La vaccination protège efficacement les femmes enceintes des complications causées par la variante Omicron. C’est ce que montre une vaste étude internationale menée dans 18 pays et 41 hôpitaux, dont les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Ce travail est publié dans la revue médicale britannique The Lancet par un réseau international d’hôpitaux dirigé par l’Université d’Oxford. Cette étude, intitulée « INTERCOVID 2022 », a été menée entre le 27 novembre 2021 et le 30 juin 2022, précisent mercredi les HUG dans un communiqué.

Les scientifiques ont examiné les dossiers de 1 545 femmes enceintes diagnostiquées avec la variante Omicron et 3 073 femmes enceintes non diagnostiquées dans un groupe témoin. Résultats : Pendant la grossesse, la variante Omicron a été associée à un risque accru de morbidité maternelle, de complications graves et d’hospitalisations, en particulier chez les femmes symptomatiques et non vaccinées.

En particulier, le risque de pré-éclampsie – une augmentation de la pression artérielle avec des lésions rénales – était plus élevé chez les femmes présentant des symptômes graves. Les femmes obèses ou en surpoids présentant des symptômes graves étaient les plus à risque.

Mieux avec une vaccination complète

Les femmes vaccinées sont bien protégées contre les symptômes graves et les complications du Covid-19. Ils avaient un très faible risque d’être admis dans une unité de soins intensifs. La vaccination complète s’est avérée être la meilleure prévention, de préférence avec une vaccination de rappel.

L’étude a également révélé que les vaccins à ARN messager (ARNm) étaient les plus efficaces. Cependant, même ceux qui étaient vectorisés avec un boost offraient une protection adéquate. L’immunité a été observée pendant au moins dix mois après la dernière dose de vaccin à ARNm et de vaccin à vecteur viral avec rappel.

À Lire  5 conseils pour le soin des pieds en hiver

« Cette étude démontre clairement les bénéfices de la vaccination pendant la grossesse. Cela nous aide dans notre recommandation d’inclure la vaccination contre le Covid-19 dans les soins de routine des femmes enceintes », déclare Begoña Martinez de Tejada Weber, médecin-chef du Service d’obstétrique des HUG et professeure à l’Université de Genève, citée dans le communiqué de presse.

Protection vaccinale insuffisante

Pour José Villar, professeur de médecine périnatale à l’université d’Oxford, « il est inquiétant de constater que 4% à 7% des femmes non vaccinées diagnostiquées avec le variant Omicron pendant la grossesse ont développé des symptômes graves de la maladie ».

Bien que la variante Omicron soit globalement moins nocive que les variantes précédentes, la grande proportion de femmes enceintes non vaccinées dans le monde est toujours à haut risque. La couverture vaccinale complète des femmes enceintes est encore insuffisante, concluent les auteurs, même dans les pays développés.