail », loisir. Dire que Charlemagne a inventé l’école serait donc faux.

Est-ce Charlemagne qui a inventé l’école ?

Le rôle de Charlemagne S’il n’a pas inventé l’école, il a permis, à la fin du VIIIe siècle, de généraliser l’école à tous. Enfin pour tous les garçons seulement ! Charlemagne donne des instructions : En 789 il déclare : « Réunissons les enfants de basse condition et les enfants de haute naissance.

Qui a créé l’école avant Charlemagne ?

Les premières écoles ont été créées lors de l’apparition de l’écriture, vers 3000 av. Les Égyptiens, les Grecs, les Romains ont déjà transmis leur savoir aux jeunes générations, bien avant le règne de Charlemagne.

Pourquoi Dit-on que c’est Charlemagne qui a inventé l’école ?

Charlemagne, inventeur de l’école : une idée reçue Le mot « école » vient du grec ancien sholế qui signifiait « arrêter le travail », loisir. Dire que Charlemagne a inventé l’école serait donc faux. Mais le roi carolingien donne un nouvel élan à l’éducation.

Pourquoi les élèves sont faibles en français ?

Baisse des matières de base Le temps consacré à l’enseignement du français a également chuté de façon spectaculaire, note l’historien Claude Lelièvre. « Les élèves font plus d’erreurs grammaticales ou lexicales parce qu’ils passent moins de temps à faire de la grammaire explicite et encore moins de temps à faire des répétitions. »

Pourquoi le système scolaire français est-il mauvais ? Sévérité, manque de soutien, problèmes de discipline : les recherches de Pisa pointent du doigt les maux de l’école française. L’enquête Pisa de l’OCDE pointe plusieurs lacunes du système éducatif français, notamment des problèmes de discipline en classe.

Quelles sont les causes de la baisse du niveau des élèves ?

Formation insuffisante, manque de motivation, non-remplacement ou remplacement aléatoire en cas d’absences… Telles sont les causes qui seraient à l’origine de la plupart des problèmes que rencontrent les étudiants.

Comment améliorer le niveau des élèves ?

Déterminer des objectifs clairs en début d’année L’élève doit être en mesure de comprendre les objectifs d’apprentissage visés. Elle doit donc être expliquée de manière claire et concise. Un étudiant qui connaît les objectifs sera plus performant et cherchera à exceller.

Qu’est-ce que la baisse de niveau ?

La baisse de niveau se traduit, pratiquement sur le terrain, par un écart, souvent très préoccupant, entre le niveau réel des élèves et leur niveau théorique de classe. Il existe un réel décalage entre le niveau réel d’acquisition des compétences et le cours auquel ils assistent.

Comment améliorer le niveau des élèves en français ?

Les étudiants devront rédiger un texte au moins une fois par semaine dans le cadre du cours de français et faire des dictées régulièrement pour vérifier l’acquisition des connaissances. Un temps de lecture dédié devrait être prévu quotidiennement par les écoles.

Comment améliorer votre niveau de français ?

La lecture pour enrichir son vocabulaire Cependant, elle permet d’apprendre de nouveaux mots, de mémoriser l’orthographe ou la syntaxe utilisée. Alors, si vous souhaitez enrichir votre vocabulaire, ne trouvez plus d’excuses : lisez boulimique ! Commencez par lire le soir, quelques pages avant de vous coucher.

Comment améliorer le niveau des élèves ?

Déterminer des objectifs clairs en début d’année L’élève doit être en mesure de comprendre les objectifs d’apprentissage visés. Elle doit donc être expliquée de manière claire et concise. Un étudiant qui connaît les objectifs sera plus performant et cherchera à exceller.

Pourquoi le niveau de français baisse ?

On peut donc dire à juste titre que le niveau baisse depuis au moins cinquante ans dans un contexte scolaire. La cause de cette situation est connue et dénoncée par les linguistes depuis plus d’un siècle : c’est l’orthographe elle-même.

Pourquoi le niveau des élèves Est-il si mauvais ?

Un problème dans la formation des enseignants du primaire D’abord, le manque d’affinité de certains enseignants du primaire avec la matière : « Les enseignants des écoles sont majoritairement issus des filières sciences humaines ou sociales et rarement des filières scientifiques.

Est-ce que le niveau baisse ?

Selon une étude publiée en novembre 2016 par la direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance (DEPP), le service des statistiques de l’éducation nationale, le niveau d’orthographe des élèves français ne cesse de baisser depuis plus de trente ans.