« Blueway by Pam » est une nouvelle offre de transport à faibles émissions, lancée par Saint-Gobain Pam Canalisation, qui utilise des camions utilisant du HVO, une huile végétale hydrotraitée.

Le transport routier est le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre, avec 31 % des émissions directes en 2019. 40 % des émissions sont attribuées au transport de marchandises, dont 21 % par les poids lourds.

Saint-Gobain Pam Canalisation vient ainsi de lancer une nouvelle gamme de transport peu polluant avec des camions fonctionnant au HVO, un biocarburant issu du traitement des déchets d’huiles végétales et remplaçant les carburants conventionnels comme le diesel. Les émissions de CO2 ont ainsi été réduites de plus de 83 %.

L’huile végétale hydrotraitée est un biocarburant de seconde génération. Produit par le traitement des déchets tels que les huiles alimentaires, les huiles résiduelles etc… il est issu d’une économie circulaire et ne concurrence pas la production alimentaire. De plus, le CO2 dégagé lors de la combustion des HVO est compensé par le CO2 absorbé lors de la croissance des plantes dont ils sont issus.

« Cette solution confirme l’engagement fort de Saint-Gobain PAM Canalisation dans la réduction de son empreinte carbone et nous permet d’apporter une réponse concrète à nos clients soucieux de maîtriser leur impact environnemental », a déclaré Samuel Besnard, responsable transport Europe Moyen-Orient. Est et Afrique à Saint-Gobain Pam Canalization.

Certificat de réduction des émissions

Une attestation de réduction d’émission

En optant pour une solution Blueway by Pam pour la livraison de leurs projets, les clients reçoivent une attestation de réduction d’émission qui quantifie les tonnes de CO2 non émises et le pourcentage de réduction de CO2 par rapport au transport diesel. De cette façon, ils peuvent démontrer leur engagement à réduire leur empreinte carbone.

À Lire  Infographie : SEO et SEA, quelles différences ? - Actualités SEO et moteur

« Lorsque Saint-Gobain Pam Canalisation nous a demandé de tester cette nouvelle offre de transport plus respectueuse de l’environnement, nous avons tout naturellement accepté. En effet, en tant que deuxième producteur et distributeur d’eau potable en France, nous veillons à limiter nos émissions et nous sont intéressés pour tous les moyens qui répondent à cette question. De plus, nous incluons des clauses de protection de l’environnement dans nos contrats, et la réduction de l’impact du transport de matériaux fait partie de cette démarche », a ajouté Raphaël Piat, responsable des services techniques chez Séné.

Source : batirama.com / Photo © Larisa Koshkina – Pixabay