Accueil / Infrastructure / Le Puy du Fou veut créer une croisière ferroviaire de luxe

On connaissait le Puy du Fou comme un parc d’attractions, bientôt il faudra lui adjoindre une nouvelle fonction, celle d’opérateur ferroviaire. L’ouverture du marché des trains de voyageurs à la concurrence permet de mettre en place une offre touristique en ligne en parallèle avec des sociétés de transport privées, comme Railcoop et autres Le Trains. Alors que le succès des croisières est indéniable, le Puy du Fou a décidé de s’aventurer dans un secteur sans concurrence pour l’instant, celui de la « croisière » de luxe par chemin de fer. Plusieurs vues de l’artiste (voir ci-dessus) suggèrent qu’il s’agit de renouer avec les beaux jours des dormeurs, ceux qui faisaient le bonheur de la clientèle aisée qui passait l’été sur la Riviera et l’automne à Venise. Depuis la disparition de ces palaces sur rails, à l’heure de la démocratisation du trafic aérien, la nostalgie est restée intacte.

Plusieurs versions poussiéreuses des dormeuses chéries d’Agatha Christie (comme le Venice-Simplon-Orient-Express) sont maintenant disponibles sur le marché. Mais le projet Grand Tour entend se démarquer, en commençant par un très petit nombre de passagers, à peine 30 par semaine. Dès le printemps 2023, ils pourront embarquer dans un train de luxe pour un circuit de 4 000 km à travers la France. Et puisqu’il s’agit bien d’une « croisière », le train fera (comme les paquebots) des « escales » pendant les six jours (et cinq nuits) du voyage. Épernay, Reims, Beaune, Annecy, Avignon, Aix-en-Provence, Arcachon, Pauillac et Chenonceau, chaque étape sera l’occasion de rencontrer de grandes personnalités et personnages historiques, toujours dans l’esprit du Puy du Fou. Le tracé de ce train a été élaboré en collaboration avec SNCF Réseau, qui a mis à disposition de l’entreprise les itinéraires du train. 12 voitures d’occasion ont été récemment acquises pour l’exploitation du train. Ils ont subi une restauration mécanique et technique approfondie chez Arlington Fleet à Somain. Cette opération sera prolongée pendant une bonne partie de 2022 avant le début des essais dynamiques en ligne, pour une certification attendue au printemps 2023. Outre les voitures, le Grand Tour compte également louer ses propres engins de traction, par l’intermédiaire d’une compagnie ferroviaire. détenue à parité par le Puy du Fou et Rail Participations , sociétés créées il y a seulement un an.

À Lire  Le Festival de Deauville endeuillé par la disparition à 32 ans de l'actrice Charlbi Dean

Côté passager, le confort et le luxe seront bien entendu de mise. Chacune des cabines sera spacieuse, de 10 à 30 m2, une véritable chambre d’hôtel avec une salle de bain avec douche et WC. Deux voitures-restaurants gastronomiques et une voiture-bar seront à la disposition des passagers, qui seront au service d’une quinzaine d’équipiers.

Évidemment, tout cela a un prix, à partir de 4 900 € par personne, et les précommandes sont déjà ouvertes. Le Grand Tour espère remplir 2023 avec 600 passagers lors de cette première année.

Cet article est extrait du RAIL PASSION no. 292, et voici la couverture :